Achun

De Wiki58

Achun au fil des siècles

  • Au 11ème siècle: une forteresse gauloise Scadunum a existé (–dunum signifie site fortifié et colline, comme dans Autun). Création d'une paroisse primitive avec la chapelle Notre-Dame au lieu-dit “la Chapelle”, entre Achun et Pain, près d'une source et proche de la voie romaine ; il n'y a pas encore d'église à Achun
  • Au 12ème siècle est citée capella B. Mariæ in parochia Escaduni ; Achim. Puis l'ancienne paroisse est créée: ecclesia sancti Georgii de Scaduno (ou Escayo) 1130 ; construction de la première église en style roman, dans les années 1130-40
  • Au 13ème siècle, on trouve la paroisse Escadunum en 1287 et le village Eschaum en 1266.
  • Au 16ème siècle, la chapelle est abandonnée; après la probable destruction de l’église, sont réunies les églises d’Achun et d’Osnay. On trouve le village sous la forme Aschung en 1547
  • Au 17ème siècle, il n'y a plus d'église.
  • Au 18ème siècle, reconstruction de l’église qui brûlera vers 1830
  • Au 19ème siècle, réunion des paroisses d'Achun et d'Aunay en 1808


Les traces du passé

  • La parcelle de "la Chapelle” a livré des “tuiles”, quand on la labourait dans les années 1950.
  • Trois rangées de tilleuls correspondent (au début du 21ème siècle) au plan de l'ancienne église, sur la place du village


Description d'Achun en 1827

Achun sur la carte de Cassini
  • Commune du canton de Châtillon, ayant une population de 655 habitants, réunis pour le culte avec ceux d'Aunay qui ont un desservant. Elle est située dans une vaste plaine, au-dessus d'Aunay et des bois de Châtillon, à 3 kilomètres du bourg, 2 myriamètres 5 kilomètres de Château Chinon et 5 myriamètres de Nevers (1 myriamètre = 10 kilomètres).
  • Un riche propriétaire de la Nièvre, nommé Bréchard, a légué depuis quelques années à cette commune une somme de 21.600 livres d'argent, pour y bâtir un petit hospice de quatre lits, à prendre dans ceux de sa maison, et 500 francs de pension annuelle pour une fille chargée du soin de la maison et des malades. Ce legs a été accepté par le gouvernement dans un décret particulier du 19 avril 1811. Ce même personnage a fait d'autres dispositions de bienfaisance en faveur des pauvres et des hospices d'Autun, Nevers, Paris et Orléans.
(Source : Mémoires pour servir à l'histoire du département de la Nièvre par JF Née de la Rochelle – 1827)


Relevé dans la presse

  • Les bûcherons de la Nièvre - L'extension du conflit - Bagarre sanglante - Plusieurs Arrestations :
    La grève des ouvriers bûcherons est à peu près générale dans la région du centre. Les esprits sont très montés et sur certains points des faits d'une gravité exceptionnelle se sont produits.
    Des bandes de grévistes, la plupart masqués, parcourent les coupes en exploitation et débauchent les ouvriers qui travaillent. Hier soir, deux cents d'entre eux se sont rendus dans une coupe de la forêt Blin, commune d Achun, canton de Châtillon, où travaillent une quinzaine d'ouvriers.
    Ces derniers ayant refusé de quitter leur travail, une bagarre s'ensuivit au cours de laquelle trois grévistes ont reçu des coups de cognée et ont été gravement blessés. Les gendarmes, accourus sur les lieux, ont dû mettre sabre au clair pour rétablir l'ordre et faire respecter la liberté du travail.
    Ce matin un officier de gendarmerie a procédé à une enquête à la suite de laquelle quatre arrestations ont été opérées. D'autres sont imminentes. Des renforts de gendarmerie ont été demandés.
(Le Petit Parisien du 13/03/1904)