Chaumard église

De Wiki58

L'église Saint Pierre

Photo Eric Monnier
  • Église paroissiale de Saint Denis, XIIè siècle.
  • Plan cruciforme à peine indiqué.
  • Chœur carré voûté en berceau brisé, avec arcs-doubleaux sur pieds-droits simples.
  • Transept voûté de même sur quatre arcs-doubleaux brisés.
  • Les bras de la croisée sont de simples renfoncements voûtés aussi en berceau brisé.
  • Nef non voûtée tout à fait sans caractère.
  • Clocher carré central, percé de baies romanes géminées à colonnettes et à pieds-droits cannelés.
  • Retable en pierre offrant Jésus-Christ et les apôtres peints au milieu d'ornements sculptés et statues de la Vierge et de saint Denis portant sa tête, de la première moitié du XVIè siècle.

Sources : Répertoire archéologique du département de la Nièvre rédigé sous les auspices de la Société nivernaise des Lettres, sciences et arts par M. le comte de Soultrait ; impr. nationale (Paris) – 1875


Carte postale ancienne
  • Construction en moellons et enduit des 12ème, 16ème et début du 20ème siècles
  • L'église est restaurée après les guerres de Religion et les luttes entre Louis XI et Charles le Téméraire. Subsistent alors du bâtiment primitif, l’avant-chœur, la travée sous clocher et le clocher lui-même. Lors des derniers travaux réalisés par les architectes Emile Bobin et Andoche Parthiot en 1912, un chœur, une sacristie et deux petites chapelles latérales sont ajoutées.
  • L'église est placée sous le vocable de Saint Pierre mais Saint Denis est son patron secondaire et figure en bonne place dans la statuaire du lieu, tenant dans ses mains sa calotte crânienne coiffée de sa mitre. L'église abrite également une Vierge allaitant, autre thème iconographique rare, quoique très ancien.

Source: Le patrimoine des communes de la Nièvre (Éditions Flohic)


  • En 1667, les trois autels étaient sous l'invocation dr Saint Pierre, de Notre-Dame et de Saint-Denis.
  • Les femmes venaient y faire des offrandes et elles coupaient des bouts des nappes d'autels pour porter les morceaux autour de leur cou, afin d'être guéries de la fièvre. Le curé Paul Moreau, se plaignit de cela à l'archiprêtre. Nous savons par le compte rendu de ces visites que seul le sanctuaire était carrelé, et que le cimetière n'était pas clos.
  • La paroisse comportait 70 familles et 300 communiants. Il était d'usage en ces lieux de célébrer une messe solennelle le jour de la Saint-Sébastien, pour être préservé de la peste, dont le pays fut autrefois affligé. Le dimanche suivant l'Ascension, avait lieu une aumône générale de 20 deniers et d'un boisseau de seigle fournis par chaque chef de famille.


--m mirault 13 octobre 2010 à 05:16 (UTC)
--Patrick Raynal 2 novembre 2016