Tribunal correctionnel de Nevers : Différence entre versions

De Wiki58
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
Fichier à déplacer
 
===1909 - Audience du 28 janvier===
 
===1909 - Audience du 28 janvier===
 
1) La première affaire concerne le nommé '''Botte''', qui comparait pour vagabondage. Il a 59 ans et 52 condamnations sur la conscience, une entre autres à mort par le 1er Conseil de guerre de Constantine, le 5 novembre 1877.<br>
 
1) La première affaire concerne le nommé '''Botte''', qui comparait pour vagabondage. Il a 59 ans et 52 condamnations sur la conscience, une entre autres à mort par le 1er Conseil de guerre de Constantine, le 5 novembre 1877.<br>

Version du 21 avril 2021 à 08:09

Fichier à déplacer

1909 - Audience du 28 janvier

1) La première affaire concerne le nommé Botte, qui comparait pour vagabondage. Il a 59 ans et 52 condamnations sur la conscience, une entre autres à mort par le 1er Conseil de guerre de Constantine, le 5 novembre 1877.
« Vous ne vous portez pas mal pour un condamné à mort, demande M. Néraud qui préside.
- Je vous assure, mon président, que j’aurais bien préféré qu’on m’exécute il y a 31 ans, pour la vie que je mène depuis ce temps-là. »
Il n’en disait peut-être pas autant alors. Botte récolte 4 mois de prison, ce qui, avec les précédentes, lui fait 53 condamnations. Presque un record.


2) Le nommé Davasne, âgé de 49 ans, passe ensuite à la barre pour colportage d’allumettes. C’est une vieille connaissance de la justice ; bien que plus jeune que Botte, il est en avance sur lui quant au nombre de condamnations à mort, il en a deux à son actif qui lui ont été infligées par les conseils de guerre de Blida et d’Oran en 1886 et 1897. Le tribunal lui alloue 400 F d’amendes.


3) Nisson, qui comparait sous l’inculpation multiple de vagabondage, mendicité avec menaces et outrage public à la pudeur, a une mine vraiment patibulaire et personne ne tiendrait à le rencontrer, le soir, à la corne d’un bois.
Il ne se rappelle plus le nombre de condamnations qu’il a encourues dans son existence. Il reconnait les trois premiers chefs de l’inculpation, mais nie énergiquement le quatrième. Le tribunal, ne prenant pas en compte ses dénégations, le condamne à six mois de prison.

  • Paris-Centre, janvier 1909.
  • Relevé Pierre Volut février 2019