Varennes les Narcy

De Wiki58
Révision datée du 18 mai 2021 à 10:35 par Admin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigationAller à la recherche

Varennia. C'était une forte commune du canton de La Charité-sur-Loire, mais très éparse dans une vaste plaine entrecoupée par quelques bois. Elle était assez productive en grains et, de plus, très féconde dans certaines parties en mines de fer de première qualité, surtout dans le territoire du Grand et Petit Vilatte, dans les bois voisins du domaine des Aillots.

Elle comprend la terre de Passy , dont le vieux château, dévasté pendant les guerres de religion, tombe en ruines. La population de Varennes s’élevait à huit cent quatre-vingt-dix-sept habitants, et la commune est éloignée de La Charité de huit kilomètres et demi. Il a existé auprès de Varennes, sur un tertre entre trois chemins qui aboutissent au gué de Narcy, une très ancienne église ou chapelle dont deux piliers étaient visibles autrefois. Il n’en reste plus rien, une maison a été bâtie au pied du tertre avec les dernières pierres des ruines de cette chapelle ; on les distingue à leur couleur noire.

On dit quelle a appartenu à l’ordre de Malte, mais ce doit être une erreur, parce qu’on a trouvé dans les titres du prieuré de La Charité, qu’Adelaïde de La Marche donna aux religieux de ce monastère sa terre de Saint-Sylvain avec l'église, le cimetière, etc., que, depuis, le prieur Vileneus, qui a conservé cette dignité de l’an 1085 à 1120, donna à Robert, sacristain de l’abbaye, le pré de Saint-Sylvain situé à Longfroid, pour subvenir au luminaire de l'église. La paroisse de Varennes était sous l’invocation de saint Martin, et dépendait aussi du prieuré de La Charité.


Source

  • Département de la Nièvre et des petites contrées qui en dépendent. Tome 1er par Jean Née de La Rochelle et Pierre Gillet (1827)
  • Martine NOËL (discussion) 2 mai 2021 à 11:52 (CEST)

Notes et références

Notes


References