Frébault Charles

De Wiki58

Charles FREBAULT

General-freb.jpg


né le 1er février 1813 à Limon et décédé le 6 février 1888 à Paris il fut général, gouverneur de la Guadeloupe et sénateur français.

Famille et études

  • Il est le fils de Jean Marie Frébault (Fermier aux Perrins, adjoint au maire de Limon) et de Jacquette Louise Perigord.
  • Il entra à l’école polytechnique en 1833 puis à l’école d’application de Metz en 1835.

Carrière

  • Nommé lieutenant en 1837, il partit pour le Mexique, se distingua à la prise du fort de St Jean d’Ulúa et reçut alors la croix de la légion d’honneur en 1839. Capitaine en 1840, il passa deux ans en Guadeloupe. Attaché à la direction de Brest, chef de bataillon en 1848, il est envoyé comme directeur de l’école de pyrotechnie de Toulon.
  • Il prit part dans la baltique à la guerre d’orient et reçut à la fin de la campagne, en 1854, le brevet de lieutenant-colonel. Il fut nommé colonel en 1856 au 1er régiment d’artillerie coloniale de Lorient, en campagne à Sveaborg et fut promu officier de la légion d’honneur.
  • De retour en France, adjoint à l’inspection générale de l’artillerie de la marine, il entra au conseil des travaux et dirigea ensuite la fonderie de Nevers de 1857 à 1859.
  • Il fut nommé gouverneur de la Guadeloupe de 1859 à 1863 et commandeur de la légion d’honneur. Pendant son séjour, il fut promu général de brigade le 26 août 1861. Il s’attacha à l’amélioration du port de Pointe-à-Pitre. C’est sous son administration que la liberté du commerce et de la navigation fut accordée aux colonies. Pointe-à-Pitre a donné son nom à la rue la plus riche, la plus commerçante et la plus vivante. Une statue lui a été élevée sur la place de la victoire, face à la mer.
  • A son retour en France, il devint directeur de l’artillerie au ministère de la marine en 1864. Il reçut ses étoiles de général de division en 1867. Commandant de l’artillerie de la 2ème armée, au siège de Paris, en 1870, il se distingua au cours de la bataille de Champigny.
  • Il fut élu représentant de la Seine au parlement le 8 février 1871, dans les rangs de la gauche modérée puis sénateur inamovible de gauche le 10 décembre 1875 ; il était alors inspecteur général permanent de l’artillerie de marine.


Source : Dictionnaire des parlementaires français sous la direction de Adolphe Robert, Gaston Cougny et Edgar Bourloton


--Patrick.FREBAULT 12 septembre 2008 à 14:59 (UTC)