La tour Guy-Coquille

De Wiki58
  • L'un des monuments les plus hauts de Decize, la tour Guy-Coquille, a été construit au milieu du XIXe siècle. Auparavant, il existait déjà un beffroi, au même emplacement, mais sans doute moins haut. Ce beffroi datait du Moyen-Âge ; il avait été partiellement rebâti au XVIIe siècle.
La tour Guy-Coquille
  • En mai 1843, la tour de l'horloge est « salpêtrée et lézardée depuis sa base » jusqu'à une hauteur de 10 mètres environ. L'architecte départemental, M. Paillard, l'inspecte et conclut qu'il faut absolument démolir cet édifice qui menace ruine et reconstruire un nouveau beffroi ; cela permettrait également d'agrandir la place du Marché de 260 mètres carrés.
  • Le premier devis s'élève à 7800 francs. Il est très nettement sous-estimé puisque l'année suivante un second devis est établi à hauteur de 42000 francs. Le maire François Tresvaux de Berteux décide un impôt extraordinaire de 42723,84 francs à percevoir en huit ans.
  • Avec le nouveau beffroi, la municipalité désire aussi ériger une statue à l'un des enfants les plus célèbres de Decize, le juriste Guy Coquille. Des démarches sont entreprises auprès des sculpteurs. Une somme de 600 francs est votée pour l'achat d'une statue en bronze.
  • Avant tout, il faut démolir la vieille tour de l'horloge et la maison qui lui est accolée, au n° 3 rue de la mairie, où réside le cordonnier Etienne Priout. Le propriétaire est indemnisé et les travaux commencent.
  • Le 26 juin 1848 a lieu la pose de la première pierre. « La population a pris part à cet acte d'utilité publique, mais les événements politiques sous l'influence desquels la France gémit en ce moment ont comprimé les élans de la joie, surtout en songeant que la veille plusieurs de ses enfans ont pris les armes, ont quitté Decize pour se rendre en toute hâte à Paris, pour défendre l'ordre social sérieusement menacé(1). » François Tresvaux de Berteux, élu sous la Restauration, reste en place sous la Seconde République, et il connaît bien des mésaventures : l'unanimité de juin 1848 se transforme rapidement en affrontements violents entre les Républicains avancés et les conservateurs.
  • Le 23 septembre 1849, le maire, entouré par un descendant de Guy Coquille, par le préfet Petit de La Fosse, l'évêque de Nevers Mgr Dufêtre, le député Manuel et André Dupin, président de l'Assemblée Nationale, inaugure à la fois la nouvelle tour, la statue de Guy Coquille (due au sculpteur Louis Rochet), la nouvelle place du Marché et le nouvel hôpital (installé dans l'ancien château). Dans le campanile, on installe une horloge achetée chez M. Wagner, rue du Cadran n° 33 à Paris, un constructeur « dont la réputation est constatée par trente années de succès . »
  • Et à trente-trois mètres au-dessus de la place, le plombier-zingueur Deydier installe une girouette en cuivre doré.
  • Il faudra par la suite aménager le local situé en bas de la tour : d'abord poste de garde, il devient dépôt de matériel pour le balayeur municipal et pour les pompiers. Ce local est détruit au début du XXe siècle, lorsque la municipalité décide de bâtir le nouvel hôtel de ville de Decize et de dégager la place Guy Coquille. Deux fontaines ornées de lions flanquent désormais la tour. Le toit de la tour a été plusieurs fois endommagé par les intempéries et la foudre.

(1) Un contingent des gardes nationaux de la Nièvre a été envoyé à Paris pour aider à réprimer le soulèvement des ouvriers du faubourg Saint-Antoine.