La Nièvre en région

De Wiki58

En 1477, le comté de Bourgogne, le duché de Bourgogne et le comté de Nevers constituaient la Maison de Bourgogne.

Au 15ème siècle

Mais en remontant le temps jusqu'à Hugues Capet à la fin du 10ème siècle, on s'aperçoit que les huit départements actuels de Bourgogne Franche Comté appartenaient déjà au duché de Bourgogne. Bon, ce dernier était immense, il allait jusqu'à la Méditerranée. Nous avons depuis abandonné cette vision expansionniste.

Ne pas confondre comté et duché

Au 11ème siècle, la Franche Comté n'existait pas, ce territoire s'appelait "comté de Bourgogne", terre à l'histoire cahotique, passée entre les mains des rois Burgonds (4e et 5e siècles), des Mérovingiens (5e et 8e siècles), érigé en duché, en royaume puis de nouveau en comté avant d'être rattaché à l'Empire germanique au début du 11ème siècle. On trouve donc deux territoires distincts portant le nom de Bourgogne: comté et duché.

Gestation de la Franche Comté

Au 12ème siècle, un comte de Bourgogne, Renaud III, n'accepte plus la tutelle germanique. La guerre mène à la liberté de s'affranchir, le comté devient donc franc mais n'en prend pas encore le nom. Comté et duché restent encore face à face.

Une nouvelle réunion, suivie d'une nouvelle séparation

Au 14ème siècle, suite aux mariages et aux héritages, les deux territoires se trouvent réunis sous l’étendard de Bourgogne, puis rattachés au domaine royal. Pas pour longtemps, la branche des Valois de Bourgogne, identifiée à Charles le Téméraire s'allie aux Anglais.

Le bloc bourguignon connaîtra de nouveau l'éclatement, le comté de Bourgogne repasse à l'Empire germanique, puis appartiendra aux Habsbourg d'Espagne.

Il faudra attendre Louis XIV et le traité de Nimègue pour que le comté rejoigne le royaume de France.

La République émancipatrice

Deux siècles plus tard, la République réunit les comtés de Bourgogne, de Montbéliard et la terre belfortaine pour créer la Franche Comté. Depuis, à l'est, on n'est plus Bourguignons.

Blason du comté de Nevers

Pour en revenir au comté de Nevers

Il correspond sensiblement à l'ancienne province du Nivernais et au département moderne de la Nièvre.

Il date approximativement du début du 10e siècle. Le comté a été fréquemment associé au Duché de Bourgogne voisin; il faisait partie des terres et des titres détenus par Henri Ier de Bourgogne. Le comté était joint au Comté d'Auxerre. Son premier titulaire a été Renaud Ier de Nevers. Nevers est passé sous la domination des comtes de Flandre au XIVe siècle, et à partir de là, est devenu possession de Philippe II le Hardi, Duc de Bourgogne, qui a brièvement réuni les deux terres. Philippe de Bourgogne, le plus jeune fils de Philippe le Hardi, a reçu le comté de Nevers qui est devenu plus tard possession d'une branche cadette des ducs de Clèves. À partir de 1521, les dirigeants de Nevers se sont appelés ducs de Nivernais. Le duché a survécu jusqu'à la Révolution française, le dernier duc étant Louis-Jules Mancini-Mazarini, qui a perdu son titre à la Révolution.

Région Centre à la Révolution

Découpage en 1791
Découpage en 1798
  • Une carte de France de 1791 divise la France en 10 arrondissements, la Nièvre se retrouve dans la région du Centre.
  • En 1798, voici le tableau général de la Figure de la Superficie et de la Population de toutes les parties du Territoire de la République Française répandues sur la surface du Globe.

Tableau figuré de la France contenant sa Division en Départemens, sa Population et sa Superficie d'après les Grandes Tables de Population et le Toisé Général du Territoire Français

Au 21ème siècle

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Les 13 régions votées en 2014

Le Parlement a adopté définitivement mercredi 17 décembre 2014 la nouvelle carte de France à 13 régions. Cette réforme, qui entrera en vigueur début 2016, a été voulue par François Hollande dans le but de redessiner la France pour plusieurs décennies avec des régions de "taille européenne" et moteurs du développement économique.
La fusion de la Bourgogne et de la Franche Comté est donc en route.

Sources:

  • Jean François Perret, article du Journal du Centre
  • fr.wikipedia.com


--Patrick Raynal 14 juillet 2014 à 13:50 (CEST)
--Patrick Raynal 19 décembre 2014 à 18:29 (CET)