Ducoudray Felix

De Wiki58

DUCOUDRAY François Félix Emery (1842-1898)

François Félix Emery DUCOUDRAY
  • Il nait le 19 août 1842 à Issoudun (Indre).
  • Etant élu depuis 1885, il se représente dans l'arrondissement de Cosne aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, qui marquent le retour au scrutin uninominal. Il est réélu au premier tour de scrutin par 9.674 voix contre 9.201 au baron de Bourgoing, candidat bonapartiste, sur 19.200 votants.
  • Il fait partie de la 15e Commission d'intérêt local et de la 25e Commission d'initiative parlementaire. Il continue, sous cette législature, son action en faveur de l'agriculture et de l'équipement des communes. C'est ainsi qu'il présente, le 3 juillet 1890, un rapport sur le projet de loi tendant à proroger pendant deux années la loi relative aux mesures à prendre contre les incendies de la région boisée des Maures et de l'Esterel. Il est aussi le rapporteur de la proposition de M. Montaut, ayant pour objet le captage, la dérivation et l'adduction d'eau potable dans les communes (1892).
  • Il ne se représente pas aux élections générales des 20 août et 3 septembre 1893, mais fait acte de candidature au renouvellement sénatorial du 3 janvier 1897. Il est élu sénateur de la Nièvre, au troisième tour de scrutin, par 411 voix sur 738 votants. Il remplace le comte de Savigny de Montcorps, sénateur sortant, appartenant à la droite.
  • Républicain progressiste, inscrit au groupe de la gauche démocratique, il n'a pas le temps de participer aux travaux de la Haute Assemblée car il décède prématurément, en cours de mandat, à l'âge de 56 ans, le 21 mai 1898, au Château de Bourras-l'Abbaye, commune de Saint-Malo-en-Donziois (Nièvre).
  • Son éloge funèbre fut prononcé à la séance du 1er juin suivant par le président Emile Loubet : « La fermeté inébranlable de ses convictions républicaines était connue de tous ses collègues et la part qu'il avait prise à la Chambre des Députés à l'étude et à la discussion des questions économiques nous donnait la certitude que ses connaissances et son activité rendraient dans notre Assemblée de réels services au pays. La sûreté de ses relations et son aménité étaient appréciées de tous les membres du Sénat. »


Sources :
Dictionnaire des Parlementaires français, Robert et Cougny
Dictionnaire des Parlementaires français, Jean Jolly
Site du Sénat
--m mirault 29 juin 2010 à 06:03 (UTC)