Herisson Sylvestre

De Wiki58

HÉRISSON Marie-Sylvestre (1835-1900)

Sylvestre HÉRISSON
  • Il nait à Surgy (Nièvre) le 20 août 1835.
  • Il exerce la profession d'avoué, est maire de Surgy et conseiller général de la Nièvre, avant de se faire élire, le 21 août 1881, comme républicain, député de l'arrondissement de Clamecy (Nièvre) ; il obtient 8.916 voix sur 17.101 votants et 22.190 inscrits, contre 8.040 voix à M. Le Peletier d'Aunay, ancien député bonapartiste
  • Il prend place au groupe de la gauche radicale, et, sans monter à la tribune, opine, dans la législature, tantôt avec les opportunistes, tantôt avec les radicaux.
  • Porté, le 4 octobre 1885, sur la liste républicaine radicale de la Nièvre, il est élu, le 2e sur 5, par 43.052 voix sur 83.419 votants et 101.298 inscrits.
  • Il prend aussi peu de part que précédemment aux discussions parlementaires, et se borne à intervenir en 1888, comme rapporteur, dans le débat sur la demande de poursuites formée par M. Veil-Picard contre M. Wilson.
  • Il vote pour la politique scolaire et coloniale du gouvernement, pour l'expulsion des princes, et, en dernier lieu, pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889), contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, pour les poursuites contre le général Boulanger ; il s'abstient sur le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse.
  • Il est battu aux élections législatives de 1889, n'ayant obtenu que 5.965 suffrages contre 10.390 à son adversaire, Jules Jaluzot. Il est également battu le 16 juin 1889, lorsqu'il se présente à l'élection sénatoriale partielle consécutive à la mort de JC Decray ; il n'obtient que 301 voix contre 382 au comte de Moncorps, élu.
  • Il conserve néanmoins une forte implantation locale confirmée par son élection comme maire de Clamecy et comme président du Conseil général de la Nièvre.
  • Il est élu sénateur pour la première fois en 1896, lors de l'élection partielle provoquée par le décès de Laubespin, ayant obtenu 476 voix contre 252 à Lespinasse. Lors du renouvellement sénatorial de janvier 1897, il est réélu au deuxième tour par 376 voix. Il fait alors partie du groupe de la gauche démocratique.
  • Malade et souvent absent, il participe peu aux travaux de la Haute Assemblée, n'intervenant pas en séance publique. Il reste cependant un homme influent et respecté de ses collègues.
  • Il meurt le 6 septembre 1900 dans son village natal de Surgy, à l'âge de 65 ans. Il était le frère de Charles Hérisson, homme politique également, qui fit sa carrière en Haute-Saône et à Paris


Sources :
Dictionnaire des Parlementaires français, Robert et Cougny
Dictionnaire des Parlementaires français, Jean Jolly
Site du Sénat
--m mirault 28 juin 2010 à 06:23 (UTC)