Crimes 1913

De Wiki58

Un ancien militaire spécialiste du rasoir

Un nouveau meurtre à Decize. Marie-Louise Vincent, épouse Samsoen, a eu la gorge tranchée au rasoir par son mari, Paul-Guillaume Samsoen, 33 ans, ancien militaire.

Samsoen a été caporal clairon au 13ème R.I., puis au 85ème R.I. Il a longtemps servi aux colonies, où il a pris des habitudes d'intempérance et de violence. De retour en métropole, il a quitté l'armée ; dernièrement, il était journalier à Decize. C'est la jalousie qui lui inspiré ce crime horrible. Il soupçonnait (à tort) sa femme d'entretenir des relations avec deux hommes. Les enquêteurs ont retrouvé un calepin dans lequel il a écrit sa volonté de se venger de sa femme et du restaurateur Palisson.

Le drame a eu lieu alors que Mme Samsoen tenait son enfant dans ses bras ; celui-ci a été éclaboussé du sang de la malheureuse victime. Le père l'a toutefois épargné. Comprenant la gravité de ses actes, il s'est enfui, a jeté le rasoir dans la Loire depuis le pont neuf. Il a été arrêté à Saint-Léger.

Aux assises de la Nièvre, l'assassin a été condamné aux travaux forcés à perpétuité pour homicide volontaire commis avec préméditation.

Sources

  • L'Observateur du Centre, 21 mars et 8 août 1913
  • La Croix du Nivernais, 23 mars 1913
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 11 mai 2020 à 12:42 (CEST)


Grossesse non désirée

Eugénie Noël, originaire de Millay, une jeune servante de 19 ans, était domiciliée chez Mme Laurent, négociante en grains à Saint-Privé. « Elle s'était trouvée enceinte et subitement sa grossesse avait disparu d'une façon anormale ». Elle avait accouché seule d'un enfant viable le 9 août et l'avait jeté dans la fosse d'aisance. Un mois et demi plus tard, les gendarmes ont fait vider cette fosse et ils ont découvert des fragments du petit crâne et une épaule. La fille Noël a été arrêtée. Elle a été condamnée en police correctionnelle à un an de prison, « n'ayant pas la misère pour excuse ».

Sources

  • L'Observateur du Centre, 3 octobre 1913
  • Le Journal de Decize, 2 novembre 1913
  • Transcripteur: Mabalivet (discussion) 11 mai 2020 à 12:42 (CEST)


Mineurs violeurs de mineure

Deux jeunes gens de Saint-Léger, Louis Charbonnier, 17 ans, et Jean Lazare, 18 ans, travaillant tous les deux à la Verrerie, ont avoué un horrible viol commis sur la personne d'une enfant de 12 ans, Philomène G... Ils ont été conduits à la prison de Nevers.

Sources

  • La Croix du Nivernais, 13 avril 1913
  • Transcripteur: Mabalivet (discussion) 11 mai 2020 à 12:42 (CEST)


Notes et références

Notes


References