Tassin de Saint Péreuse Pierre Eugène Marie Roger

De Wiki58
Tassin de Saint Péreuse Pierre2.jpg
  • Pierre Eugène Marie Roger Tassin de Saint Péreuse est né le 2 juillet 1910 à Moulins (Allier). Il est le fils d’Emmanuel Renaud Joseph, propriétaire et d’Yvonne Marie Louise Ernestine de Rostang. Il se marie le 4 juin 1947 à Coubon (Haute-Loire) avec Marie Madeleine Françoise Armande Élisabeth de Vincens de Causans.
  • Après son Baccalauréat, il s'engage dans la cavalerie en 1930. Affecté au 8e Régiment de chasseurs, il y passe quatre années jusqu'au grade de maréchal des logis. En 1934 il suit les cours de l'École de Saumur et, promu officier, rejoint en 1936 le 4e Régiment de dragons portés.
    Lieutenant en octobre 1937, il est volontaire, un an plus tard, pour un stage d'observateur en avion à Avord (Cher) qu'il poursuit au Groupe aérien d'observation 507 à Luxeuil-les-Bains. Sur sa demande, il passe dans l'aviation en août 1939 et obtient son brevet de pilote en novembre.
    Envoyé en stage de pilotage à Meknès au Maroc, Pierre Tassin de Saint Péreuse entend à Casablanca l'appel du Général de Gaulle à la suite de quoi il décide, avec quelques camarades, de poursuivre le combat. Le 30 juin, ils rejoignent Gibraltar à bord de trois Glenn Martin dont un, avec à son bord le capitaine Le Forestier de Vendeuvre, le lieutenant Berger et les sous-lieutenants Jochaud du Plessix et Weill, est abattu par la DCA espagnole. L'appareil de Pierre de Saint Péreuse, dans lequel se trouvent également Pierre Aubertin et Gustave Lager, se pose sans encombre sur le Rocher.
  • Arrivé en Angleterre le 13 juillet, il s'engage immédiatement dans les Forces aériennes françaises libres et est affecté à l'Escadrille de bombardement Topic, qui quitte l'Angleterre pour Takoradi en Gold Coast en octobre 1940. Cette formation est rattachée aux Forces aériennes équatoriales françaises libres et devient, le 24 décembre 1940, avec l'escadrille « Menace », le Groupe réservé de bombardement n°1 (GRB1), sous les ordres du commandant Jean Astier de Villatte.
    En février 1941 il participe avec le GRB1 aux opérations de Koufra en Libye en soutien des troupes du colonel Leclerc. Victime d'une panne de deux moteurs lors de l'opération, il se pose avec adresse et sang-froid dans le désert libyen, sauvant son équipage.
    En septembre 1941, le GRB1 devient, à Damas, le Groupe de bombardement « Lorraine ». Le capitaine de Saint Péreuse en prend la tête pendant un mois, avant de prendre part à la campagne de Libye par des bombardements massifs sur les colonnes motorisées ennemies puis, en janvier 1942, sur Bardia et Halfaya. Il effectue durant la durée de la campagne plus de quarante missions de bombardement.
    Fin janvier 1942, le « Lorraine » rejoint la Syrie ; peu après, Pierre de Saint Péreuse, promu commandant, quitte le Groupe pour prendre, en juillet 1942, le commandement du Groupe de Bombardement « Bretagne » basé à Moussoro.
    En décembre 1942, l'ensemble du Groupe se prépare à une nouvelle campagne et est regroupé à Zouar. Le 26 décembre, il reçoit pour mission de détruire les éléments motorisés italiens susceptibles de menacer la Colonne Leclerc sur ses flancs, de s'opposer à l'aviation ennemie et d'attaquer ses défenses terrestres. Il remplit à cette occasion plus de 25 missions de bombardement.
  • Fin janvier 1943, après de nombreuses missions, le groupe commandé par Pierre de Saint Péreuse s'installe à Sebha puis à Ben Gardane dans le Sud tunisien en avril 1943. Là, il commence une série de vols d'entraînement pour le bombardement de nuit avant d'effectuer à nouveau vingt missions de guerre.
    Promu lieutenant-colonel le 15 juin 1943, Pierre de Saint Péreuse laisse, le mois suivant, le commandement du « Bretagne » au lieutenant-colonel Vuillemin pour quelques jours seulement et se rend à Alger pour y recevoir ses ordres concernant l'avenir du Groupe.
    Au retour d'Alger le 15 juillet 1943, un accident d'avion coûte la vie à quatre des passagers parmi lesquels le lieutenant pilote Marcel Lebois ; grièvement blessé et amputé de la jambe droite, Pierre de Saint Péreuse est remplacé par le capitaine de Maismont à la tête du « Bretagne ». Après une longue et pénible convalescence, il est affecté à l'État-major des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) en Grande-Bretagne.
  • Après la guerre, il poursuit sa carrière militaire, est promu colonel en mai 1952 et occupe les fonctions de chef du Service Historique de l'Armée de l'Air jusqu'en 1958.
    De 1952 à 1960, il exerce également les fonctions de Secrétaire du Conseil de l'Ordre de la Libération.
    Adjoint au général Hugo commandant la 2e Région aérienne, il démissionne de l'Armée le 2 juin 1962 et entre alors au service des Relations publiques de la Société Nationale d'Etude et de Construction de Moteurs d'Aviation (SNECMA) jusqu'en 1973.
  • Pierre Tassin de Saint Péreuse est décédé le 29 décembre 1995 à Saint-Péreuse où il est inhumé.

Tassin de Saint Péreuse Pierre1.jpg
  • Il a reçu de nombreuses distinctions :
• Commandeur de la Légion d'Honneur,
• Compagnon de la Libération - décret du 26 juin 1941,
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations),
• Médaille de la Résistance avec rosette,
• Médaille Coloniale avec agrafes « Érythrée », « AFL », « Koufra », « Libye », « Fezzan-Tripolitaine »,
• Distinguished Flying Cross (GB),
• Croix de Guerre Tchécoslovaque.


Source : site ordredelaliberation, site divisionfrancaiselibre, archives de l’Allier
Images : site ordredelaliberation, site divisionfrancaiselibre


Martine NOËL (discussion) 28 janvier 2021 à 15:40 (CET)