Imbart de Latour Philippe

De Wiki58

Retour

Le 31 Mars 1810, dans la commune de Moulins-Engilbert, Nièvre, naissance de Philippe Imbart-Latour, de Serruau Marguerite et son époux Barthélémy, Tanneur-Chamoiseur.

C'est le septième enfant de la famille, qui en comptera au moins dix.

Je n'ai pas actuellement trouvé de renseignements sur son enfance. On peut toutefois penser que l'éducation parentale, et surtout la formation professionnelle de son père et d'au moins l'un de ses cousins,(dans la fabrication du cuir) fut assez solide puisqu'on le retrouve, à l'âge de 26 ans, en 1836 donc, fabricant de chaussures clouées, à Liancourt,dans l'Oise. (Ce qui n'est sûrement pas un hasard, vu la profession des parents)

Philippe prend le temps de se marier, le 17 Mars 1838 à Paris avec Marie-Madeleine Rustemeyer, fille de François Antoine Xavier et de Kamentz Marie Madeleine.

Il crée, à partir de 1847, une fabrique qui prospéra jusqu'en 1891 rue des Arts et Métiers, à Liancourt. Pour sa part, La « Sté Latour Frères, siège social 63 rue Montorgueil à Paris », ne vécut que de 1845 à 1858. Nous remarquerons à cette occasion les très belles images publicitaires, traitant différents thèmes, que contenaient ses boites à chaussures.

Il est décrit comme un patron d'une «inépuisable charité, fondant des écoles,des catéchismes, des salles de lecture». (Gallica-étapes d'un touriste..Martin)

La Légion d'Honneur,au grade de Chevalier, lui fut attribué par décret du 14 Novembre 1855, comme «fabricant de chaussures à la mécanique».

Philippe se fit aussi remarquer par l'attribution, à ses contremaitres, de 6 maisons d'habitation et une, par tirage au sort, attribuée à un de ses ouvriers. De plus, dès 1861, il apporte à la ville de Liancourt, par une usine à gaz de houille, l'éclairage d'une place.

En 1865, à partir du «Parterre Anglais», il se fait construire un château, agrémenté d'un jardin avec réutilisation de fontaine (de jouvence... dit la réputation de l'époque) et cascades, que l'on peut toujours admirer d'ailleurs, sur le site internet actuel de la commune de Liancourt. (Ce château , a vécu depuis une autre histoire...)

Les recensements de Liancourt porte la trace du passage du couple de 1856 à 1872.On peut d'ailleurs constater à cette occasion aussi à qui furent attribué gratuitement ces 7 maisons.

Le décès de Philippe Imbart-Latour est déclaré par son frère Henri-Sébastien (l'un des S de la société qui en compta au moins trois), et par son beau-frère et directeur de l'usine,M Bonifay,le 09 Août 1874 à Liancourt, au château, trois ans après le décès de sa femme Marie-Madeleine.

Le couple serait enterré au cimetière de Liancourt.


Pierre Imbart-Latour en mai 2010