Miron François

De Wiki58

Les MIRON vivent à Moulins Engilbert depuis fort longtemps. Hugues-Claude y était notaire royal dans le milieu du XVIIIème siècle. Son arrière-petit-fils, Simon-Arthur MIRON naît « dans un vaste immeuble de la rue Coulon (1)», en février 1835. Il est fils de Jean-Baptiste-Théodore Miron né en 1798 dans cette même ville, et d’Augustine Bonamour de la Foultière; neveu du président du tribunal d’arrondissement.


François est le fils d’Arthur, il sera tout naturellement ingénieur. Il publiera de nombreux ouvrages relatifs à l’électricité, dont :

  • Eclairage électrique, traité pratique de montage et de conduite des installations d’éclairage électrique (3 volumes, parus en 1896 chez Frisch, Paris). Cet ouvrage traite entre autres de la distribution par courants alternatifs : éclairage des grands espaces, stations centrales à Paris, en province et à l’étranger, législation.


(A la même époque, un François Miron (est-ce le même ?) publie :

  • Les huiles minérales : pétrole, schiste, lignite, (Paris Gauthier-Villars et fils 1897 collection encyclopédie scientifique des aide-mémoire publiée sous la direction de M. Léauté)
  • La photographie, (Paris P.Vicq-Dunod 1897 réédité en 1925)
  • Etude des phénomènes volcaniques, tremblements de terre, cataclysme de la Martinique (1902 Paris C. Béranger)
  • les eaux souterraines : eaux potables, eaux thermo-minérales : recherche et captage. (Paris Gauthier-Villars et fils 1902)


(1) Abbé Vannereau Moulins-Engilbert au XIXe siècle


Source: Jacqueline et Serge BERNARD - « Des Morvandiaux de l’Ombre à la Lumière » Tome 1


--Patrick Raynal 14 janvier 2016