Tannay église

De Wiki58

L'église Saint Léger

L'église Saint Léger de Tannay
  • Église autrefois collégiale, maintenant paroissiale, de Saint Léger, achevée en 1313, mais remaniée et fort agrandie au XVe siècle.
  • Plan rectangulaire avec saillie du chœur à chevet plat, flanqué de la sacristie et de deux chapelles.
  • Les deux travées du chœur voûtées sur croisées d'ogives rondes ; arc-doubleau porté, au nord, par une figurine humaine et, au sud, coupé à une assez grande hauteur, lorsque, au XVe siècle, on perça une large fenêtre gothique à meneaux fort maladroitement ouverte ; les membrures diagonales ont pour appuis des colonnettes à chapiteaux de crosses végétales portant, les unes sur le sol, les autres sur des consoles.
  • Le chœur est percé de fenêtres en lancette et de roses polylobées.
  • L'entrée de la sacristie est décorée d'une guirlande de chêne et surmontée d'une inscription en lettres minuscules gothiques faisant savoir que cette partie de l'église a été construite en 1502.
  • Les deux chapelles, à voûtes fort basses, sans caractère.
  • Cinq travées de la nef flanquées de collatéraux de même hauteur que la maîtresse voûte ; la travée orientale voûtée comme le chœur ; à la partie centrale du transept, une clef percée ; les autres clefs décorées d'un agneau pascal et d'une main bénissante ; les quatre autres travées, du XVe siècle, voûtées sur membrures prismatiques descendant le long des colonnes assez minces qui séparent la nef des collatéraux ; les membrures de la travée la plus voisine du chœur d'un dessin plus compliqué, et celles de la travée occidentale, qui porte le clocher, beaucoup plus fortes que les autres.
  • Fenêtres gothiques divisées en deux panneaux tréflés et amortis en remplages rayonnants ; quelques restes de vitraux.
  • Porte fort simple en accolade.
  • Le clocher est une lourde tour carrée, à deux étages percés de baies cintrées, appuyée par des contre-forts amortis en pinacles, flanquée d'une tourelle d'escalier et couronnée d'une galerie de pierre à dessin flamboyant, avec gargouilles aux angles.
  • Contre-forts très saillants à retraite, percés d'arcades gothiques qui permettent de circuler autour de l'église sans les contourner.
  • Petits modillons unis au chœur.
  • Deux inscriptions incrustées dans les murs à l'extérieur : l'une, en capitales gothiques, relate le passage à Nevers, en 1305, du pape Clément V ; l'autre est l'épitaphe de Philippe Masse, chanoine de Tannay, mort en 1652, qui, par humilité, voulut être enterré sous une gouttière de l'église.
  • Diverses crédences du XVe siècle, l'une ménagée au milieu des moulures qui garnissent l'arc d'entrée de la chapelle nord du chœur.
  • Inscription de 1577 relative à une fondation.
  • Assez beau bas-relief en pierre représentant plusieurs scènes de la légende de saint Hubert.
  • Pentures de la porte de la sacristie de 1505 ; statues de la Renaissance.
  • Plusieurs tableaux du XVIIe siècle, avec les noms et les armoiries des donateurs.
  • Sonnette élégante, de la fin du XVIe siècle, portant un cordon de fleurs de lys et une inscription.
  • Longue inscription de la grosse cloche, fondue en 1754.
  • On conserve dans la sacristie le chef de sainte Agathe, l'une des compagnes de sainte Ursule.



Sources : Répertoire archéologique du département de la Nièvre rédigé sous les auspices de la Société nivernaise des Lettres, sciences et arts par M. le comte de Soultrait ; impr. nationale (Paris) – 1875 et Patrimoine des communes de la Nièvre (Éditions Flohic)
Photo : Éric Monnier (GenNièvre)
--m mirault 5 avril 2011 à 09:29 (CEST)