Druy Parigny

De Wiki58

Druy Parigny, du Moyen-Âge à la Seconde Guerre mondiale

"Druy était le siège d'une des plus anciennes baronnies des évêques de Nevers, qui la tenaient d'une donation de 966, comprenant également la terre de Sougy. Ils y avaient implanté une maison forte, sans doute vers 1050, sur un mamelon d'où l'on pouvait surveiller la navigation sur la Loire. "Il y avait probablement, dit Soultrait, un château-fort dès les premiers temps de la féodalité."Construit au XIIIe siècle par la famille de Thianges, ce château connut bien des malheurs. Après la défaite de Poitiers, il fut pris par les Anglais qui le démolirent en partie (1359). Il fut relevé en 1388 par son suzerain, Bureau de la Rivière, chambellan de Charles V, qui en fit "une belle et ample forteresse bien bastie et bien accomodée". Saccagé sous Charles VII par les routiers du sieur d'Egreville (1434), il fut rebâti par Jean d'Etampes. De nouveau pillé pendant les guerres de Religion, en 15672, remanié aux XVIIe et XIXe siècles par la gestion de la famille Marion, sous qui la seigneurie fut érigée en comté en 1658, le logis fut encore incendié avec une partie de ses dépendances et le village le 2 septembre 1944, dans une action retardatrice contre la retraite des Allemands, où fut fusillé Hubert comte de Maigret... Une demeure moderne d'un seul niveau a été érigée sur les infrastructures de l'ancienne, réduite pour l'essentiel à un ravelin et à un escalier d'honneur donnant sur un glacis" (Paul de Loye, Camosine, Les Annales des Pays Nivernais, n°32, 1981, p. 10. Georges de Soultrait, Almanach de la Nièvre, 1849, pp. 38-42 et 48-49).

Dessin
Vue actuelle en 2016

Le massacre de Druy Parigny

Voir la page spéciale consacrée à ce massacre

Texte proposé par Pierre Volut et mis en page par Michel Mirault le 18 janvier 2017