Guéneau Lucien Philippe

De Wiki58
  • GUÉNEAU, famille nivernaise et bourguignonne semble avoir pour berceau Moulins-Engilbert, où un Guillaume Guéneau fut avocat au Parlement.
  • C'est la tige d'où sortent Lucien-Philippe, Jean-Baptiste-Auguste, Louis-Auguste et Victor-Augustin
  • Cette famille Guéneau produisit de nombreux rameaux.
  • Parmi les notabilités connues de cette famille, on peut citer :
- Léonard Gueneau, chirurgien (+ 24 juin 1679)
- Denis Guéneau, son frère, apothicaire (+ vers 1678)
- Le Docteur René Guéneau, neveu du Docteur Auguste Gueneau, médecin à Moulins (Allier)
- etc.

Lucien-Philippe Guéneau

Lucien Guéneau
Gueneau Lucien signature.jpg
  • Il nait à Luzy, le dimanche 30 décembre 1832.
  • Après de bonnes études aux collèges de Bourbon-Lancy et de Moulins-sur-Allier, il s'engage, en 1851, au 10e régiment de chasseurs à cheval. Brigadier, puis maréchal-des-logis, il passe avec son grade au 2e régiment de Cuirassiers de la Garde, et fait, avec ce régiment, la campagne d'Italie pendant laquelle il est nommé sous-lieutenant (15 juin 1859). Lieutenant au 8e de Chasseurs, le 28 mars 1865, il est promu capitaine le 26 décembre 1868.
  • La guerre survient. Le 2 septembre 1870, il partage le sort de l'armée du Rhin et est emmené prisonnier à Magdebourg, à la suite de la capitulation de Sedan. Il ne rentre en France qu'après la signature du traité de Francfort. Le 20 mai suivant (1871), il donne sa démission de l'armée.
  • Élu conseiller municipal et adjoint de la ville de Luzy, son pays natal, en 1873, il est révoqué par l'ordre moral en raison de ses opinions républicaines. Réélu peu après, il est de nouveau révoqué au 16 mai et réélu de suite. On lui fait même l'honneur, à cette époque de lui envoyer deux gendarmes en grande tenue pour lui dresser procès-verbal sous le prétexte qu'il aurait fait du tapage dans la rue – on espérait ainsi intimider les électeurs, il n'en fut rien. – A la chute de l'Ordre moral, le gouvernement voulant établir une administration sérieusement républicaine, le nomme sous-préfet de Château-Chinon, son arrondissement, le 30 décembre 1877.
  • En 1881, il est nommé sous-préfet de Gex (Ain) où il restera jusqu'au 26 juin 1883, époque à laquelle, à la suite de l'opération de la cataracte, il obtient sa mise à la retraite et est nommé sous-préfet honoraire.
  • Il revient alors à Luzy, dont il est élu maire, en 1884. Depuis lors il est mêlé à toutes les luttes politiques du département de la Nièvre et fournit une active collaboration à tous les journaux républicains de la région.
  • Retiré à Nevers en 1885, il y est Suppléant du Juge de Paix, Président de la Société Académique du Nivernais, de la Libre-Pensée de Nevers, etc. Il est membre perpétuel de la Ligue de l'Enseignement, depuis sa fondation, et de nombreuses Sociétés d'art, de littérature, d'assistance, de mutualisme, etc.
  • Très au courant des études préhistoriques, des questions d'archéologie, de numismatique, de folklore, d'art et d'histoire, collectionneur passionné, il a publié de nombreux travaux fort appréciés parmi lesquels nous citerons :
Folklore
Us et Coutumes du Morvand (1886)
Deux mots sur nos Sorciers (1887)
Un Noël Morvandeau (1890)
Croyances et Coutumes de chez nous (1894)
Croyances populaires. 1ere Partie
Nos bons Saints miracleurs et guérisseurs (1892).
Histoire
Saint-Pierre de Luzy (1888)
Le droit de chasse à Arleuf-en- Morvand en 1494 (1894)
Deux pièces pour servir a l'histoire de Luzy
Luzy, nos Médecins (1897)
Extrait des Mémoires d'Isaïe Bonfils, propriétaire-agriculteur au hameau de Chauvetière, paroisses de Fléty et de Tazilly, 1700 et 1740 (1898)
Les Conséquences de la Révocation de l'Édit de Nantes ; souvenirs d'un prisonnier de guerre; ma correspondance avec mon évêque (1882)
Un chapitre de L'histoire de Luzy (1884)
Compte-rendu de la Terre, par Emmanuel Vauchez (1894); etc.
Recherches sur la Noviodunum Œduorum et sur la Gergovio Boiarum
Les chemins gaulois et les chemins romains dans le pays éduen (1900)
Deux découvertes archéologiques, cippes funéraires, à Poil (1901).
Occupation de Nevers par les armées alliées en 1815 (1902).
Politique, etc.
Discours prononcés en 1880 (Château-Chinon).
Allocution prononcée à Gex (1882).
Causerie à mes concitoyens, Distribution des Prix des Écoles communales de Luzy (1884).
A la porte, les Jésuites! (1892 et 1896).
de nombreux articles dans la République de Nevers, l'Union républicaine de la Nièvre, la Vendée républicaine, etc.
  • Il donne de nombreuses notes à l'Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux, dont il est le collaborateur depuis la fondation.
  • Il possède des collections de faïences anciennes, monnaies et médailles, archéologie préhistorique, etc.
  • Il est nommé officier de l'instruction publique le 19 janvier 1900.




--m mirault 8 mars 2012 à 21:42 (CET)
Source : Dictionnaires des hommes du Nord et des hommes de l'Ouest.