Château Chinon curés

De Wiki58

Liste des prieurs de la paroisse de Château-Chinon Saint-Christophe

Ce prieuré est fort ancien. On trouve dans les Titres de la maison ducale de Bourbon qu’en 1308, le 6 mai, à Cluny, Bertrand, abbé de Cluny, accepte et règle la fondation d’un anniversaire , pour laquelle la défunte épouse de Dreux de Mello, chevalier, seigneur de Château-Chinon, mère de Dreux de Mello le jeune, a légué trente livres de bons petits tournois au prieuré de Château-Chinon. Mes recherches particulières m’ont fait découvrir que les prieurs de Château-Chinon étaient seigneurs de Visingy et possédaient des dîmes dans les paroisses de Saint-Hilaire, Châtin, Dommartin et Blismes. Les titres concernant ce prieuré sont, paraît-il, déposés aux archives de l’évêché d’Autun avec ceux de Saint-Martin de ce pays. Comme le dernier prieur de Saint-Christophe, dom Forneron, était procureur de l’abbaye de Saint-Martin, ce dépôt s’explique naturellement.

Voici les prieurs que j’ai pu découvrir :

  • 1503. Dom Simon de Villeneufve
  • 1566. Dom Odot Tridon
  • 1566. Dom frère Marc Etignard
  • 1573. Transaction entre Dom Guillaume de Rivo, religieux de l’ordre de Cluny, pourvu dudit prieuré par suite du décès de Marc Etignard, et Claude Gonneaul, aussi religieux de Cluny et pourvu dudit prieuré. Ce dernier laisse le premier libre possesseur. En mars 1574, dom Guillaume de Rivo est désigné comme étudiant en l’université de Paris.
  • 1577. Dom Jean Jacquinet, religieux de Cluny.
  • 1580. Dom Philibert de Mouceau, religieux de Cluny.
  • 1601. Jean Guytard
  • 1604. Messire Romain Amyot, prêtre, prieur commendataire.
  • 1638. Messire Claude Amyot, prieur commendataire. Le 31 décembre 1641, il est désigné comme chanoine de l’église cathédrale de Nevers, y demeurant. Il cède son prieuré à :
  • 1641. Messire Jean Defosse, curé d’Arleuf.
  • 1672. Jean-Alexandre de La Tournelle, prieur commendataire.
  • 1698. Messire Roger de La Tournelle, chanoine de la Sainte-Chapelle de Dijon, demeurant à Dijon.
  • 1723. Nicolas Angot, demeurant à Valognes. Certains actes disent Louis, d’autres Nicolas.
  • 1745. Nicolas-Marie Juliennet, clerc tonsuré du diocèse de Paris, succède à Nicolas Angot et prend possession le 19 juillet 1745.
  • 1753. Jean-Baptiste-Jacques Royer, chanoine de l’église cathédrale du Mans, y demeurant, succède au précédent, qui lui avait résigné son prieuré. Il prend possession le 30 janvier 1753.
  • 1777. Dom François Forneron, religieux bénédictin de l’ordre de Saint-Benoît, procureur cellérier de l’abbaye royale de Saint-Martin-les-Autun, y demeurant.
  • Dom Forneron est le dernier prieur de Saint-Christophe.

Cette liste a été établie par Alain Trinquet, à partir de celle de Victor Gueneau (Bulletin de la Société nivernaise des lettres sciences et arts, 1880, t. X, p 169 à 172, extrait)

Liste des curés de la paroisse de Château-Chinon Saint-Romain

  • Pierre Koo ou Xoo, le plus ancien des curés connus de Château-Chinon, vivait en 1315 et 1317, ses successeurs furent :
  • Guillaume Pougault, garde-scel du comte de Château-Chinon, en 1420 et encore en 1435
  • Guillaume ou Antoine de Courgenay, 1499 -1530
  • Jean Louhault ou Jouault, 1530-1531
  • Claude Lévitte, 1531-1538
  • Jean Mathey ou Mathé, nommé le 5 juillet 1538, se démit cinq ans après, en faveur de :
  • Claude Segault, 1543 ; celui-ci résigna, à son tour, la paroisse à :
  • Odot Boillot ; indiqué déjà en 1541 par Bogros. Il est de plus chanoine de Saint-Martin de Franay-les-Chanoines. En 1546, il est fait mention de 3 vicaires: Anthoine Coujard, Jehan Coujard le jeune et Esme Putillot
  • Michel James prit possession le 30 novembre 1550 :
  • Claude Levitte, en 1570 ; est-ce le précédent? La liste de Bogros ne correspond pas
  • Pierre Paulet,en 1573
  • Vincent Amiot ou Amyot fut envoyé par le chapitre de Nevers, le 7 avril 1587, resigne a Vincent Jouan le 8 décembre 1634, meurt le 15;
  • Paul Etignard, 1590 ;cette mention est curieuse, il s'agit peut-être d'un vicaire; en tout cas, Vincent Amyot est encore le curé en 1621, par exemple. A sa mort, Sinton devient vicaire intérimaire.
  • Vincent Jouant ou Joan ou Jouan, installé en 1634, céda sa cure, neuf ans plus tard, à Jean Thoumelin, celui-ci portait : D’or, à quatre pals de gueules, et une fasce d’argent brochant sur le tout. Il est installé le 20-11-1643 et inhumé le 27-5-1669. Est cité comme vicaire Vincent Horset, en 1667 et en 1670.
  • Jean Thoumelin 24 novembre 1643. Né le 23 octobre 1616, décédé le 20 mai 1669. Il donne au même la resign. (résignation) du 20 décembre 1643 qui est suivie par le visa du 13 février et la prise de possession du 15 février 1644. meurt curé d’Ougny, ou de …(phrase inachevée !)
  • Claude Coujard, nommé par le prieur (de Saint-Christophe de Château-Chinon, AT) Alexandre de La Tournelle, le 2 juillet 1669, prend possession le 25 juil suivant et demeure enfin paisible malgré Franc. (François) Sallonnier du Perron et Pp~e (Philippe) Devallery qui prirent aussi possession les 30 may et 4 novem. 1669.
  • François Sallonnyer du Perron, choisi par le chapitre de Saint-Cyr, et ensuite par
  • Philippe de Vallery, qui prit en décembre de la même année le titre de curé de Château-Chinon ; mais la sentence de 1670 fit cesser toute division, et Claude Coujard resta paisible possesseur du bénéfice paroissial, qu’il résigna, le 2 septembre 1678. Né le 30-7-1602, ce dernier était le fils de Claude ( de) Coujard et de Catherine ou Marie Thoumelin. Il a été inhumé le 5-3-1680 dans le choeur de l'église, en face du grand autel.
  • François de Vallery était vicaire en 1675.
  • Jean II Thoumelin, neveu du curé de ce nom. Né le 20 octobre 1653, a pris possession le 2 sept 1678 en conséquence de la résignation de Claude Coujard. il meurt le 20-11-1732 et est inhumé le 22 dans le choeur. Vicaires connus: Taillefert, en 1720 et 1725; Donie ou Bony en 1728 et 1731.
  • Jean Sainton, 1710. Vu les dates qui précédent, il ne peut s'agir que d'un vicaire.
  • Claude-Marie Buteau, pieux et savant ecclésiastique selon Baudiau, curé de 1732 à 1774, fut honoré du titre d’archiprêtre de Châtillon-en-Bazois. Il commença, l’année de sa nomination, un grand catalogue des naissances, mariages et décès, très précieux pour la généalogie des familles, et qui remonte à 1621 (1590, pour les baptêmes, AT).. Il était né vers 1706, et il est mort le 16-12-1773 et inhumé le lendemain. Vicaire mentionné en 1742-1743: le capucin P. Bernardin. (C’est lui qui, à partir du 10 septembre 1736, a commencé la rédaction des tables)
  • Gaspard-François Moreau, son successeur, lui-même docte et savant ecclésiastique d'après Baudiau, le continua à partir du 27 janvier 1774. Ce dernier administrait encore la paroisse au moment de la Révolution. Arrêté, pour refus de serment,en 1792, avec Philippe, son frère aîné, jésuite alors résidant à Château-Chinon, il fut détenu dans les prisons de Nevers, pendant quinze mois, et enfin transporté jusqu’à Nantes, où ce dernier mourut, puis à Brest, d’où il revint après la mort de Robespierre, et se fixa à Avallon. Il est mort à Château-Chinon en 1808. Il avait eu pour vicaire Henriot.
  • Jean Roux,en 1790, prêtre constitutionnel, ancien curé de Chitry, administra ensuite "sacrilègement" (terme de Baudiau) la paroisse, et termina sa vie par une mort digne d’un apostat, au château de Masilles-lès-Luzy, après avoir été hussard à l'armée des Pyrénées-Orientales
  • François-Denis Roman, ou Lazare-Louis Romand selon Bogros, chanoine d’Autun et prieur de Vouillon-en-Berry, nommé en 1803, mourut deux ans après ;
  • Étienne Pastoris décéda en 1822 ;
  • Étienne Charollois, homme d’une bonté proverbiale selon Baudiau, ancien vicaire de la paroisse, puis curé de Saint-Léger-de-Fougeret, et enfin de Château-Chinon, mourut en 1840 ; "nous (Jean-François Baudiau) exerçâmes sous lui les fonctions de vicaire".
  • Jean-François-Paul Fliche, ancien curé de Pougues, d’abord vicaire administrateur de la ville, quitta la cure de Château-Chinon en 1847, pour prendre la direction du petit séminaire de Corbigny ; il fut ensuite supérieur au grand séminaire de Troyes, et vicaire général de ce diocèse.
  • Louis-Laurent Mézières, doyen de Brinon, "est aujourd’hui (1865) curé-archiprêtre de Château-Chinon".

Cette liste a été établie par Alain Trinquet, d'après « Le Morvand » de Jean-François Baudiau. Elle a été complétée, par Christian Bouchoux, à partir de l'ouvrage du Dr.Bogros consacré à l'histoire de la ville et des registres paroissiaux ainsi que par Françoise Guillaume d'après les manuscrits de courriers d'archives de Château Chinon.