Animaux

De Wiki58

1903 - Les chiens enragés

Le mois dernier, un chien mordait un jeune homme domestique de la ferme de Choulot, commune de Beaumont la Ferrière, et deux génisses appartenant au fermier. Celui-ci abattit immédiatement son chien. Dans les premiers jours de juin courant, les deux génisses étant tombées subitement malades, le fermier fit appeler un vétérinaire qui déclara que les bêtes étaient atteintes de la rage ; elles ne tardèrent pas à succomber.
M. le maire de Beaumont-la Ferrière, prévenu, a aussitôt pris les dispositions nécessaires pour faire conduire le jeune domestique à l'Institut Pasteur.

  • Le Courrier de la Nièvre du 14/06/1903

1903 - D'autres chiens enragés

Ces jours derniers, un chien, que l'on suppose enragé, a parcouru la commune de Corvol l'Orgueilleux et a mordu plusieurs de ses congénères.
Tous les chiens mordus seront abattus.

  • Le Courrier de la Nièvre du 06/09/1903

1903 - Animal tué par la foudre

Jeudi soir, au cours de l'orage, un châtron estimé 350 francs, a été tué par la foudre dans un pré dépendant de la ferme de Martigny, commune de Cercy la Tour, et exploitée par M. Bondoux, fermier.

  • Le Courrier de la Nièvre du 28/06/1903

1910 - L'affaire du porc tuberculeux

Une affaire bizarre a opposé un éleveur au vétérinaire Garcin. Le 31 décembre 1909, celui-ci avait refusé la vente de la viande d'un porc tuberculeux. Le propriétaire a porté l'affaire en justice, en plaidant que le vétérinaire avait commis un excès de zèle : seule la partie avariée de l'animal aurait dû être retirée de la vente. Or l'expertise commandée par l'éleveur n'a pas été effectuée dans les formes légales. En conséquence, le juge a débouté les deux plaideurs et les a condamnés conjointement aux dépens.

  • Le Journal de la Nièvre, 6 février 1910.

1919 - Vente de chevaux et mulets

Vente publique de chevaux et mulets de l'Armée américaine :

A Corbigny, mercredi dernier 26 mars, a eu lieu à 9 h du matin, sur le champ de foire, la vente aux enchères publiques de 70 chevaux disponibles provenant des armées. Tous les animaux présentés ont trouvé acquéreurs à des prix variant de 500 F à 1500 F, et la plus grande partie a été adjugée aux personnes bénéficiaires d'un droit de priorité.

  • Paris-Centre, samedi 29 mars 1919