Bellocq Léopold

De Wiki58

BELLOCQ Léopold (1880-1968)

Léopold Bellocq
  • Il nait le 10 mars 1880 à Saint-André-de-Seignaux (Landes).
  • Originaire des Landes, il fait ses études secondaires au lycée de Bayonne puis suit les cours de notariat à la Faculté de droit de Bordeaux. Après avoir accompli son service militaire de 1900 à 1903, il continue ses études à Paris. En 1912 il s'installe notaire à Lormes dans la Nièvre. Mobilisé en août 1914, il est au front de novembre 1914 à novembre 1918 dans une unité d'artillerie, puis dans le train des équipages lorsque sont formés des groupes automobiles pour le transport des troupes et des munitions. Il refuse tout grade, préférant rester, avec ses camarades, soldat de deuxième classe.
  • En 1919 il est élu au conseil d'arrondissement qu'il préside par la suite. Il devient la même année maire de Lormes et le reste jusqu'en 1935.
  • Aux élections générales des 22 et 29 avril 1928, il se présente à la députation dans la circonscription de Clamecy et il est élu au deuxième tour de scrutin par 6.600 voix contre 6.111 à M. de Nadaillac sur 12.937 votants.
  • Dans sa profession de foi électorale il se prononce en faveur de la diminution des impôts sur la consommation et sur les bénéfices industriels et commerciaux, de la révision des patentes, d'exonérations en faveur des artisans et d'une stabilisation légale du franc avec indemnisation des petits rentiers. Il se propose de favoriser le développement du crédit agricole, l'application de la loi sur les assurances sociales et l'enseignement gratuit à tous les degrés.
  • A la Chambre, il fait partie du groupe radical-socialiste et siège à la Commission de l'administration générale départementale et communale. Il dépose une proposition de loi tendant à augmenter les subventions accordées aux communes pour les constructions scolaires. Au cours. de la discussion du Budget de 1929 il propose que les propriétaires exploitants bénéficient d'un abattement à la base pour leur contribution foncière. L'année suivante, il demande une exonération des droits de mutation en faveur des établissements hospitaliers. Auteur de plusieurs propositions de loi relatives aux baux à ferme, il intervient dans la discussion du projet de loi concernant l'outillage national (1931) pour demander que les communes bénéficient d'avances du Trésor à intérêt réduit.
  • Devenu conseiller général de la Nièvre le 18 octobre 1931 il est battu de justesse aux élections générales législatives des 1er et 8 mai 1932 par M. de Nadaillac qui emporte le siège au deuxième tour de scrutin avec 6.223 voix contre 6.142 sur 12.651 votants.
  • Il ne se représente pas aux élections de 1936 mais demeure conseiller général jusqu'en 1939.
  • Ayant abandonné la vie politique, il exerce la profession de gérant d'immeubles à Paris, avant de se retirer à Lormes où il décède le 21 février 1968.





Sources :
Dictionnaire des Parlementaires français, Robert et Cougny
Dictionnaire des Parlementaires français, Jean Jolly
Site de l'Assemblée Nationale
--m mirault 27 juillet 2011 à 10:07 (CEST)