Le toueur Ampère V

De Wiki58
  • Le barrage de Saint-Léger, construit en 1836, a permis de relever le lit de Loire sur un bief navigable toute l'année, long de 2100 mètres, entre le canal du Nivernais et la Jonction du Canal latéral à la Loire. En période de basses eaux, les portes sont toutes relevées, elles sont abattues lors des crues.
  • Mais il restait à traverser ce bief. A une époque où toutes les péniches étaient tractées par des animaux, la manœuvre était complexe. Un bateau s'arrêtait en Loire sous le bassin de la Jonction. Pendant que les ânes ou chevaux traversaient Decize et Saint-Léger par les ponts, le batelier traversait la Loire en barque avec un câble de remorque ; puis il faisait haler son bateau sur la rive, entre la Boire et la pointe des Halles. Même manœuvre pour passer des Halles au canal du Nivernais. Cela prenait parfois une demi-journée, avec des risques de chavirage face au barrage, quand la péniche était poussée latéralement par un fort courant, avec aussi des difficultés pour croiser une péniche allant en sens inverse.
  • Pour permettre une traversée plus sûre, un service de touage est organisé en 1869. Un petit remorqueur à vapeur prend en charge les péniches, d'un canal à l'autre. Ce premier toueur, baptisé Le Petit Tonin, est affermé à M. Semé le 6 mars 1869. Il est ensuite géré par Mme Veuve Corvol, puis par M. Tripet-Rocher en 1881. Ce dernier fait faillite en 1900. L'affaire est reprise par sa belle-fille, Mme Tripet-Bossuet. Et, en février 1906, le toueur s'échoue et coule près de l'écluse de Loire, au moment où sa gestion est confiée à M. Coulon. Le renflouage est réalisé par l'entreprise Moine, de Decize. La machine à vapeur est refaite par M. Pougault, garagiste à La Machine.
  • Le Petit Tonin est remis en circulation en mars 1907. Il mesure 26,65 m de long sur 4,80 m de large. Son enfoncement est de 0,90 m. Il est muni d'une chaîne de 1800 mètres, le long de laquelle il se déplace au moyen de trois tambours entraînés par une machine à vapeur de 25 chevaux. L'équipement du toueur comporte également deux ancres, des perches (gaffes), des godilles (patouilles), des bachots, divers cordages et quatre bricoles (harnais permettant à des hommes de haler les péniches). Le capitaine de ce toueur est Pierre Augendre, il est aidé dans ses manoeuvres par deux matelots et par le barragiste.
  • En novembre et décembre 1910, le toueur est en panne. La machine est révisée. Les mariniers, mécontents, signent une pétition, car on leur impose 45 jours de chômage. La municipalité de Saint-Léger leur distribue des aides. Le concessionnaire n'est pas content, lui non plus, car son compte d'exploitation est négatif : 24000 francs de dépenses contre 15084 francs de recettes. M. Coulon aimerait imposer le touage à tous les bateaux, or certains se passent de ses services (environ un sur cinq à la remonte et un sur trois à la descente). Les tarifs sont relevés, ils passent à 0,16 franc par tonne à la remonte et 0,08 francs par tonne à la descente.
  • L'administration envisage quelque temps d'acheter un nouveau toueur. Plusieurs entreprises spécialisées sont contactées, mais aucune décision n'est prise. Le toueur à vapeur cesse de fonctionner en avril 1920. Son pilote assure tant bien que mal le service jusqu'en mars 1928 : avec deux barques, deux remorques de 300 mètres et leurs attelages de chevaux et d'ânes, les mariniers parviennent à faire passer les péniches d'un canal à l'autre. Ce trafic cesse lorsque le pilote quitte Decize. Il est alors nécessaire de trouver une solution.
Les plans du toueur...
  • En 1933, le service du touage est concédé à la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Nièvre. Un nouveau toueur est construit par les établissements Quille, une entreprise du Nord. Il est acheté pour le prix de 229349 francs. La chaîne, entièrement nouvelle, coûte 24550 francs.
...dans l'eau...
...et sur terre...
  • Le toueur Ampère V fonctionne avec deux moteurs diesel (20 cv et 10 cv, fournis par la Compagnie Lilloise des Moteurs), accouplés à des génératrices électriques. Sa chaîne passe à l'intérieur de deux roues dentées. Il effectue chaque jour un aller et retour d'un canal à l'autre. Son port d'attache est situé sur le canal du Nivernais, environ 50 mètres en amont du barrage. Les capitaines successifs du toueur se nomment MM. Languinier, Bocque, Masselon, Vigneron et Blanchard.
  • Le toueur Ampère V commence sa carrière à une époque où de plus en plus de bateaux automoteurs empruntent les canaux. Aussi sa faible rentabilité est-elle souvent critiquée.
  • Après les deux explosions qui détruisent le pont du faubourg d'Allier (en juin 1940 et septembre 1944), la navigation devient dangereuse. Plusieurs péniches heurtent des blocs de béton qui n'ont pas pu être dégagés. Les premières passerelles posées en juillet 1940 ont été construites sur ordre des Allemands au ras de l'eau, ce qui interdit la navigation. Une autre passerelle est posée quelque temps plus tard d'une culée à la pile centrale. Pendant l'automne suivant, deux péniches s'ensablent, le toueur lui-même est bloqué et il faut l'intervention de deux locomotives routières pour le dégager. Après la deuxième destruction du pont, la passerelle provisoire inaugurée en janvier 1945 est fragile et de nouveaux blocs de béton réduisent le chenal. Le 9 mai 1946, une péniche chargée de sable, le Mousqueton, heurte ces décombres, une voie d'eau se déclare et le bateau doit être vidé et immobilisé en cale sèche à Saint-Léger.
  • La passerelle ne supporte pas la crue, qui l'emporte deux ans plus tard. Le chenal est à nouveau balisé. Le 18 septembre 1948, le service de la navigation impose à tous les automoteurs d'être tirés par le toueur pendant le temps nécessaire à la construction de la seconde passerelle (ouverte à la circulation en novembre).
  • Après la Deuxième Guerre mondiale, le toueur continue ses va-et-vient mais les bateaux qu'il tractionne sont de plus en plus rares :
- en 1956, 477 bateaux tractionnés, contre 426 bateaux automoteurs, passent le bief de Loire, pour un total d'environ 80000 tonnes ;
- en 1965, 118 bateaux tractionnés, contre 417 automoteurs, pour environ 50000 tonnes.
  • Les bateaux qui doivent être tractionnés par le toueur sont de vieilles péniches chargées de sable ou d'argile : le Crabe, l'Etoile, le Flotteur, le Saint-Léger, le Blason, des barges d'entretien.
  • En décembre 1974, le toueur tire ses derniers bateaux, le Deauville et le Félicien. Pendant l'été précédent, il n'a tiré qu'une seule péniche chargée de 228 tonnes de céréales.
  • Après 40 ans de bons et loyaux services, le toueur est immobilisé le long du canal du Nivernais. Il y reste abandonné à la rouille, à demi coulé, jusqu'en 1997 : il est sorti de l'eau, la coque est repeinte et Ampère V est placé sur le quai du canal, face à la mairie de Saint-Léger.
  • Depuis 2010, un petit Centre d'Interprétation, ou Musée du Toueur, a été installé dans un bâtiment près du barrage. Le toueur Ampère V a été replacé sur cales tout à côté.
l'Ampère V à quai




Sources :
VOLUT Pierre, Decize et son canton au XIXe siècle et à la Belle Époque, 1999, pp. 67-69.
VOLUT Pierre, Decize et son canton autour de la Seconde Guerre Mondiale, 2004, pp. 343-346.
VOLUT Pierre, La Navigation et le Touage dans le bief de Loire à Decize et Saint-Léger-des-Vignes, in Le Marteau-Pilon, Les Amis du Vieux-Guérigny, 2013, pp. 51-62.
ROLAND Serge, Le Barrage de Decize sur la Loire, Mémoire de recherches, V.N.F. Subdivision de Decize.
Centre d'Interprétation du Toueur, www.nievre.fr/.../centre-d-interpretation-touristique-culturel-de-st-leger-des-vignes.ht...
cc-loire-foret.fr/tourisme/centre-dinterpretation-touristique-et-culturel-du-toueur/

Texte et images proposés par Pierre Volut et mis en page par Michel Mirault le 10 novembre 2016