Moulins Engilbert Archéologie

De Wiki58



Jadis Capitale du Bazois.

  • En 1277, on disait Molinus-Engilbertorum, nom d'une ancienne famille féodale.
  • En 1423 - Moulins-Engilbert.
  • En 1789 - Moulins le République

L'ancien château, dont on voit les ruines dominant la vallée, est passé au cours des siècles à différents seigneurs soit par achat ou héritage.

En 1386, les habitants obtinrent de Marguerite de Flandre, la permission de faire six cents toises de murailles pour clore la ville au midi et au couchant. Les murs avaient six pieds d'épaisseur ; ils lui flanquèrent de grosses tours et les fortifièrent de fossés larges et profonds. Il y avait trois portes : la porte Saint Antoine à l'ouest, la porte du Guichet à l'est et la porte Notre Dame au sud, flanquées chacune de deux tours garnies de créneaux. Le tout formait une enceinte de deux mille mètres environ. La coutume du y a été rédigée en 1463.


Les guerres du Moyen Age furent désastreuses pour la cité. En 1465, le maréchal de Bourgogne mit le siège devant Moulins Engilbert mais dut se retirer : les guerres dites du bien public les portèrent sur Château Chinon et Saulieu. Moulins eut par la suite tant à souffrir des guerres, qu'en 1519, un impôt spécial fut crée afin d'employer l'argent à la reconstruction des murailles.

En 1570 la ville fut à nouveau ruinée et incendiée par les Protestants. Le château aurait été détruit en 1525 par un incendie dont on a jamais connu la cause.

Au 19ème siècle, les portes ont été démolies et les fossés comblés du côté du couchant. On peut encore y voir des maisons des 14, 15 et 16èmes siècles.

L'église du 16ème siècle est de style gothique, elle est surmontée d'une tour centrale carrée et possède une chapelle souterraine du 15ème siècle.


  • Source : Le Morvan, coeur de la France. J. Bruley. Tome III, pages 165, 166