Octobre 1917

De Wiki58
Guerre 1914-1918 57.jpg

Les informations dans la presse départementale

  • Mardi 2 octobre : Paris-Centre présente des instituteurs nivernais qui se sont illustrés dans la guerre. Parmi eux figure le caporal du 213e R.I. Maxime Marienne, évadé d'Allemagne, actuellement en congé à Devay. Il est cité à l'ordre de la 5e Armée : « Très bon caporal. A toujours fait preuve de belles qualités militaires. Fait prisonnier le 14 décembre 1914, a tenté de s'évader à trois reprises. Dans sa dernière évasion, a fait preuve de très belles qualités de sang-froid, de courage et d'initiative et a rapporté de précieux renseignements sur l'ennemi. » L'article continue ainsi : « Commenter, ce serait affaiblir, disent les instituteurs ses camarades. Affectueuses félicitations à Marienne qui va reprendre incessamment sac et fusil et espère faire encore du bon boulot. »
  • Vendredi 5 octobre : La Croix-Rouge américaine fait un don de 25000 francs au conseil général de la Nièvre qui est chargé de répartir cette somme entre les familles nécessiteuses.
  • Samedi 6 octobre : Changement d'heure : la journée du 6 octobre comptera 25 heures et cela compensera la journée suivante réduite à 23 heures. Le changement se produira entre 24 h 59 et 0 h.
    L'abbé Charles Boulizon, brancardier au 408e R.I., a obtenu la citation suivante : « Soldat dévoué et courageux. A assuré le transport de blessés sous des bombardements violents et la plupart du temps en terrain découvert. » Il est décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze.
  • Lundi 8 octobre : Le sergent Dumaine, de Saint-Léger, est récompensé par une citation : « Sous-officier de grand mérite et courageux, est parti d'un élan impétueux à la tête de sa demi-section avec le plus grand sang-froid à l'assaut de la tranchée ennemie et s'y est maintenu. »
  • Samedi 13 octobre : Citation obtenue par Marcel Demesse, de Decize, soldat au 26e BCP : « Très bon chasseur. A assuré, avec un courage sans bornes et un réel mépris de la mort, le service de coureur entre le premier et le second P.C. Du chef de corps, du 31 octobre au 5 novembre 1916, dans un secteur des plus difficiles et par les plus violents bombardements. » « Le jeune Demesse, de la classe 1914, a été élevé par la famille Bordet, des Feuillats, par Decize. Honneur à ce jeune soldat ainsi qu'à ses parents adoptifs. »
  • Lundi 22 octobre : Le racolage des Américains à Nevers.
    Des procès-verbaux pour racolage sur la voie publique de soldats américains ont été dressés contre les nommées Chaspoul Marie-Louise, de Roanne, Baudouin Louise, de Chagny, Bertin Berthe, Carpentier Marcelle et Maréchal Adeline, toutes trois de Nevers. Également la nommé Baudet, épouse Caumartin, fille soumise, a été expulsée d'un établissement public avec gratification d'un procès-verbal. À l'occasion de cette dernière contravention, il est rappelé aux hôteliers, aubergistes, cafetiers et tous autres gérants d'établissements publics, qu'il leur est interdit de recevoir des filles soumises ou des femmes qu'ils savent notoirement connues pour se livrer à la débauche. Ni les uns ni les autres ne peuvent arguer qu'ils ne les connaissent point, car tous sont parfaitement au courant des faits et gestes de la plupart de leurs clientes dont la profession libérale toute spéciale se révèle suffisamment par leur attitude dans les rues. Une surveillance des plus actives sera exercée à l'effet de mettre fin à une recrudescence de débauche, surtout constatée depuis la venue dans la région de nombreux sujets étrangers qui d'ailleurs ne doivent pas tous se féliciter de leurs conquêtes si faciles.
(Note de la police).

(1) L'abbé Boulizon sera longtemps curé de La Machine.

Texte de Pierre Volut http://histoiresdedecize.pagesperso-orange.fr/index.htm et http://lesbleuetsdecizois.blogspot.fr/ mis en page par Martine NOËL le 30 septembre 2017