1820-1829

De Wiki58

Délibérations et rapports manuscrits

  • Selon les années, les écrits sont assez pauvres en informations sur les enfants. Il est surtout question :
- des travaux destinés à améliorer le réseau routier,
- de la nécessité de valoriser les mérites du service militaire que certaines opinions tendent abusivement à discréditer, encourageant ainsi tacitement les évasions et le considérant à tort responsable d’une baisse de la démographie.
- d’un rappel à l’ordre contre l’absentéisme lors des sessions réglementaires et pour le strict respect de ce qui s’apparente à une obligation de réserve.
  • Les années 1820 à 1822, 1825, 1827 et 1828 n’évoquant ni les enfants, ni rien de bien notable sont exclues.
    Seules les années 1826 et 1829 font état des enfants et de leurs nourrices, la préoccupation dominante demeurant le budget à leur consacrer et la recherche d’économies.
    Dans un rapport présenté au Conseil Général en 1826, le préfet, récemment nommé dans la Nièvre évoque à ce propos :
- la nécessité de régler un arriéré des salaires dus aux nourrices, sujet récurrent depuis plus de dix ans et soupçonné d’être à l’origine d’une augmentation de la mortalité infantile,
- et la nomination d’un « Inspecteur-Vérificateur » chargé de quantifier le nombre d’enfants concernés et d’évaluer les procédures en vigueur dans le but non dissimulé de détecter les abus éventuels.

À noter la situation ambiguë de cet agent dans la mesure où le montant de son salaire sera dépend du nombre d’infractions qu’il aura constaté.

1. L’arriéré des salaires

  • Concernant le non-paiement des nourrices le préfet explique en quoi et pourquoi son prédécesseur n’a rien à se reprocher à ce propos en des termes qui posent plus de questions qu’ils n’en résolvent. La question subsidiaire (et en l’état sans réponse) étant pourquoi le préfet peut-il et doit-il résoudre, dès son arrivée à Nevers, une situation restée apparemment insoluble pour son prédécesseur.

2. Le bilan de l’Inspecteur-Vérificateur

  • Les premières données collectées confortent les soupçons de déviance eu égard aux règles en vigueur, et parfois du fait du maire.
    Toutefois l’estimation des dépenses indues s’avère impossible, faute de pouvoir appréhender :
- la nature et le nombre précis de ces diverses déviances,
- leurs répartitions géographiques,
- et la période durant laquelle chacune d’entre elle s’est poursuivie.

Dans tous les cas de figure, conformément à la mission qui lui a été assignée, l’Inspecteur ne s’attardera pas sur les conditions de vie des enfants.

  • Trois ans plus tard, en 1829, à la satisfaction générale des élites, la dépense liée à l’enfance abandonnée s’inscrit dans une courbe descendante. Malheureusement elle croise aussi celle, ascendante, de la mortalité infantile, ce que déplore le Préfet.
    Celui-ci y voit la conséquence possible de la maladie, ou de la misère, ou de la pénurie de nourrices, ou des infanticides motivés par la honte de la grossesse, sans s’attarder sur l’incidence majeure et dévastatrice de la misère communément partagée dans le milieu social concerné.

  • Sources : Sources : AD 58
    Série : 1N
    COTE : 1N20

Texte fourni par Arlette Nicoloso mis en page par Martine NOËL le 26 juin 2017