Evénements 1726-1747

De Wiki58

1726

Lad. année le boisseau de segle se vendoit 14 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 20 s[ols]
Le boiss[eau] d’avoine de 10 s[ols]
Le boiss[eau] d’orge 10 s[ols]
Le charroy de foin avoit fait 6 £
Le tonneau de vin se vendoit 60 £

L’hyver a été modéré. Grande chaleurs en été. Beaucoup de grêle le 26e juillet

Nombre de communians a été de 138

1726

Le deux de juin 1726 Messire charles fontaine illustrissime evêque de Nevers vint dans nos cantons y faire ses visites, il se logea dans le château de Toury et y resta jusqu’au quatorze du méme mois. De là il alloit chaque jour ans une paroisse du voisinage y faire sa visite, et s’en revenoit le soir. Ce fut en ce temps qu’il abolit les royautés qui se faisoient dans la campagne et pour remplacer l’argent que les fabriques en pouvoient retirer, il ordonna qu’on donneroit pour chacun mariage quarante sous pour l’Eglise.

Le 16e juillet il tomba sur le soir en un demi quart d’heure beaucoup de gréle, il y en avoitde grosses comme des oeufs de poules, et …il n’y avoit plus dans cette paroisse que les orges et les avoines à lever et quelque peu de froment qui furent entiérement perdus ainsy que les fruits et les vignes, et le chanvre. Toutes les vitres de nôtre eglise du côté du midy furent cassées. Toute la paroisse de Lurcy fut battüe ; on n’y avoit pas fait la moitié de la moisson. Dauboy

1727

En lad. année le boisseau de segle se vendoit 14 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 17 s[ols]
Le boiss[eau] d’avoine de 7 s[ols]
Le boiss[eau] d’orge 8 s[ols]
Le charroy de foin avoit fait 4 £
Le tonneau de vin 44 £

Paix générale et peu de commerce dans le royaume

Le nombre des communians à paques a été de 136

Mission: Il se fit une mission en lad.année 1727 par messieurs Mablot, Lemaître, et Sontonas prêtres du séminaire de Saint joseph de Lion qui emplanérent la croix le quatriéme de juillet à l’entrée de la ruë de St Martin.

1728

En lad. année la mercuriale du boisseau de segle a été de 14, 14 et 13 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 14 et 18 s[ols]
Le boiss[eau] d’avoine de 10 s[ols]
Le boiss[eau] d’orge 10 s[ols]
Le tonneau de vin se vendoit 40£
Le charroy de foin 6 £

L’été a été fort sec et l’hyver pluvieux. La gelée de printemps avoit beaucoup fait de mal aux bleds. Peine générale dans le royaume, le commerce étoit à bas et l’argent fort rare.

Le nombre de communians a paques pouvoit être de 138.

1728

Au printems de l’année 1728 le 29e d’avril et le 4e de may, il fit deux fortes gelées qui portérent beaucoup de tort aux fruits de la terre, et il n’en resta que trés peu dans mon jardin. Les vignes souffrirent beaucoup et les bourses mémé qui ne furent pas endommagées, ne formoient presque rien.

1728 (Déclaration de patrimoine de Dauboy)

Voilà cy dessous la declaration qui fut donnée pour cette paroisse de Toury au clergé dans la vûë qu’on s’étoit proposé de faire un nouveau … au département général pour la repartition des impositions du clergé de France.

Déclaration que donne à Messieurs de l’assemblée générale de France, qui sera tenuë en l’année 1730 et à Messieurs du bureau diocésain du clergé de Nevers, Florimond Augustin Dauboy curé de la paroisse de Toury sur Abron qui a St Martin pour patron et titulaire de son Eglise et pour présentateur à sa cure le sieur prieur de Langy.

  • 1° - Il déclare que le gros de son revenu consiste en dimes de blé tant seigle que froment , et pour le peu d’orge et d’avoine qu’il y a reste au fermier et ne fait pas un objet pour faire portée de l’accense, qui ne se fait jamais que verbalement, et la quantité qui luy en revient tant la meilleure que la moindre année, l’une compensée par l’autre ne monte qu’à quatre cens boisseaux de seigle et trente deux boiss[eaux ]de froment, partie mesure de decize, partie mesure de Moulins à raison de 13 s[ols] le boisseau de segle et 15 s[ols] le boisseau de froment , selon la mercuriale commune d’une paroisse qui est partie du Bourbonnois, partie du Nivernois, ainsy la mercuriale tient un milieu entre celle de Moulins et celle de Decize.
Etat de la mercuriale des années suivantes sur lesquelles je régle un revenu fixe et arrété pour chacunes des dix années dont il est question. Mercuriale :
1713 : segle à 26 s[ols]
1714 : segle à 26 s[ols]
1715 : segle à 9 s[ols]
1716 : segle à 7 s[ols] (il faut remarquer que ces prix sont inférieurs à ceux cités
1717 : segle à 6 s[ols] précédemment)
1718 : segle à 7 s[ols]
1723 : segle à 9 s[ols]
1724 : segle à 13 s[ols]
1725 : segle à 14 s[ols]
1726 : segle à 13 s[ols]

Pour la mercuriale du froment, elle se tire juste en ajoutant quatre sous par boisseau par dessus la mercuriale commune du segle, et c’est sur pied qu’est dressé ce calcul et qu’il a vendu et consommé son blé ; ainsy mercuriale commune de froment 17 s[ols] le boisseau pour les dix années.

Laquelle sud. quantité de quatre cens boiss[eaux] de segle et trente deux de froment étant évaluée selon les mercuriales des susd. dix années ne produit que la somme de deux cens quatre vingt sept livres quatre sous par an. 287 £ 4 s[ols].

On ne fait pas mention des novales (?), car s’il y en a, elles sont portion des grains cy dessus raportes, étant levées avec les anciennes dimes qui se percoivent dans l’etenduë de la paroisse de Toury et dans les voisinespar droit de faite du laboureur. Le curé déclare encore qu’il ne dime pas seul dans la paroisse, et qu’il a pour codecimateurs les sieurs prieurs de Lucenay les aix, Langy et le Seigneur de dornes qui entre eux trois levent pour le moins la sixiéme partie des dimes de Toury.

  • 2° - Il déclare qu’il a un petit terrier, qui pour luy donne par an la somme de huit livres 8 £.
  • 3° - Il déclare que les terres d’ancien fond de la cure qui sont d’en[viron] vingt boisselées pouvoit luy valoir par chacun an quatre livres.
  • 4° - Il déclare une…fondation faite par jean et Louis saunier le 20e de juin 1468 recuë Renaud me , cette fondation donne deux petites assiettes de pré de la contenance chacun d’une petite chartée de foin de très mauvaise qualité et d’une petite piéce de terre qui font sept boisselées mesure de decize , lesquels prés et terres ne produisent par an que dix livres de rente. 10 £

Le titre de la fondation donne bien d’autres droits, mais je n’en jouis pas , les curés qui ont été avant moy les ayant laissé perdre. Nota, que je vins de faire planter de la vigne dans l’une des dux petites piéces de terre de trois boisselées, mais je n’en ay encore rien tiré ; pour laquelle fon[datio]n je dois dire tous les lundis de l’année une messe avec un de profundis à la fin, et tous les dimanches un libera. Je l’acquitte, quoique , bien à charge, son amortissement en du vieux tems , je n’en sais point la date.

  • 5° - Il déclare une rente fonciére de dix livres par la comm[unau]té Gachot recuë des…le 30 xbre 1729 à condition que chacun année à perpétuité, il assemble trois prêtres pour faire un service pour les défunts, outre le service, il chantera deux grands messes, ….une fois le St Sacrement en …le bénédiction, fera encore d’autres priéres et le tout moyennant la susd… rente de dix livres par an 10 £.
  • 6° - Il déclare qu’il ne peut avoir par chacun an qu’un tonneau de dime de vin qualité assez mince et qui ne peut valoir par un commun que trente livres 30 £.
  • 7° - Il déclare que le casuel, savoir mariages, sepultures, bâtémes et droits de passion ne peut par commune année aller au delà de quatorze livres 14 £.

car il est fort mal payé, les paroissiens etant tous de pauvres païsans, et un nombre seulement de 130 communians.

Toutes lesquels susd. sommes font celle de trois cens soixante et trois livres quatre sous de revenu chacun an. Mais les reparations des trois mauvais batimens, qui sont de construction fort sujette au déperissement, me coûtent pour le moins la somme par chacune année la somme de trente trois livres quatre sous et très souvent beaucoup plus. Partant il ne reste aud. curé de Toury pour sa nourriture et son entretien que la somme que la somme de trois cens trente livres de revenu clair et net 330 £.

Nous soussigné certifions et affirmons la presente déclaration veritable sous les peines enoncées en la déliberation de l’assemblée générale du clergé du 12e xbre 1726, de laquelle déclaration nous avons remis double à Mons[ieur] le syndic de ce diocéze de Nevers.

1729

Le nombre dés communians de cette année 1729 étoit de 136 personnes, y compris les sept qui ont fait leur premiére communion.

Le boisseau de segle se vendoit 14 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 20 s[ols]
Le boiss[eau] avoine 10 s[ols]
Le boiss[eau] d’orge 10 s[ols]
Le tonneau de vin 30£
Le charroy de foin 6 £

L’hyver a été fort rigoureux, long et presque semblable à celui de 1709, le printems et l’automne bien pluvieux.

1730

Mercuriales

Le boisseau de segle se vendoit 15 s[ols]
Le boiss[eau] froment 18 s[ols]
Le boiss[eau] orge 13 s[ols]
Le boiss[eau] avoine 8 s[ols]
Le charroy de foin 6 £
Le tonneau de vin 24 £

L’hyver fut fort doux et pluvieux ainsy que le printems qui jetta beaucoup d’herbes dans les bleds, qui ne fut pas abondant dans le tems de la récolte. Abondance de vin mais peu dans cette paroisse à cause de la grêle du 27 7bre, rareté de foin. Peu ce commerce , paix générale.

Nombre de communians à Pâques 139

1730

C’est en 1730 que fut creusé et fait le puit de la maison lottemin, dit gachot, devant les grandes portes de n[otre]eglise du côté de la foire.

1731

Le boisseau de segle se vendoit 18 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 22 s[ols]
Le boiss[eau] d’avoine 13 s[ols]
Le boisseau d’orge 13 s[ols]
Le charroy de foin 20 £
Le tonneau de vin 30 £

L’hyver fut fort long. Il y eu de la nége plus de deux mois, il en tomba quantité le 5e de fev[rier] qui étoit le mardy gras, il en resta encore à Pâques. L’année fut fort séche, presque sans pluie tout l’été. Abondance de segle, peu d’orge et d’avoine, et assez de froment. Le foin étoit bien rare , il valoit 3 £ ou 2 £10 s[ols] le quintal communément.

Il n’y avoit ni vente ni commerce de bestiaux boeufs et vaches qui furent presque toutes malades au printems d’un ch…qui leur coupoit la langue, ce mal pouvoit leurs venir de la rareté de l’herbe la terre étant si séche. L’hyver ayant été si rude etil venoit quantité de monde à nôtre marché surtout ceux qui etoient de dela de la Loire, comme de Druy, parigny et autres.

Nombre de communians à Pâques 140

1731

La grele gâta nos vignes le 14e août 1731

1732

En lad.année de 1732 il se forma une si grande abondance de chenilles qu’elles désolérent toute la campagne, mangeant une grande partie de tous les fruits, tous les glands et les feuilles dés arbres, il y eu méme des ordres de la cour pour les détruire chacun viérs soy, mais ce fut inutilement, elles ne perirent que vers la St Jean d’elles mémes.

1732

Mercuriales et prix des grains en lad. année

Le boiss[eau] d’avoine se vendoit 8 s[ols]
Le boiss[eau] d’orge 10 s[ols]
Le boiss[eau] de segle 14 s[ols]
Le boiss[eau] de froment 17 s[ols]
La charroy de foin 4 £
Le tonneau de vin 24 £

L’année fut fort humide et pluvieuse ce qui rendit la semaille difficile à faire.

Abondance de foin et de vin qui n’etoit pas bon. Il y eu quantité de paille et peu de grains à cause qu’il s’étoit jetté quantité d’herbes aux printems dans les bleds. L’hyver fut fort doux. Grand commerce de bestiaux et paix générale dans le royaume.

Le nombre de communians à Pâques pouvoit être de 140.

1733

Mercuriales ou prix dès grains de 1733.

Le boisseau de froment se vendoit 20 s[ols]
Le b[oisseau] de segle se vendoit communément 14 s[ols] mais sur les trois derniers mois de l’année il valoit 18 s[ols]
Le boiss[eau]d’orge l’un portant l’autre se vendoit 10 s[ols]
Le tonneau de vin se vendoit en ce païs cy de prix commun 44 £ le tonneau
Le charoy de foin se vendoit 5 £

Le tems des semailles fut très beau, et hyver très doux, le printems il y eu de grands débordements d’eau qui causérent de grands dommages dans le royaume, et nous n’avons jamais vû la petite riviére d’Abron si grosse. Ses eaux courroient tout le bas du pré du jardin qui est au dessus de la fontaine de St Martin. Il se fit une très mauvaise moisson à cause de la mauvaise semaille de l’année précédente et de l’abondance des eaux de l’été et de la grêle qui nous désola surtout le 29e juillet. Grand commerce de bestiaux qui se vendoient très chers. La guerre après une paix commenca contre l’empereur à cause que la France vouloit remettre et maintenir Stanislas père de nôtre reine sur le trône de Pologne. Sur la fin de l’hyver dans les mois de mars surtout il y eu pour tout le monde un rhume …..qu’on le regardoit comme une espéce de contagion, il en mourut beaucoup de personnes mais le plus grand nombre n’en fut que malades. Les nouvelles apprenoient que dans l’Europe les petits et les grands etoient presque tous attaqués.

1733

Grêle

Le dix de juillet 1733 il grêla considerablement dans les paroisses de devay, charrin, Cossaye, Lucenay la ville et Toury, surtout dans le village de Moncouvou dit gland chez les Gachot. Les vignes furent plus de la moitié battues et on ne moissonna presque rien dans le grand champ gland, tenant à …Beraud, qui fait partie dud.champ….

1734

Mercuriales ou prix dès grains de 1733 (il doit s’agir de 1734)

Le boisseau de froment se vendoit 20 s[ols] et 24 la moitié de l’année et 18 s s[ols] sur la fin
Le segle se vendoit communément 20 s[ols]jusqu’à la moisson, ensuite il baissa jusqu’à 13 s[ols]
Le boiss[eau]d’orge et d’avoine l’un portant l’autre, l’un vendu 10 s[ols] et sur la fin 7 s[ols] et 6 [deniers]
Le tonneau de vin se vendoit 44 £
Le charroy de foin 6 £

Le tems de la semaille fut assez fâcheux, et il resta des bleds à faire. L’hyver très doux et il commanca à néger et à faire bien froid pour commancer l’hyver de l’année suivante 1734. Il se fit une très bonne moisson et abondance de biens sur la terre , beaucoup de fruits de toute espèce, quantité de glands. Un médiocre commerce de bestiaux et inférieur à celui de la derniére année. L’été ne fut pas grandement chaud.

La guerre continuoit pour la méme raison que la derniére année , on la faisait en Pologne, en Allemagne, en Italie : on fit bien des conquétes.

Dans l’été jusqu’à la fin de l’autome quelques personnes furent blessées , d’autres tuées par une béte farouche que l’on disoit courir et se voir sur les deux bords de l’Allier et de la Loire. Les uns la nommoient yenne, d’autres civette, quoiqu’il en fut elle intimidoit bien des gens, et fit plus de peur que de mal.

  • Cruë de l’Abron en 1734

De mémoire d’homme on n’a vû plus grossir la riviere d’Abron qu’en 1734 le dimanche 15e de may. Elle monta jusqu’au coin ou angle du pré de la cure du côté de la garenne et couvrit de la hauteur de deux pieds tout ce petit vallon du pré du jardin au dessous de la fontaine de St Martin.

  • Foire le jour de la St Jean 1734

En 1734 la fête de l’Eucharistie se rencontra le 24 de juin, fête de la St Jean, et dans le diocész le fête de St Jean fut remise au lendemain 25 de juin, et la foire ne fut ni bonne ni nombreuse à cause qu’on croioit qu’elle seroit aussy renvoyée au 26e dud.mois de juin.

1734

En 1734 j’ay déclaré que je possédois pour mon bénéfice une maison, in jardin, vingt boisselées de terres, quatre oeuvres de vignes, deux charois de foin, des dimes gros de mon revenu , qui peuvent monter par chacun an a 400 boiss[eaux] de blé segle, une fondation de dix livres, le tout evalué à 300 £. J’ay cité pour memoire. C’etoit pour satisfaire à une déclaration du Roy, qui vouloit lever le dixiéme dés revenus pour tous ses sujets de quelque qualités et conditions qu’ils fussent. Cependant le clergé en a été déchargé, attendu que l’assemblée avoit accordé un don gratuit de 12000000.

1734

Epitaphe de Strutton patrington. L’epitaphe suivante se lit sur une tombe qui est erigée dans le cimetiére de heydon dans le comté d’york.

Cy-gît le corps de guillaume Strutton de patrington enterré le 29e may 1734 agé de 97 ans qui eut de sa premiére femme 28 enfans et de sa deuxiéme 17, pére de 44, ayeul de 86, bisayeul de 97 et trisayeul de 23 en tout 251 . Ce que dessus a été tiré du Mercure historique de Berlin de lad. année 1734.

1735

Le prix du segle a été différent tantôt 13 s[ols] tantôt 14 tantôt 14…et après cela 18 s[ols] mais pour le faire egal, il faut le prendre a 14 le boisseau pour toute l’année. 20 le froment, le boiss[eau] d’orge et d’avoine 10 s[ols]. Le prix d’un tonneau de vin 70 £ et de mauvaise qualité.

Il tomba beaucoup de pluye surtout jusqu’au mois d’octobre, on eut de la peine à lever les foins de la terre . presque point d’été, peu de chaleur , beaucoup d’herbes dans les bleds, peu graines et mauvais comme …dans l’europe. Il gréla beaucoup le premier de juillet chez..Gachot et Remond , presque stérilité. Petite et mauvaise vendange , il eu un peu de fouin et assez de ……… commerce de bestiaux. Guerre contre l’empire.

1737

Le nombre de communians de cette paroisse a été de 125 personnes cette année que paques étoit le 21e jour d’avril.

1737

L’année 1737 il fit considérablement froid au cour de la St Jean du mois de juin, et egalement la veille de lad. St Jean, il fit froid à glaces, et il se trouva des pois haricots de geler étant monter deja bien haut.

1740

Le nombre de communians pour la pâque de cette année 1740 est de cent trente personnes.

1743

Le vint trois 7bre Messire Guillaume d’Hugues Evêque de nevers fit sa visite dans cette paroisse et dans celle de Lurcy que je desservois.

1746

En outre ils ont reçu quatorze livres des quêtes dans l’Eglise par l’ouverture du tronc au commencement de l’année 1746.
Ils ont encore reçu cinq livres provenants du mariage de Thérese Girard , et de l’ouverture de terre pour feue Marie Danjan du 21 et 26 juin led.an.[not 1]
Le dernier de decembre 1746 nous avons ouvert le tronc de notre fabrique , il s’y est trouvé douze francs des questes faites dans l’Eglise, dont est chargé Nicolas Foucher fabricien avec vingt sous que je lui avois remis le mois d’aoust pour reste d’une ouverture de terres.

1747

Plus ils ont reçu des mariages de Marguerite Vanereux d’Annet Coeur et de l’ouverture de terres pour feu Francois Gendeau 4 £ 18 s[ols] le 7e d’avril 1747.
Ils ont reçu 4 £ 10 s[ols] de l’ouverture de tere pour Claude Merot Jarre de la confrerie de St Roch ce 6 août 1747.

Sources

  • Registre paroissial (BMS, archives communales) de Toury sur Abron
  • Transcrit le 10/5/2004 par Bernard Laudet


Notes et références

Notes

  1. Nota : qu’au lieu de cent dix livres seize sous de l’autre part lesdits fabriciens n’ont reçu que trente livres seize sous et que par consequence il leur revient quatre vingt livres ce 27 juin 1746.

References