Vaucreuse

De Wiki58

La Vaucreuse ou le premier canal du nivernais

Au début du 17e siècle, Jean de Gert, "Maître des écluses" de Louis XIII, imagina relier la Loire à l'Yonne en passant par l'Aron et le Beuvron (rivière), mais son projet resta dans les cartons.

En 1648, sous le règne de Louis XIV, le Comte François de Damas, Seigneur de Crux, voulait vendre son bois à Paris. Pour le transporter, il entreprit de le "flotter" et pour cela de détourner une partie des eaux de l'Aron (coté Loire) et de rejoindre près de sa source (coté Seine) le Beuvron (rivière) qui se jettait dans l'Yonne à Clamecy.

Le 10 juin 1648, il chargea donc l'ingénieur Claude Marceau et le marchand de bois Léonard Goury de réaliser son projet.

Ils creusèrent une tranchée qui traversait la forêt de Tronçay sur une distance de 4.8 km, depuis l'étang d'Aron jusqu'au hameau des Angles proche de la source du Beuvron (rivière).

Ce canal appelé la Vaux (voie) creuse, (aujourd'hui Vaucreuse) mesurait environ 1,8m de large et 1m de profondeur mais à certains endroits, il s'est agrandi par l'action de l'eau et le frottement des bûches jusqu'à former une tranchée de 20 m de large et plus par endroit et profonde de 10m.

Au-dessus de l'Aron, ils construisirent un petit aqueduc en bois suspendu de 140 m de long sur 2 m de large et 50 cm de profondeur pour franchir le cours d'eau.

En 1780 l'un des descendant du Comte [1] compléta de 7 km le dispositif en barrant la Resse, petit ruisseau tributaire de la Nièvre d'Arzembouy et ainsi créa l'étang de Ligny. Il le relia ensuite par un petit canal qu'il barra à nouveau pour créer l'étang de Fond Thomas.

Il fit creuser à partir de là une rigole qui descendait rapidement entre Forcy et Moussy contournait l'étang de Chausselage passait sur l'aqueduc en bois pour déboucher finalement dans la Vaucreuse de 1648.

Dimensions de la tranchée, recouverte de végétation désormais
Point de sortie de la Vaucreuse sur la route de Forcy
Encore une vue pour imaginer la taille de l'ouvrage

Après 4 siècles, force est d'admirer le travail titanesque que représentait cette entreprise : tranchées dans le grès, ouvrages d'art en pierres taillées. La forêt a maintenant repris ses droits, mais la Vaucreuse, premier véritable canal à relier le bassin de la Loire et celui de la Seine est encore visible : il reste à espérer qu'elle ne disparaîtra pas sous les bulldozers pour satisfaire les besoins à court-terme de notre "civilisation".

L'expérience du canal du Nivernais actuel (1841) qui devait être comblé car jugé inutile et qui aujourd'hui est le deuxième canal le plus fréquenté de France par le tourisme fluvial, conduit pour le moins à réfléchir.

La Vaucreuse pour le flottage

La Vaucreuse était utilisée de la manière suivante : quand elle était à sec, le bois était jeté dedans et lorsque la quantité était suffisante on provoquait une crue en lâchant l'eau des étangs qui l'alimentaient. Le bois suivait la Vaucreuse par la forêt de Troncay jusqu'au hameau des Angles, les eaux rejoignaient alors le Beuvron (rivière) puis l'Yonne à Clamecy où se formaient les trains de flottage.

Les traces du passé en images

Un reportage en 35 photos est à regarder ou télécharger ici:

http://cdn1_2.reseaudespetitescommunes.fr/cities/870/documents/cjexdg6qcsiim86.pdf

Les 3 photos de l'article sont extraites de cet album

Point de sortie de la Vaucreuse sur la route de Forcy à Moussy (entre les deux balises), avant son débouché en contrebas des étangs de Chausselage.

  • Source principale : textes de Michel Geoffroy


  1. probablement Louis-Etienne-François de Damas-Crux