Viel de Lunas Antoine Théodore

De Wiki58
  • Antoine-Théodore Viel de Lunas, marquis d'Espeuilles, sénateur du Second Empire, est né à Saint-Honoré-les-Bains au château de la Montagne le 25 avril 1803, et y est mort le 26 décembre 1871. Il appartient à une vieille famille noble du Nivernais. Il est le fils d’Antoine Louis François, maire de cette commune et de Julie Marie Suzanne Françoise Gabrielle de Roquefeuil. Ses études terminées au collège de Nevers, il s'occupe spécialement d'agronomie, et acquiert dans son département une réelle réputation. D'opinions bonapartistes, il est membre du Conseil général de la Nièvre et fait également partie du Conseil d'agriculture de ce département lorsqu'il est, le 4 mars 1853, nommé sénateur par Napoléon III. Il siège assez obscurément jusqu'au 4 mars 1870. Il est allié à la famille de Chateaubriand et est officier de la Légion d'honneur.

Ensemble de sa carrière

Extrait de la table nominative 1852 à 1859.
Session de 1853. Est admis et prête serment. Secrétaire du 4e bureau, le 29 avril. Membre de la commission chargée d'examiner quatre lois, la première, portant ouverture au ministre de l'instruction publique et des cultes d'un crédit extraordinaire de 5000 fr., destiné à solder des loyers arriérés dus par l'Académie de médecine à l'Administration des hospices ; la seconde, concernant l'échange des correspondances entre la France continentale et les colonies françaises ; les deux autres, relatives à des échanges d'immeubles : 1° entre l'État et M. de Creutzer ; 2° entre l'État et les héritiers de l'abbé Daudé ; d'une commission chargée d'examiner diverses lois autorisant des impositions extraordinaires et des emprunts par des départements et par des villes, ou des changements de circonscriptions territoriales. Fait un rapport au nom de cette dernière commission.
Session de 1854. Vice-secrétaire du 4e bureau, le 2 mai. Membre d'une commission chargée d'examiner quatorze lois relatives à des changements de circonscriptions territoriales ; de la commission chargée d'examiner la loi relative au libre écoulement des eaux provenant du drainage.
Session de 1856. Vice-secrétaire du 5e bureau, le 3 avril. Membre de la commission chargée d'examiner la loi ayant pour objet la conservation et l'aménagement des sources d'eaux minérales ; d'une commission chargée d'examiner vingt-trois lois d'emprunts et d'impositions extraordinaires.
Session de 1857. Membre de la commission chargée d'examiner la loi relative à la concession de l'exploitation des sources et de l'établissement thermal de Plombières ; d'une commission chargée d'examiner deux lois relatives à une cession et à une délimitation de communes ; de la commission chargée d'examiner la loi portant fixation du budget des dépenses et des recettes pour l'exercice 1858 ; de la commission chargée d'examiner la loi concernant les avances sur dépôts d'obligations foncières faites par la Société du Crédit foncier de France.
Session de 1858. Secrétaire du 2e bureau, le 22 février. Membre d'une commission chargée d'examiner sept lois relatives à des emprunts et à des impositions extraordinaires ; de la commission chargée d'examiner deux lois relatives, la première à l'extension de la partie du domaine de Chantegrillet, affectée à l'École des Mineurs de Saint-Étienne (Loire) ; la deuxième, à la réunion d'une portion de territoire à la commune de Moulins (Allier) ; d'une commission chargée d'examiner dix lois relatives à des emprunts et à des impositions extraordinaires ; d'une commission chargée d'examiner trente lois relatives à des emprunts et à des impositions extraordinaires ; de la commission chargée d'examiner la loi relative à des pensions et à des secours à accorder aux familles des victimes et aux blessés de l'attentat du 14 janvier 1858 ; de la commission chargée d'examiner la loi relative à l'acquisition de l'hôtel de Jacques-Cœur, à Bourges.
Extrait de la table nominative 1861. Prend part au vote du Sénatus-consulte(1).
Extrait de la table nominative 1861EO. Prend par au vote du Sénatus-consulte portant modification de l’article 42 de la Constitution.
Extrait de la table nominative 1861EO-décembre. Prend part au vote du Sénatus-consulte(1).
Extrait de la table nominative 1862. S'excuse de ne pouvoir assister aux séances. Prend part au vote dans la séance du 18 juin.
Extrait de la table nominative 1863. S'excuse de ne pouvoir assister aux séances. Prend part au vote dans les séances des 5, 8, 9 mai.
Extrait de la table nominative 1865. S'excuse de ne pouvoir assister aux séances. Prend part au vote dans les séances des 19, 23, 30 mai ; 9, 13, 28 juin ; 4, 5, 6, 7 juillet. Est nommé secrétaire du 5e bureau, 4e organisation. Est nommé membre : de commissions chargées d'examiner des lois d'intérêt local ; de la commission chargée d'examiner la loi relative au rachat des péages de plusieurs ponts de Lyon ; de la commission chargée d'examiner la loi relative aux instruments de musique mécaniques. Fait un rapport sur cinq lois d'intérêt local.
Extrait de la table nominative 1866. Est désigné, par le sort, pour faire partie de la députation chargée de présenter l'Adresse(2) à Sa Majesté. Est nommé membre de la 5e commission des pétitions. Fait des rapports de pétitions.
Extrait de la table nominative 1867. Écrit que c'est par suite d'une erreur que son nom figure dans la liste des sénateurs qui ont voté contre la promulgation de la loi relative à la contrainte par corps.
Extrait de la table nominative 1870. Est nommé membre ; de la 7e commission des pétitions ; d'une commission chargée d'examiner les projets de lois d'intérêt local.

(1) Sous le Consulat et l'Empire, acte émanant du Sénat-conservateur et ayant force de loi.
(2) Sous la monarchie constitutionnelle, l'adresse (ou le projet d'adresse) était une réponse faite au discours du roi.


Source : Site du Sénat, Gallica Dictionnaire des Parlementaires français


Martine NOËL (discussion) 30 janvier 2021 à 14:54 (CET)