La Charité sur Loire

De Wiki58

Le vieux pont est en danger

Le 20 mai 2001, La Charité sur Loire recevait la manifestation départementale du centenaire de la Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France, sous la présidence de Mme Paule Albrecht. Depuis cette date, la municipalité a entrepris la réfection du faubourg de Loire. Ces travaux doivent se poursuivre par une intervention sur le pont, qui est après celui de Beaugency, le plus ancien pont encore en fonction construit sur la Loire en 1520 en remplacement d’un pont de bois.

Gravement endommagé pendant la guerre de 39/45 (trois arches avaient été dynamitées par les troupes françaises en 1940 et par les troupes allemandes en 1944), il a été restauré à l’identique entre 1945 et 1952.

Les études menées par la DDE envisageaient, pour faciliter le croisement des poids lourds de 35 tonnes, tout en maintenant un trottoir pour les piétons, d’élargir le pont en déportant les parapets, dénaturant ainsi l’esthétique originelle de ce monument, non classé monument historique, mais qui toutefois se trouve dans le périmètre de protection de l’église prieurale, classée depuis 1840 par Prosper Mérimée, ce qui serait un dommage irréparable.

L’association «Les Amis de La Charité» intervient pour que soit respecté ce monument puisque, à terme, il sera doublé par un nouveau pont sur la Loire adapté aux conditions de circulation actuelles.

Source: Revue Sites et Monuments

Relevé dans la presse

  • Un violent incendie a éclaté dans la nuit du 10 mai, vers deux heures du matin, dans l'îlot de construction dit le Vieux-Château et s'est propagé avec une telle rapidité, que plusieurs ménages ont dû abandonner leur habitation sans rien emporter.
    Malgré les efforts des pompiers et de la population, tout le carré a été bientôt en feu. Les autorités civiles et militaires, les pompiers, et un détachement de troupes, sont arrivés de Nevers et de Cosne, ainsi que les pompiers d'Héry et d'autres communes. Mais on a dû se borner à préserver l'église et les quartiers avoisinants.
    A neuf heures du matin, on était enfin maître du feu. Vingt maisons, dont le presbytère, l'école et la salle d'asile ont été détruites 35 à 40 ménages sont subitement privés de toute ressource. Le préfet et la municipalité ont immédiatement fait donner des secours et assureront asile à ces familles. On n'a pas eu d'autres accidents à déplorer.
(Le Petit Journal du 13/05/1874)
  • Terrible accident de bicyclette
    M. Charles Hotte, domestique chez Mme veuve Perrier, à La Charité, descendait à bicyclette la pente de la Pointe (route de Paris), lorsqu'une pédale de sa machine se dévissa si malheureusement que le cycliste fut projeté violemment à terre.
    Dans sa chute M. Hotte s'est ouvert le base du crâne, il a été transporté à l'hôpital où il est mort jeudi sans avoir repris connaissance.
    M. Hotte était âgé de trente-six ans ; il laisse une veuve et un bébé de quelques mois.
(Le Courrier de la Nièvre du 03/05/1903)
  • Accident:
    Dimanche dernier, vers dix heures et demie du soir, le nommé Pierre Fromon, domestique chez M. Rateau, entrepreneur de transports, rue de Paris, à La Charité-sur-Loire, se trouvant légèrement en état d'ébriété, s'était couché tout habillé dans une petite chambre contiguë à l'écurie, laissant sa bougie allumée.
    Vers minuit, il fut réveillé par une vive douleur au bras et au côté droits : sa chambre était en feu.
    A son appel, un autre domestique accourut et parvint à éteindre les flammes. Fromon a été assez gravement brûlé.
    D'autre part, les pertes causées par ce commencement d'incendie et consistant en effets d'habillements, couvertures de cheval, etc., sont évaluées à 150 francs et couvertes par une assurance.
(Le Courrier de la Nièvre du 03/05/1903)
  • Arrestation :
    La gendarmerie de La Charité a arrêté le nommé Parizet Léon, âgé de cinquante-trois ans, né à Limoges, pour vagabondage et mendicité.
    Ce personnage qui a la conscience tachetée de près de cinquante condamnations allait se livrer à des bris de vitres chez plusieurs négociants de la localité, méfaits qu'il avait déjà commis à Cosne.
(Le Courrier de la Nièvre du 03/05/1903)
  • Escroquerie:
    Ces jours derniers, un jeune homme du nom de Louis Rousseau, de Garchy, louait une bicyclette à M. Alexandre Brionne, marchand de cycles à La Charité.
    A l'heure actuelle l'amateur de sport cycliste n'a pas encore reparu à La Charité et sa bicyclette n'a pas repris le chemin du loueur. La gendarmerie recherche activement ce jeune homme.
(Le Courrier de la Nièvre du 17/05/1903)
  • Au Conseil d’État :
    Le Conseil d’État vient de rendre son arrêt sur la fabrique de l'église paroissiale de La Charité, représentée par M. l'abbé Meunier, curé-doyen, contre un arrêté, en date du 18 juin 1901, par lequel le conseil de préfecture de la Nièvre a rejeté sa demande en décharge de la contribution foncière et de la taxe de mainmorte auxquelles elle a été imposée pour les années 1894 à 1899, sur les rôles de la commune de La Charité.
    La requête de l'église est rejetée.
(Le Courrier de la Nièvre du 07/06/1903)
  • Asile d'aliénés :
    M. le docteur Aubry, est nommé médecin-adjoint de l'asile d'aliénés de La Charité, en remplacement de M. le docteur Bourdin, nommé directeur à Moulins.
(Le Courrier de la Nièvre du 07/06/1903)
  • Une grève :
    Lundi dernier, soixante ouvriers de la Société des marbres industriels de La Charité se sont mis en grève, pour se solidariser avec un ouvrier congédié par le patron. Le personnel de l'usine se compose de 95 ouvriers.
(Le Courrier de la Nièvre du 28/06/1903)
  • Sauvetage :
    Dimanche soir, vers sept heures, un enfant d'une dizaine d'années s'appelant Branger, se baignait dans une voie du pont, près le faubourg de Loire, lorsque tout à coup un remous l'entraîna et lui fit perdre pied. Il allait infailliblement se noyer si un courageux citoyen, M. Léon Mignon ne se fût porté à son secours en se jetant à la nage, et en ramenant sur la rive l'imprudent gamin.
(Le Courrier de la Nièvre du 02/08/1903)
  • Arrestation :
    La gendarmerie de La Charité a mis en état d'arrestation le nommé Berthonier, âgé de 41 ans, pour outrages à la gendarmerie et vagabondage. Cet individu a déjà subi de nombreuses condamnations.
(Le Courrier de la Nièvre du 02/08/1903)
  • Explosion :
    Dans la soirée de mercredi, une lampe à essence a fait explosion, à l'usine des produits chimiques de La Charité-sur-Loire.
    Cette explosion est due à une fuite qui s'est produite au moment où le chimiste, qui faisait des analyses d'engrais, venait de recharger sa lampe.
    Les flammes n'ont pu être étouffées par M. Blond, contremaître, qui entrait à ce moment. Ce dernier doit son salut à la porte restée entrouverte.
    Malgré cela il fut projeté dans la cour, par l'explosion qui se produisit à son arrivée.
    M. Blond qui a été pansé provisoirement à l'usine a le visage brûlé et des contusions au bras droit qu'il s'est faites en tombant : il en sera quitte pour une incapacité de travail de quelques jours.
    Les dégâts matériels se bornent à quelques déplacements de cloison.
(Le Courrier de la Nièvre du 09/08/1903)
  • Arrestation :
    La gendarmerie de La Charité a arrêté le nommé Arsène Brottier, âgé de 19 ans, en vertu d'un mandat d'amener du parquet de Niort. Brottier était l'auteur d'un vol de bicyclette commis à Saint-Maixent, laquelle bicyclette avait été vendue par lui à Cosne. Depuis deux mois, ce jeune homme travaillait chez un boulanger du Faubourg à La Charité.
(Le Courrier de la Nièvre du 23/08/1903)
  • Nécrologie :
    On annonce le décès, à Vevey (Suisse), du capitaine de vaisseau Voiellaud, commandant l'Iéna, de l'escadre de la Méditerranée.
    M. Voiellaud est originaire de La Charité.
(Le Courrier de la Nièvre du 13/09/1903)
  • Probité :
    L'enfant Maurice Saget a trouvé sur la voie publique un porte monnaie contenant 5,30 francs qu'il s'est empressé de déposer au bureau de police. Quelques jours après, cet objet a été remis à son propriétaire.
(Le Courrier de la Nièvre du 20/09/1903)
  • Vol :
    Le jeune Cognet, âgé de dix-neuf ans, domestique à Ouche, ayant confié sa malle a une dame M... demeurant à Voluray, s'est aperçu de la disparition d'une somme de 20 francs et d'un porte-monnaie que cette malle contenait.Une enquête est ouverte.
(Le Courrier de la Nièvre du 20/09/1903)
  • Les méfaits d'un taureau :
    Il y a quelque temps, un taureau s'était échappé de son enclos, propriété appartenant à M. J..., à La Charité. Tout joyeux de son escapade, notre ruminant eût le malheur de traverser un champ de betteraves dont il bouleversa quelque peu la symétrique plantation. Ce voyant, le propriétaire du champ M. S..., de la Plauderie, s'empara de l'animal et l'enferma dans sa propre étable.
    M. S..., demanda en conséquence à M. J..., une indemnité pour les dégâts à lui causés sous réserve de rendre la bête après payement. Soit !, dit J..., et quelques jours après il assigne S.... pour 50 francs de dommages-intérêts pour s'être approprié illégalement le bétail d'autrui.
    L'affaire menace de tourner en vaudeville ; ajoutons que les dégâts ont été estimés par un expert à 0 fr. 50 centimes.
(Le Courrier de la Nièvre du 04/10/1903)
  • Employé infidèle :
    Des détournements et des faux en écriture ont été commis par un jeune employé de commerce au préjudice de son patron, M. Just, négociant à La Charité. Ce jeune homme demeurant chez ses parents à La Charité, a disparu depuis lors et il a emporté avec lui une bicyclette de louage d'une valeur de 200 francs.
(Le Courrier de la Nièvre du 04/10/1903)
  • Arrestation :
    La gendarmerie de La Charité a arrêté, sur mandat d'arrêt du parquet de Clamecy le nommé Pierre (dit Claude) Genty âgé de vingt-deux ans, né à Garchy, journalier, inculpé d'abus de confiance, commis à Corvol l'Orgueilleux.
(Le Courrier de la Nièvre du 11/10/1903)
  • Mort accidentelle :
    Mardi dernier, M. Auguste Cachet, vigneron à La Charité, âgé de cinquante-neuf ans, est tombé asphyxié dans sa cuve en foulant son raisin. Retiré presque aussitôt, il n'a pu, malgré des soins énergiques, être rappelé à la vie.
(Le Courrier de la Nièvre du 01/11/1903)
  • La question du gaz :
    Les consommateurs de gaz de La Charité, mécontents de la façon dont le service est fait par l'usine à gaz de cette ville, viennent de se former en syndicat pour la défense de leurs intérêts.
    Les adhérents ont tenu déjà plusieurs réunions pour discuter les moyens d'arriver à une amélioration de l'éclairage particulier. Plusieurs notables et commerçants sont à la tête de cette association.
(Le Courrier de la Nièvre du 22/11/1903)