Colon François

De Wiki58
  • Né à Nevers en 1764, il étudie la médecine à l'université de Paris et va se faire recevoir docteur à celle de Reims en 1789. Nommé chirurgien de l'hospice de Bicêtre, il propose des réformes utiles qui, depuis, ont été exécutées au-delà de ses espérances. Toujours occupé d'idées philanthropiques, il est un des premiers et des plus ardents propagateurs de la vaccination en France. Il pratique cette opération sur son fils unique, transforme pour ainsi dire sa maison en un hôpital où sont admis et vaccinés gratuitement tous ceux qui se présentent.
    Il sera accusé de mettre un peu de jactance et même de charlatanisme dans sa conduite. En effet, il eut tort de publier isolément un travail qui devait émaner du comité dont il était membre. Peut-être commit-il une inconséquence encore plus blâmable en imprimant son adresse au frontispice de son livre. Sans vouloir le justifier de cette double faute, il est du moins permis de croire qu'il fut entraîné par l’excès de son zèle, comme il en fait lui-même l'aveu.
  • Il quitte Paris pour aller exercer les fonctions de maire à Montfort, près d'Auxerre. C'est là qu'après avoir rendu, avec un noble désintéressement, de très grands services en qualité de magistrat, de médecin et de chirurgien, il terminera sa carrière le 17 juillet 1812. Tous ses ouvrages ont pour objet la vaccine :
I. Essai sur l'inoculation de la vaccine, ou moyen de préserver pour toujours et sans danger de la petite vérole
II. Recueil d'observations et de faits relatifs à la vaccine, auxquels on a joint les procès-verbaux de la contre-épreuve
III. Précis des contre épreuves varioliques faites sur le fils du citoyen Colon et sur quarante-sept autres vaccinés
IV. Histoire de l'introduction et des progrès de la vaccine en France
V. Mémoire présenté au premier Consul, sur la nécessité et les moyens de répandre la vaccine en France
VI. Observations critiques sur le rapport du comité central de vaccine
  • Il meurt le 17 juillet 1812 à Montigny-la-Resle (Yonne)

  • Source : Biographie universelle, ancienne et moderne. Ouvrage rédigé par une société de gens de lettres et de savants. Neuvième tome.

Martine NOËL (discussion) 17 juillet 2019 à 15:14 (CEST)