Mars sur Allier église

De Wiki58

L'église Saint Julien

L'église Saint Julien de Mars sur Allier

Église d'un ancien prieuré (ordre de Cluny), maintenant paroissiale de Saint Julien, XIe et XIIe siècles ; plan en croix, figuré seulement dans l'élévation de la voûte, terminé par une abside à pans coupés, cette abside voûtée en cul-de-four ovoïde, décorée d'une moulure billetée et dentelée à modillons, dessinant de petites arcatures ; fenêtres refaites.

Deux travées de chœur voûtées en berceau brisé, avec doubleaux retombant sur des colonnes engagées dans la muraille, qui est décorée d'une arcature irrégulière. Transept voûté en coupole au carré, en demi-berceau aux bras, qui forment seulement un étroit passage entre la nef et le sanctuaire. Trois travées de nef avec bas-côtés.

Toutes les voûtes en berceau brisé sur des arc-doubleaux ; les doubleaux de la grande voûte sont établis sur des pilastres qui ont pour appui le tailloir de grosses colonnes reliées entre elles par des arcades brisées et doublées. Fenêtres cintrées dans les bas-côtés.

Portail en saillie, et formé de trois retraites de cintres retombant sur des colonnettes et sur des pilastres cannelés, avec chapiteaux sculptés de feuilles d'eau, de palmes et de rinceaux sortant de têtes monstrueuses ; deux bas-reliefs superposés dans le tympan :

  1. Jésus-Christ bénissant dans une auréole, avec une croix sans nimbe sur la tête, les quatre animaux symboliques autour de l'auréole, et trois figures d'apôtres, dont celle de saint Pierre, reconnaissable à la double clef ;
  2. une figure de monstre de la bouche duquel s'échappent des rinceaux.

Contre-forts plats, talutés au sommet, remplacés à l'abside, dont l'extrémité est à pans coupés, par des colonnes prolongées jusqu'à une corniche qui a pour ornements des modillons sculptés. Clocher carré par-dessus la coupole du transept : deux étages percés de baies cintrées ; décoration de tores et d'archivoltes billetées et de colonnettes au second étage ; toit en pyramide au-dessus d'une corniche à modillons sculptés. Statue en pierre d'un saint évêque, XIXe siècle ?

Etat de la Cure en 1711

Lorsque je pris possession de la cure de Mars qui était le l7 Août 1711 je trouvé la maison curialle en très mauvais estat car il y avoit peut-estre plus de soixante ans que l'on y avait fait aucune réparation et je fus obligé de les faire faire l'année... 1713 et il en a cousté cent quatorze livres.

Premièrement tout le couverture de la maison a été rellevée à la main avec la latte
2ment le parapet de la montée qui estoit presque tout à bas.
3ment rellevée une bosse en dehors de l'oeuvre qui tomboit au droit où est le fumier de la j'ay fait faire un husery avec la porte dans l'étable à costé de l'écurie et ressapé plusieurs trous qui estoient dans l'écurie où il y manquoient beaucoup de pierre
4ment à la cuisinne j'ay fait poser trois soliveaux tous neuf du côté du jardin et pour cela faire on a esté obligé de rellever tous les carreaux des deux cabinets et de la moitié de la chambre haieste et dans les deux chambres hautes j'y ay fait poser des vitres neufs
5ment j'ay fait faire les grandes portes de la rue avec le portail et fait rellever qui estoient une bonne partie à bas.

J'ay aussi fait faire une porte de la cour dans le jardin pour la commodité de mener le fumier et plusieurs autres petites réparations dont je ne spécifie pas. J'ay fait faire tout cela mais il ne m'en a rien couté. car je n'étois pas en ettat en entrant dans la cure d'avancer un liard veu et attendu que les années estoient un peu trop mauvaises car je n'amassay presque rien dans Mars les deux premières années de ma profession.

Sources

  • Répertoire archéologique du département de la Nièvre rédigé sous les auspices de la Société nivernaise des Lettres, sciences et arts par M. le comte de Soultrait ; impr. nationale (Paris) – 1875
  • Patrimoine des communes de la Nièvre (Éditions Flohic)
  • Photo : Éric Monnier GenNièvre
  • --m mirault 4 janvier 2011 à 21:41 (CET)
  • Irène Anger – Revue Blanc Cassis n°81 - pour l'état de la cure