Voies romaines autour de Decize

De Wiki58
  • Située sur une île de la Loire, Decetia (Decize se trouvait à l'intersection de deux grands axes de circulation, certainement antérieurs à l'occupation romaine, puis utilisés et modernisés par deux grandes voies romaines : le long du fleuve, sur la rive droite, entre Rodumna (Roanne) et Cenabum (Orléans) ; et d'Augustodunum (Autun) à l'Atlantique, en passant par Avaricum (Bourges).
  • Deux documents établis pendant l'Empire Romain et recopiés pendant le Moyen-Age donnent le détail des étapes le long de ces deux axes.

La table de Peutinger

  • C'est une sorte de carte routière, qui se présente sous la forme d'une bande de 6,82 mètres sur 34 centimètres, composée de onze parchemins cousus (un douzième aurait été perdu).
    Cette carte représente l'ensemble du monde romain, du Proche-Orient et de l'Inde.
    Les fleuves, îles et rivages maritimes sont tracés.
    Les villes importantes, les villes portuaires, les villes thermales y sont sommairement dessinées ; les autres étapes simplement mentionnées, le long des voies romaines ; les distances sont indiquées en milla passuum (doubles pas, soit 1.480 mètres).
  • Cette carte sur parchemin reprend une carte du monde tracée sur le marbre d'un monument romain dite carte de Marcus Vipsanius Agrippa. Il est difficile de la dater car plusieurs détails montrent des contradictions : la ville de Constantinople y est située (alors qu'elle n'a été fondée qu'en 328), mais Pompéi y figure également (elle a été détruite en 79 et n'a jamais été reconstruite).
    L'inscription Francia ne peut avoir été écrite avant d'arrivée des Francs à proximité du limes, les premières mentions en langue latine de ce peuple datent de la seconde moitié du troisième siècle et ils n'envahissent la Gaule qu'un siècle et demi plus tard.
  • La carte conservée actuellement à la Bibliothèque Nationale Autrichienne de Vienne a été copiée au XIIIe siècle par un moine de Colmar. Découverte en 1494 dans une bibliothèque de Worms par Conrad Celtes, elle a été transmise au collectionneur d'antiquités et humaniste Konrad Peutinger en 1508.
    Plusieurs copies ont été effectuées par la suite. La Bibliothèque Nationale de France en possède deux, la table dite d'Anvers (datée de 1598) et la table d'Amsterdam (datée de 1619).
    L'Institut Géographique National de Saint-Mandé possède une copie noir-et-blanc réalisée par von Scheyb en 1753.
  • Sur la feuille 2 de la Table de Peutinger, Decetia est une simple étape entre Aquae Nisincii (Saint-Honoré-les-Bains) et Tincontium (Sancoins) d'une part, entre Aquae Bormonensis (Bourbon-Lancy) et Ebirno (Nevers ?).
    Une étape placée près d'Augustodunum (Autun) est nommée Boxum (il s'agit peut-être de Bibracte).
    Une anomalie de cette carte est la dénomination des fleuves : le flumen Garumna (la Garonne) passe à Decetia et Condate (Cosne) et le flumen Liger (la Loire) passe à Lutetia (Paris) et Cenabum (Orléans) est placée entre ces deux cours d'eau.
Decetia sur table Peutinger.jpg


L'itinéraire d'Antonin

  • Répertoire des routes de l'Empire Romain, il s'agit de vingt manuscrits datés du VIIe au XVe siècle.
    Ils ont été compilés et analysés par le marquis Agricol Joseph Fortia d'Urban (1756-1843).
    L'itinéraire 1-15 relie Autun à Paris (Ab Augustoduno Luticia Parisiorum mpm CLXXXII). Voici ses étapes :
366,7 : Agustodunum – Alisincum (Luzy), mpm XXII (= 32,560 km).
367,1 : Alisincum – Decetia (Decize), mpm XXIIII (= 35 km).
De Decetia, on peut rejoindre Aquæ Bormonensis et Tincontium.
367,2 : Decetia – Nivernum (Nevers), mpm XVI (= 23,6 km).
367,3 : Nivernum – Condate (Cosne), mpm XXIIII.
Une étape intermédiaire est Masava (Mesves).
367,4 : Condate – Brivodurum (Briare), mpm XVI.
367,5 : Brivodurum – Belca (Ouzouer-sur-Loire), mpm XV.
367,6 : Belca – Cenabum (Orléans), mpm XXII.
368,1 : Cenabum – Saliocia (Saclas), mpm XXIIII.
368,2 : Saliocia – Luticia (Paris), mpm XXIIII.
Remarque : les distances sont très approximatives ; l'ensemble du parcours représente 187.000 milla passuum, soit 276,760 km (en réalité, il serait proche de 400 km).
Un site Internet propose aux randonneurs et cyclotouristes des itinéraires romains en France : sur ces parcours Decize se trouve au croisement des routes 16 (Beauvais-Paris-Orléans-Roanne-Mont Genèvre) et 21 (Autun-Orléans-Rennes-Erquy).

Les vestiges de voies romaines autour de Decize.

Voie romaine reliant Cercy à Decize
  • Les routes modernes ont souvent repris le tracé des voies romaines. Les découvertes impromptues et les fouilles plus systématiques ont permis de mettre à jour des bornes miliaires, des dalles, des objets usuels, des pièces de monnaies, qui sont autant d'indices partiels.
    Il est beaucoup plus difficile d'établir de façon complète un parcours continu ; ainsi, le passage d'une voie romaine à Devay et à Charrin ne permet pas d'attester l'existence de stations gallo-romaines.
  • La voie Autun-Decize-Sancoins a été étudiée par le R.P. Wable. En équipe avec MM. de Monicault et Blondon, et guidé par les propriétaires des terrains traversés, l'archéologue a parcouru les tracés potentiels, repérés sur des photos aériennes, d'anciennes voies de communication éduennes et romaines. Ces voies se présentent généralement sous forme d'une bande d’environ huit mètres de large, bordée de chaque côté d’un fossé, lui-même flanqué d’un léger remblai assez visible. La chaussée n’est pas forcément dallée. De nombreux tronçons de ces voies ont été détruits par les travaux agricoles ou l'emprise d'habitations, d'aménagements modernes ; pour relier deux portions encore presque intactes, il ne subsiste souvent qu'un sentier étroit en sous-bois.
  • Depuis le lieu-dit Les Grandes Brunettes, à Cercy-la-Tour, la voie Decize-Autun diverge. Un tracé part en direction de Saint-Honoré-les-Bains et Bibracte (vestige d'une voie éduenne plus ancienne).
    L'autre en direction de Fours et Luzy (cette voie romaine emprunte la vallée de l'Alène et rejoint celle de l'Arroux).
    Un troisième axe passe par le gué de l'Alène et ce carrefour des Grandes Brunettes : venant de Bourbon-Lancy, il se dirige vers Alluy, les plaines du Bazois et le nord du Morvan.
  • La portion Cercy-Decize est en grande partie en zone découverte, c'est un chemin de terre ou sommairement empierré, bordé de haies, utilisé jusqu'à notre époque par les agriculteurs. La voie romaine passe près du château de Faye et du château de Marcy (ou un fer et deux monnaies ont été trouvés) ; ensuite, elle rejoint Brain et Decize sur un tracé qui est celui de l'actuelle route ; des dalles traversent l'Aron, en aval de l'actuel pont, mais elles menaient certainement à l'importante villa située à flanc de colline, plutôt qu'à Decetia.



Bibliographie

  • Table de Peutinger :
Bibliotheca Augustana, IGN, BNF Gallica, et Wikipedia.
  • Itinéraire d'Antonin :
A.-J. Fortia d'urban, Recueil des Itinéraires d'Antonin, Paris, Imprimerie Royale, 1845
Encyclopédie de l'Arbre Celtique, arbre-celtique.com
Itineraries Romains en France (page perso orange.fr)

Archéologie :

Hélène Bigeard et Alain Bouthier, Carte archéologique de la Gaule, La Nièvre, 58, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de la Culture, 1996.
Carte établie par J. Meissonnier.
Camille Jullian, Histoire de la Gaule, réédition Hachette, 1993, tome II, p. 535-537.
P. Wable, Propos de l'Oncle Benjamin, n°16, n°17, n°20, Camosine, Nevers, 1977, Enquête sur les voies romaines. Voies anciennes des secteurs de Saint-Honoré et de Decize.



Article proposé par Pierre Volut et mis en page par m mirault 28 juillet 2015 à 09:33 (CEST)