Cheutin Etienne Jean

De Wiki58
Étienne-Jean Cheutin
  • Il naît à Guérigny le 25 mai 1880.
  • Après avoir fréquenté l’école primaire de son village natal, il commence une carrière aux Forges Royales et se découvre très vite une passion pour l’aviation.
    Il est l’un des tous premiers officiers français à obtenir en 1911 son brevet de pilote militaire.
  • Il débute à Mourmelon puis, en 1912 fait partie de l’escadrille algérienne à Biskra ; il y effectue le premier raid Biskra-Tozeur-Gabès-Tunis.
    Lieutenant en 1914, Chef d’escadrille en Argonne, il obtient sur le Front tous ses grades jusqu’à celui de colonel.
  • Il est Commandant de l’escadrille MF 16 du 2 août 1916 au 14 janvier 1917. Cette escadrille est affectée à la Ière Armée en décembre 1916 ; elle participe ensuite, en avril 1917, à la bataille du Chemin des Dames au sein de la Xème Armée.
  • Titulaire du brevet de pilote militaire n° 16 en date du 15 juillet 1911.
  • Aviateur vétéran de la Première Guerre mondiale il devient en 1917, commandant de l’aviation au Maroc, aux côtés du Général Lyautey, pour prendre la tête et organiser le service aéronautique et participer à la lutte contre les soulèvements armés.
    Il intervient dans de très nombreuses opérations, depuis l’affaire de Rham El Alem jusqu’aux combats de Taza en 1924.
    Il met en place par ailleurs, en collaboration avec le général Oberlé, l’aviation sanitaire.
    Il demeure au Maroc jusqu’en 1924 puis rentre en France.
  • Rappelé en 1931, il est nommé à la tête de l’aéronautique avec le grade de général au 1er janvier 1932.
  • Mis en disponibilité à sa demande en 1934, il continue à travailler pour l’aviation et fonde à Nevers un aérodrome.
  • Il décède à Épinay-sur-Seine le 20 septembre 1938. Il était âgé de 58 ans.


son biplan M. Farman
  • Sa notoriété fait donner le nom de Cheutinville au premier aérodrome desservant Nevers, sur la commune de Sermoise.
    Plusieurs grandes réunions aériennes y sont organisées, permettant à de nombreux pilotes de l’époque de briller : Lemoigne, Portal, Maryse Bastié, Coupe, Assolant, etc..
    Les concurrents du circuit nivernais d’aviation s’en servent comme point de ralliement en 1933.
  • Quelques célébrités telles que Coste, Mermoz, Farman ou Adrienne Bolland et Marcel Doret passent également à l’aérodrome de Sermoise.
    Mais l’évolution aidant, Cheutinville doit bientôt s’effacer devant La Sangsue, désormais véritable aéroport de Nevers, en 1935.
    Toutefois, la renommée de Cheutinville a largement dépassé les frontières hexagonales puisque, pendant la seconde guerre mondiale, les troupes allemandes, craignant une utilisation de ce terrain par la Résistance, le rendent impraticable en creusant des tranchées sur toute sa surface.



--m mirault 4 avril 2014 à 18:01 (CEST)
Source : Conseil Général de la Nièvre
Images : Gallica et François Pommery