Etablissement thermal de Pougues

De Wiki58

Description sommaire

Les principaux bâtiments de l'établissement thermal sont:

  • deux pavillons rectangulaires qui encadrent l'entrée d'une cour ouverte sur le parc ;
  • l'ancien bâtiment thermal Saint-Léger
  • l'ancien gymnase
  • le casino avec à l'arrière des bâtiments de dépendances (atelier, écuries, remises) et le magasin d'embouteillage
  • le Splendid hôtel, construit en 1894, occupait l'est du parc. Il a été rasé en 1977

Ces constructions en moellons enduits et pierre de taille sont couvertes de toitures à croupes en ardoise et de terrasses

Situé au milieu du parc, le pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger, à structure métallique et de plan complexe, est typique de l'architecture thermale du début du XXe siècle. Ce bâtiment abritait une salle destinée à la consommation de l'eau par les curistes, deux salons, des boutiques et des bureaux.

Le parc, légèrement vallonné et agrémenté d'un lac, présente un tracé irrégulier d'allées sinueuses longeant des parterres et des bosquets.

Les sources

Les sources Saint-Léger et Saint-Marcel furent découvertes les premières. Au 16e siècle, elles n'étaient pas captées. Actuellement, on compte deux sources naturelles et onze par forage. Florissante à l'époque de la Renaissance et très prisée des rois, cette station déclina au 18e siècle et fut en grande partie ruinée par un ouragan en 1806.

Propriété de l'Etat depuis la Révolution, l'établissement thermal fut dirigé par l'hôpital de Nevers jusqu'en 1831. A cette date, une société anonyme fut chargée de gérer la station et de la remettre en état. Un vaste établissement peu luxueux mais commode fut construit et la fréquentation reprit.

Les revenus de la station augmentant notamment avec la commercialisation d'eau en bouteille, dans la seconde moitié du 19e siècle, la station put s'agrandir adoptant un luxe bourgeois et plusieurs hôtels furent bâtis pour accueillir les curistes.

Le parc Saint Léger

Ce parc qui, au 18e siècle, n'était qu'un enclos planté de tilleuls, marronniers et peupliers avait été dévasté par l'ouragan de 1806. Dans les années 1830, il fut agrandi et transformé en parc anglais avec buvettes, kiosque à musique, aires de jeux (croquet, tennis).

Le bâtiment thermal Saint-Léger avec bains et douches fut construit en 1862, les pavillons de l'administration et de l'accueil ainsi que le casino en 1864, l'usine d'embouteillage en 1877, le promenoir avec boutiques en 1890, les écuries en 1896. Dans les années 1890, divers projets de remaniements et agrandissements furent confiés aux architectes Charles Naudet de Paris et Potin de Nevers et l'ingénieur-constructeur parisien Ernest Pantz fut chargé de relier plusieurs lieux par des "promenoirs couverts".

En 1904, un plan du rez-de-chaussée des bains fut établit par Mauchamp. Le pavillon des sources Saint-Léger et Saint-Léon, oeuvre de l'architecte Charles Arnaud de Clermont-Ferrand, fut édifié de 1905 à 1907 par Taillandier, Boyer et Cie, entrepreneurs parisiens de serrurerie et de charpente métallique pour la partie centrale, Perrier pour les ailes sud et nord, Duverger pour la plâtrerie, la peinture et la vitrerie et Léon Rudnicki pour la décoration. De nos jours, des expositions d'art contemporain sont régulièrement présentées dans ce pavillon. La serre date de la même époque.

A la fin des années 1960, la Compagnie des eaux est mise en liquidation et, en 1976, l'établissement est acquis par le conseil général. Les bâtiments longeant l'ancienne usine d'embouteillage, située derrière le Casino, le promenoir et la partie arrière de l'établissement thermal comprenant le bâtiment des douches, l'ancienne chaufferie et ses annexes furent démolis en 1981.

  • Source : Ministère de la culture.
  • Praynal (discussion) 12 janvier 2019 à 20:41 (CET)