Cercy la Tour

De Wiki58

Relevé dans la presse

  • Arrestation :
    Le nommé Antoine Pruneau, âgé de trente-huit ans, cordonnier, sans domicile fixe, né à Dun-sur-Auron (Cher) a été mis lundi dernier en état d'arrestation par la gendarmerie de Cercy-la-Tour, pour vol d'une pièce de 20 francs au préjudice de M. Léon Trinquet, ouvrier menuisier à Cercy.
    Pruneau a été écroué à la maison d'arrêt de Nevers.
(Le Courrier de la Nièvre du 07/06/1903)
  • Voies de fait :
    Lundi dernier, vers une heure du soir, le nommé François H..., âgé de trente-deux ans, journalier à Cercy-la-Tour, travaillant pour le compte de M. François Allot, entrepreneur de travaux publics à Cercy-la-Tour, voulut se mettre au travail, alors qu'il était en état d'ivresse.
    Sur le refus de l'entrepreneur de le laisser travailler dans cet état, H..., injuria grossièrement son patron et lui déchira ses vêtements ; il l'aurait certainement frappé sans l'intervention du chef de chantier.
    Procès-verbal a été dressé à la charge de l'irascible ouvrier.
(Le Courrier de la Nièvre du 14/06/1903)
  • L'orage :
    Jeudi soir, au cours de l'orage, un châtron estimé 350 francs, a été tué par la foudre dans un pré dépendant de la ferme de Martigny, commune de Cercy-la-Tour, et exploitée par M. Bondoux, fermier.
(Le Courrier de la Nièvre du 28/06/1903)
  • Mort accidentelle :
    Mercredi soir, vers 6 heures et demie, un jeune enfant de sept ans, Jean Marcout, s'est noyé dans la rivière la Canne, en péchant à la ligne, près de l'écluse du canal.
(Le Courrier de la Nièvre du 09/08/1903)
  • Incendie :
    Lundi, vers quatre heures du matin, un incendie s'est déclaré dans une écurie dépendant de la ferme de M. Lucas, à Cercy-la-Tour, et dans un groupe de trois meules de paille pesant 50.000 kilos.
    La paille a été complètement consumée ; on a pu éteindre rapidement l'incendie dans l'écurie.
    On croit, que ces incendies ont été allumés par un vagabond qui avait couché deux nuits de suite dans l'écurie et qui a disparu au moment où le feu s'est déclaré.
    La gendarmerie a ouvert une enquête ; les pertes sont évaluées à 1.200 francs.
(Le Courrier de la Nièvre du 30/08/1903)
  • Arrestation :
    Le nommé Pierre Courot, âgé de quarante-cinq ans, journalier, sans domicile fixe, né à Verneuil, a été mis en état d'arrestation par la gendarmerie de Cercy-la-Tour, sous l'inculpation d'attentat aux mœurs.
(Le Courrier de la Nièvre du 22/11/1903)