Alambics

De Wiki58

L'alambic, une tradition qui perdure

Journal du Centre 11 décembre 2013

L'un des deux alambics de la distillerie Desnoyers est installé toute la journée aujourd'hui, mercredi, à la sortie du Gué Botron. Ces machines qui tournent d'octobre à juin ont leurs habitués. Ces derniers apportent leurs fruits, prunes, mirabelles, cerises préparées avec du sucre pour obtenir de l'alcool. Comme le rappelle le patron, tous les propriétaires récoltants ont la possibilité de faire distiller le fruit de leur récolte. Ils viennent avec leurs tonneaux contenant la mixture qui commence à travailler. Le contenu est vidé dans un vase posé sur la machine. La chaleur du foyer va permettre à la vapeur d'eau d'extraire l'alcool contenu dans la mixture. L'alcool coule ensuite dans une cuve au pied de l'alambic. 48° c'est bien pour de la mirabelle, lance le patron avant d'ajouter: les clients sont attachés à cet alcool familial. Il reste à transvaser l'alcool dans une bombonne apportée par le client. Ensuite, passage à la cabane pour le règlement financier, d'abord de la prestation mais aussi de la taxe au prorata du nombre de litres d’alcool obtenus.


  • Article de Jean Bernard Pardieu.



Alambic Trois Vevres.jpg

Gérard Bourgeat, distillateur professionnel ambulant, installé à Trois Vêvres se déplace dans certaines communes du département pour transformer prunes, pommes et poires en alcool. J’attends chaque particulier pour transformer les fruits en alcool. Cela fait deux étés de suite qu’on a beaucoup moins de fruits que d’habitude, mais ça n’empêche pas des Nivernais de venir avec leurs prunes, pommes, poires… Nous faisons deux chauffes par journée, d’1 h 30, à la vapeur. Avec ces alambics-là, on est quasiment sûr de ne pas faire de mauvaise goutte.


  • Source: Journal du Centre en ligne 28 novembre 2017


Praynal (discussion) 3 mars 2018 à 18:12 (CET)