Guerre de Crimée

De Wiki58

La guerre de Crimée est la conséquence de la volonté de Napoléon III de diviser la coalition née de l’Europe du Congrès de Vienne (1815). Elle résulte de l’affaiblissement continuel de la Turquie, « l’homme malade de l’Europe », dans la première moitié du XIX° siècle et des ambitions du tsar Nicolas 1er. Ce dernier rêve de démanteler l’Empire Ottoman afin de s’assurer un protectorat sur les peuples slaves des Balkans. Il espère également annexer Constantinople et les Détroits (Bosphore et Dardanelles) pour contrôler l’accès à la Méditerranée.

En 1853, Le tsar invoque le premier prétexte venu, la préférence donnée par le Sultan aux moines latins sur les moines orthodoxes pour la protection des lieux saints, pour adresser un ultimatum à l’Empire Ottoman. Le sultan refuse de se soumettre au protectorat russe. Nicolas 1er fait alors entrer ses troupes dans les provinces roumaines de l’Empire Ottoman (Moldavie et Valachie).

L’Angleterre, qui voyait dans les ambitions russes une menace sur la « routes des Indes », se décide à intervenir en faveur de la Turquie et entraîne sans difficulté la France dans le conflit. Selon les historiens Serge Berstein et Pierre Milza, « Napoléon III voit à l’entreprise un triple avantage : elle lui offre, à peu de frais estime-t-il, la gloire militaire dont le régime a besoin pour se consolider. Elle lui permet de briser l’isolement diplomatique qui a suivi la proclamation de l’empire (...). Elle constitue enfin un moyen d’amoindrir l’influence de l’une des puissances qui garantissent l’ordre restauré en 1815 ».

En Septembre 1854, les Alliés (France, Angleterre, Piémont-Sardaigne) débarquent un corps expéditionnaire franco-britannique (185 000 hommes) à Varna sur la mer Noire.

Le maréchal français Achille Leroy de Saint-Arnaud installe ses hommes devant Sébastopol. Commence alors l’interminable siège de la ville : Les alliés hivernent dans une région désertique, marécageuse et malsaine, battue par les vents et la neige. Les hommes, mal équipés, souffrent des rigueurs du froid et des fatigues des travaux de tranchée. De plus, le choléra (qui emporte Saint-Arnaud) le typhus et la dysenterie frappent les soldats sous-alimenté en raison des défaillance de l’intendance.

C’est l’hécatombe: après un an de siège (Sébastopol se rend le 9 septembre 1855) on compte 20 000 hommes tués au combat ou morts de leurs blessures, 75 000 décès dans les hôpitaux et au cours des épidémies, 12 000 évacués en urgence...

La paix est signée à Paris le 30 mars 1856. Le tsar renonce à tous ses « privilèges » sur l’Empire Ottoman et sa flotte perd l’accès à la Méditerranée. Côté français, le traité de Paris couronne le triomphe de Napoléon III : il peut renouer avec la gloire impériale de son oncle. La France vient de briser son isolement diplomatique et de redorer son prestige. Mais à quel prix !


Source: article sur le site histoire-genealogie.com

--Patrick Raynal 9 mars 2014 à 09:35 (CET)