Leboeuf Marcel

De Wiki58

LEBOEUF Marcel Louis Maurice (1872-1943)

Marcel Louis Maurice LEBOEUF
Politiques-Leboeuf Marcel02.jpg
  • Il nait le 5 décembre 1872 à La Charité-sur-Loire (Nièvre).
  • Docteur en médecine, il s'intéresse très vite à la vie publique.
  • De 1904 à 1912, il est maire de Chasnay, petite commune des environs de La Charité-sur-Loire. En 1912, il devient maire de sa ville natale. Conseiller d'arrondissement du 28 juillet 1907 au 14 mai 1922, il est élu conseiller général en mai 1922. Par la suite, il est président de l'assemblée départementale.
  • Henri Régnier, député de la Nièvre, étant décédé le 6 octobre 1926, une élection partielle a lieu pour pourvoir à son remplacement. Il se présente et est élu, au second tour, le 19 décembre 1926, sur la liste républicaine indépendante. Il obtient 32.624 voix sur 61.418 votants contre 27.840 à Bailly, candidat de la liste du bloc ouvrier et paysan.
  • Membre de la commission d'assurance et de prévoyance sociales et de la commission de l'hygiène, il intervient, pendant son court passage à la Chambre, dans la discussion d'un projet de loi et de propositions de loi portant rétablissement du scrutin uninominal pour l'élection des députés et dépose une proposition de résolution tendant à inviter le gouvernement à assurer aux associations de pêcheurs à la ligne - adjudicataires ou amodiataires de l'Etat - la prorogation de leurs baux.
  • Aux élections législatives de 1928, il n'est pas réélu. Au premier tour, il obtient 6.697 voix sur 15.010 votants contre 5.118 à Arsène Fié et 3.072 à Bailly. Au second tour, Arsène Fié l'emporte par 8.015 suffrages sur 15.650 votants.
  • Le 16 octobre 1932, il se présente aux élections sénatoriales et est élu au troisième tour. Au premier tour il obtient 40 voix sur 676 votants, au second tour 203 voix sur 679 votants et au troisième tour 316 voix sur 679 votants.
  • Inscrit au groupe de l'union démocratique et radicale, il est membre de diverses commissions, et notamment de la commission d'administration générale, départementale et communale. Au nom de cette dernière, il dépose deux rapports : le premier en 1934, sur le projet de loi autorisant les communes à exécuter le curage et l'amélioration des cours d'eau non navigables ni flottables situés sur leur territoire ; le deuxième, en 1937, sur la proposition de loi tendant à modifier l'article 4 de la loi du 21 mai 1836 et ayant pour but de donner aux municipalités la faculté de réaliser obligatoirement le rachat d'une partie de la prestation.
  • Il se retire de la vie politique après son vote du 10 juillet 1940, en faveur du projet de loi constitutionnelle.
  • Il meurt le 11 mars 1943 au Vésinet. Il était Chevalier de la Légion d'Honneur.



Sources :
Dictionnaire des Parlementaires français, Robert et Cougny
Dictionnaire des Parlementaires français, Jean Jolly
Site du Sénat
Précisions apportées par les membres de GenNièvre
--m mirault 6 juillet 2010 à 17:37 (UTC)