Arthel châteaux

De Wiki58

Château d'Arthel

Situé dans le bourg, à proximité de l'église, sur un promontoire rocheux, il est construit sur un ancien château-fort. C'est une propriété privée que l'on visite sur rendez-vous.

On entre au sud par un porche en fer forgé surmonté des armes et de la couronne du marquis d'Arthel, donnant accès à la cour intérieure. Le château est entouré d'un carré de douves sèches au sud.

Il y a une tour d'angle au nord-ouest. Les deux grosses tours de la façade nord datent de 1584. Elles sont coiffées d'un toit à l'impériale surmonté d'un lanternon octogonal. Elles comportent de larges fenêtres avec chaînages à bossages chanfreinés. Cette tour comprend au rez-de-chaussée une chambre salon avec son décor du 18ème, au premier étage une chambre avec un décor du 18ème également.

Le corps de logis central est plus élevé que les ailes, dont le toit à deux pentes est surmonté d'une lanterne octogonale à essantage d'ardoises et toit à l'impériale dont le comble est rompu par des œils de bœufs à ailerons Au rez-de-chaussée, une chambre avec cheminée et alcôve datant du 18ème, ainsi qu'au premier étage une autre chambre avec cheminée et alcôve également du 18ème. Les portes-fenêtres des façades sont moulurées et surmontées d'une corniche. Celle du nord donne sur un perron d'escalier en fer à cheval surplombant deux terrasses successives Les larges fenêtres dont les chaînages sont à bossages chanfreinés.

Les deux ailes rectangulaires avancent légèrement et sont flanquées de deux tours rondes sur la face nord couvertes d'un toit brisé. Les pavillons carrés ont un toit à quatre pentes et leurs combles de hautes lucarnes à fronton triangulaire. Les larges fenêtres comportent des chaînages à bossages chanfreinés.

Le jardin et le parc, datant du18ème siècle, sont clos de murs à l’intérieur d’un carré de douves. Cinq terrasses se succèdent au nord du château, dont l’une est munie d’un labyrinthe de buis taillés. On remarquera quatre allées de tilleuls datant de 1700-1710, ainsi qu’un jardin potager, et la restauration des pelouses à la française.

Propriétaires successifs

Arthel château.jpg
  • 884 les évêques de Nevers
  • 1200 Maison d'Arthel
  • 1378 Guillaume de Lamoignon
  • 1450 Jean de Chabannes, comte de Dammartin frère d'Antoine de Chabannes, capitaine des Écorcheurs
  • 1473 Philibert de Boutillat, trésorier général de France
  • 1584 Imbert de Paris (à vérifier)
  • 1722 François Guynet
  • ca 1740 Catherine de Beaune
  • 1754-1793 Pierre François Fournier de Quncy
  • 1793-1806 Pierre Marie Camille Fournier de Quncy
  • 1806-1874 Camille Gustave Fournier de Quncy
  • 1874-1936 Marie de Léautaud
  • 1936-1948 Louis de Brondeau
  • 1948-1996 Jean de Brondeau
  • depuis 1996 Guillaume de Brondeau


Château de la Motte

Au 12ème siècle, c'est une maison forte qui appartient aux comtes de Nevers. Elle avait la charge de surveiller le passage sur l'ancienne voie romaine allant de Montenoison à Entrains. Le premier château édifié au XVe siècle, en remplacement de cette maison-forte, s'inscrit dans une enceinte rectangulaire avec plusieurs tours rondes. A demi en ruines, il fut racheté et restauré. La découverte de l'extérieur depuis la route et les chemins est libre et gratuite . La visite du château est interdite.

Arthel château de la Motte.jpg

Les tours d'angles au sud, subsistent toujours, Une au sud-ouest a été tronquée. A sa base une archère canonnière y subsiste.

La tour ronde au sud-est est la plus grosse, base talutée, murs percés de canonnières et trous de boulins sur deux rangées. Au sommet, de petites ouvertures carrées comportent des consoles.

Le système défensif pose des questions: A quoi pouvaient servir des bretèches sans porte en dessous ? La distance entre chaque bretèche est si grande que l'attaquant dispose d'angle mort pour saper la muraille. Pourquoi n'y a t il pas les efficaces mâchicoulis ?

Cette tour servit d'habitation et des fenêtres y furent percées à différentes époques. Elle est accotée au sud-est d'une autre tour plus petite, qui renferme un escalier à vis, avec à sa base une canonnière.

Un corps de logis fut construit à la fin du XVe siècle à l'emplacement de la courtine sud, accoté à la grosse tour. Il comporte un niveau et un comble, avec un toit très pentu qui fit l'objet d'une restauration au 20e siècle, avec deux fenêtres à croisillons de pierre sur la façade sud. Les combles comportent des lucarnes pignons à fenêtres à croisillons que surmontent un fronton triangulaire à oculus trilobé. La façade Nord fut refaite à la fin du XVIe siècle, elle est percée d'une porte dont l'arc en anse de panier supporte un fronton brisé, que décore un écu bûché à la Révolution

C'est au XVIIIe siècle que les communs furent acollés à la courtine nord. La courtine ouest a été percée d'une grande porte-charretière et d'une porte piètonne à arcs surbaissés.

Dernier détail architectural: le château possède des lattrines en encorbellement.

C'est au château de la Motte que naît saint Guillaume d'Arthel (1130-1209), primat d'Aquitaine et 67ème archevêque de Bourges où il fait poursuivre la construction de la cathédrale. La Motte après avoir subi des transformations aux XVème, XVIIème et XIXème siècles est l'un des deux châteaux dominant le village.

Arthel château de la Motte 2.jpg

Histoire du château

  • Au 12ème siècle (?), construction d'une maison forte par les Comtes de Nevers
  • Au 15ème siècle, construction du château de La Motte à l'emplacement de la maison forte.
  • Au début du 16ème siècle, un logis est construit sur la face sud.
  • A la fin du 16ème siècle,la façade nord est remaniée.
  • Au 18ème siècle, les bâtiments s'appuyant sur les courtines ouest et nord sont modifiés. Une imposante porte charretière est aménagée.
  • Au 19ème siècle, certains murs du château sont consolidés.
  • En 1985, les façades et toitures du château ainsi que des communs sont inscrites aux Monuments Historiques.


Propriétaires successifs
12ème siècle: comtes de Nevers 1584: Imbert de Paris


Sources

  • nievre-tourisme.com
  • fr.wikipedia.org
  • www.cc-nievres-forets.com
  • chateau.over-blog.net



--Patrick Raynal 11 janvier 2014 à 17:53 (CET)