Rolland Romain

De Wiki58
Rolland Romain 2.jpg
Rolland Romain.jpg

C’est la figure locale la plus connue.

L’écrivain né à Clamecy est décédé à Vézelay et est enterré à Brèves, avec sa femme.
Le caveau, attenant à l’église de la commune, et ses alentours sont immaculés. Juste son nom et celui de sa femme qui repose avec lui.

C’est l’association Romain-Rolland qui entretient le lieu. « il n’y a aucun descendant direct », explique Martine Liégeois, présidente de l’association. « Récemment, nous avons gratté l’inscription sur la tombe pour qu’elle soit plus visible. »
Journal du Centre 31 octobre 2013

Romain Rolland « Au-dessus de la mêlée »(1)

« L'Académie suédoise, réunie en séance le 9 novembre 1916, se conformant aux prescriptions d'Alfred Nobel en date du 27 novembre 1895, a décidé de décerner le Prix Nobel de littérature de l'année 1915 à Romain Rolland pour lui rendre hommage de l'idéalisme élevé de sa production littéraire, ainsi que de l'exactitude empreinte de sympathie avec laquelle il a su peindre les divers types humains.

Stockholm, Henrik Schück, E.A. Karfeldt. »

Un torrent d’invectives contre Romain Rolland.
Tandis que les rares intellectuels neutres et ces féministes, minoritaires dans leurs propres pays, apportent leur appui au pacifisme de Romain Rolland, la presse française se déchaîne.
L’historien Alphonse Aulard, dans l’Intransigeant du 6 mars 1915, accuse Rolland de collaborer à une manœuvre allemande contre la France. Henri Massis publie le pamphlet Romain Rolland contre la France ; l’auteur, qui se targue d’être sous-lieutenant du 26e chasseurs, écrit : « M. Rolland parle et la France se bat. M. Rolland est un neutre. M. Romain Rolland a la vocation de la neutralité : il est le refuge de tout ce qui n’a plus de patrie, plus de maison, plus de marque. Sous prétexte d’universalité, il est le carrefour où se croisent les croyances les plus diverses : les codes, les dogmes, les lois, il abolit tout en mélangeant tout(2). »
Après l’attribution du Prix Nobel, le journal
Le Matin reprend les attaques contre « l’unique Français neutre » : « M. Romain Rolland vit actuellement en Suisse. Il écrit dans les journaux suisses des articles où il vante la culture allemande, où il plaint les malheureux Allemands entraînés malgré eux dans une guerre qu’ils n’ont pas voulue. C’est donc que M. Romain Rolland est Suisse allemand ? Non point : M. Romain Rolland est Français. Il fut élève de l’Ecole Normale Supérieure, il est professeur à la Sorbonne. Il n’avait jamais quitté Paris avant la mobilisation. »
Les invectives se multiplient contre celui qui aurait reçu de l’argent des « 
Suédois bochophiles », ces deux cent mille francs ou plutôt « ces trente deniers de la trahison, le prix dont les Pharisiens payèrent l’apôtre avait trahi son Dieu », cet argent du Prix Nobel qu’il a versé à la Croix-Rouge…
Les Suédois sont choqués par l’outrance des critiques françaises. Le docteur Gunnar Ahlström écrira plus tard que ces réactions de rejet ont contribué à renforcer la gloire de Romain Rolland en Suède, à accélérer les traductions de ses œuvres et à multiplier les correspondants de l’auteur de
Jean-Christophe, parmi lesquels on comptait Selma Lagerlöf, Ellen Key et Henrik Schück, trois personnalités qui ont contribué à lui faire obtenir le Prix Nobel.

Rolland Romain 3.jpg



(1) Pierre Volut, communication lors d'une journée d'études sur Romain Rolland, Société Académique du Nivernais et Médiathèque de Nevers, 2 décembre 2005.
(2) Gunnar Ahlström, La Petite Histoire de l’attribution du Prix Nobel à Romain Rolland, in Collection des Prix Nobel de Littérature, Fondation Nobel et Editions Rombaldi, Paris, 1971.Et Journal de guerre de Romain Rolland…


Retrouvez le jour de ses obsèques dans un reportage télévisé du 11 janvier 1945, parmi les archives de l'INA en suivant ce lien http://www.ina.fr/video/AFE86002940

Article complété par un texte de Pierre Volut.