Dun les Places

De Wiki58

La commune de Dun les Places fait partie de la Communauté de communes des portes du Morvan. Dun doit son nom au celte dunon ou au latin dunum signifiant forteresse sur la colline à cause de sa situation géographique. Dun les Places se trouve dans la vallée de la Cure. Aujourd'hui Le Vieux Dun est un hameau mais autrefois c'était le nom du village qui s'orthographiait de cette façon-ci: Le vieux Dhun. Cette commune est une des communes de la Nièvre chargée d'une histoire très douloureuse à cause de l'occupation allemande.

Le sanglier de Dun les Places

Histoire : Il demeure des ruines très bien conservées de la période de la résistance des Eduens contre les armées romaines. Taillé dans le granit, la fontaine et sculpture à la fois révèle les éléments présents dans le Morvan. C'est-à-dire l'eau et la pierre.
Source : www.petit-patrimoine.com

La population Dunoise

Les Dunois ont été le plus nombreux en 1944 avec 806 habitants et avec une densité moyenne de 17,8 hab./km² juste avant le massacre de l'armée allemande.
Depuis les années 1960-70 la population Dunoise n'a pas cessé de diminuée, avec une légère stagnation dans les années 1980 ainsi qu'en 2006-2007. Aujourd'hui le dernier recensement fait par l'INSEE en 2007 dénombre 355 habitants dans le village ou les hameaux aux alentours.

Graphique représentant l'évolution de la population

Villages-Graphique-dun-les-places04.jpg


Tableau récapitulatif du recensement de la population

1944 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
Population 806 676 689 551 528 471 415 353 355
Densité moyenne (hab/km²) 17,8 14,9 15,3 12,2 11,7 10,4 9,2 7,8 8

Source : INSEE

Dun-les-Places : Village meurtris par la guerre

Pendant la seconde guerres mondiale, les troupes alliées venues en 1944 en Normandie ont fait reculer la Wermacht (mot, d'origine allemande signifiant force de défense , donné à l'armée allemande de 1935 à 1945 dans le contexte de la période nazi; cette armée sera pendant quelques années l'armée la plus puissante, la plus redoutable et la plus crainte au monde). Grâce aux troupes alliées débarquées la mobilisation des Résistants a été beaucoup plus forte. Elle s'est organisée dans la Nièvre, a fortement recrutés et le nombre d'actes réalisés s'accroît.

La Wermacht s'est réfugiée dans le département et plus particulièrement dans le Morvan. Tout en battant en retraite, les allemands ont pillé plusieurs villages notamment Montsauche et Planchez le 24 juin.

Le 25 en début de soirée, des miliciens et des membres de la Gestapo interpellent dix-huit hommes dont le Maire, et l'instituteur du village, qui sont conduits sous le porche de l'église sous le motif d'un contrôle de papiers. À 20 heures le curé rejoint le groupe d'interpellés.

Le 25 peu avant minuit, alors que l'orage gronde, les miliciens et la Gestapo rejoint par d'autres soldats allemands, pénètrent sans scrupule dans les habitations se trouvant dans le cœur du village pour y dévaliser nourriture et vin. Ils mettront une journée entière pour dévaliser toutes les habitations avoisinantes. Femmes et enfants épouvantés sont réfugiés dans les maisons.

Villages-Dun-les-places03.JPG

Le 27 juin, les allemands saccagent les habitations déjà dépouillées de linges, literies, ou encore d'objets de valeurs qui sont amassés dans les camions à côté des porcs, moutons et volailles abattus.

Le 28 au matin, les allemands sont fin prêt à partir. En premier lieu, et avec des grenades incendiaires, des lance-flammes ou encore des bûches, ils incendient les habitations. En second lieu, ils font retentir les cloches et partent enfin en chantant et jouant de l'accordéon, après trois jours où ils ont semés une immense terreur.

Les Dunois trouvent alors une triste réalité : les cadavres dénigrés des interpellés sont côte à côte ainsi que celui du curé en parti nu est retrouvé dans le clocher. Huit autres corps sont découverts dans les hameaux et routes occupés par les allemands. Vingt-sept Dunois auront perdus la vie dans ce terrible bain de sang.
Le premier juillet de l'année 1944 aura lieu les funérailles des vingt-sept victimes.

Le 26 juin a commencé un massacre cruel qui portera le surnom de l' Ouradour du Morvan.


Un film est visible durant la saison d'été au point information touristique de Dun-les-Places, du mardi au samedi de 9h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30 et le dimanche de 9h30 à 12h00. La projection est gratuite.


Sources:

  • «Dun-les-Places, Mémoire d'un Village Blessé» réalisé par La Fabrique, 1 bis, rue de Vert Pré – Nevers, ainsi que Stéphane Jean Baptiste et Éric POTTE avec une musique de Alain MIGNOT et Maryse JOURDAN est une production de l'association « La Mémoire de Dun-les-Places »
  • fr.wikipedia.org