Périn Émile

De Wiki58

PÉRIN Émile (1892-1965)

Émile Périn
  • Il nait le 24 janvier 1892 à Nice (Alpes-Maritimes).
  • Après de bonnes études secondaires, il entre à l'École d'électricité industrielle de Marseille d'où il sort ingénieur. Il exerce sa profession d'abord aux Aciéries de la marine puis aux usines de la Loire d'où il est détaché aux ateliers de locomotives de Vauzelles près de Nevers.
  • C'est à Nevers qu'il entreprend sa carrière politique. Conseiller municipal en 1922, puis maire de Nevers en 1925, il se présente ensuite à la députation. Il est élu pour la première fois dans la 1ère circonscription de la Nièvre, au second tour de scrutin le 8 mai 1932, sous l'étiquette républicain socialiste, par 8.190 voix contre 7.309 à son concurrent Gromolard.
  • Il fait partie à la Chambre de la commission de l'aéronautique et de celle des travaux publics et des moyens de communication.
  • Comme il l'avait annoncé dans son programme électoral il attache alors une particulière importance à la lutte contre le chômage. Il dépose une proposition de loi tendant à l'institution obligatoire de caisses municipales de chômage dans toutes les communes où le chiffre de chômeurs atteint le vingtième de la population ; une seconde tendant à assurer aux travailleurs saisonniers qui réalisent difficilement la condition de six mois de séjour dans la même résidence des avantages analogues à ceux des autres chômeurs. A plusieurs reprises il demande à interpeller le gouvernement sur les mesures qu'il compte prendre pour venir en aide aux victimes du chômage.
  • Il s'intéresse également aux problèmes que pose l'extension des moyens de communication, et à ce titre dépose une proposition de loi tendant à réaliser dans un bref délai l'éclairage des grandes artères routières du territoire, et s'inquiète de la fréquence des accidents de chemin de fer.
  • Réélu en 1936 au second tour de scrutin par 9.482 voix contre 7.301 à son concurrent Leriche, il a mené sa campagne sur deux thèmes principaux : assurer à l'intérieur du pays le mieux-être des travailleurs et en politique étrangère réaliser l'entente européenne. Pendant cette seconde législature il témoigne de préoccupations en avance sur son temps. C'est ainsi qu'il dépose des propositions de loi tendant à instituer une visite médicale décennale pour tous les titulaires du permis de conduire, et une visite obligatoire biannuelle des organes de sécurité des voitures automobiles.
  • Il invite également le gouvernement à créer un statut nouveau de réorganisation de la radiodiffusion et à établir un plan d'éducation physique national. Il s'inquiète de l'évasion des capitaux et demande au gouvernement de présenter un programme de grands travaux pour lutter contre le chômage.
  • A l'ouverture des hostilités il s'intéresse au sort des mobilisés et invite le gouvernement à affecter aux formations militaires de l'intérieur les militaires trois fois blessés au cours de la campagne de 1914-1918.
  • Le 10 juillet 1940 il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.
  • Il décède le 05/07/1965 à Clichy la Garenne (Hauts de Seine)





Sources :
Dictionnaire des Parlementaires français, Robert et Cougny
Dictionnaire des Parlementaires français, Jean Jolly
Site de l'Assemblée Nationale
--m mirault 30 juillet 2011 à 09:19 (CEST)