Remèdes populaires

De Wiki58
Révision datée du 11 mars 2021 à 16:31 par Admin (discussion | contributions) (Page créée avec « *Ampoule : Frotter avec des orties, traverser avec un fil de lin qu'on laisse dans l'ampoule.<br> *Brûlures : Appliquer râpure de pomme de terre, gelée de groseilles, p... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigationAller à la recherche
  • Ampoule : Frotter avec des orties, traverser avec un fil de lin qu'on laisse dans l'ampoule.
  • Brûlures : Appliquer râpure de pomme de terre, gelée de groseilles, pétales d'oignons de lys conservés dans le l'huile de camomille , compresses de lait baratté, bouse de vache fraîche. Les forgerons utilisaient "l'huile de papier" ; ils brûlaient un journal sur l'enclume et appliquaient la condensation huileuse, jaunâtre, résultant de la combustion, sur la brûlure.
  • Cors aux pieds : Application sur le cor d'ail pilé ou de vert de poireau, Bain de pieds salé.
  • Coupures : Couvrir la plaie avec une toile d'araignée.
  • Constipation : Tisanes de chicorée sauvage et diverses plantes, lait de beurre baratté.
  • Diarrhée : Tisane de feuille de vigne, de chêne, de racine de fraisier.
  • Oeil : Laver avec eau chaude et camomille. Un oeuf frais pondu passé sur les yeux rend la vue claire.
  • Morsures de vipère : Alcali et huile d'olive mélangés.
  • Reins : Se ceindre avec une ficelle de chanvre, se frotter avec des orties, appliquer sur les reins un petit sac d'avoine grillée.
  • Saignement de nez : Faire lever le bras du côté de la narine qui saigne, appliquer sur la peau du dos, à la base du cou, une clé pleine.


On urinait sur les plaies et les coupures pour activer la cicatrisation, ou on les faisait lécher par un chien, la langue du chien avait, disait-on, la propriété d'accélérer la guérison. On saupoudrait aussi les coupures et les brûlures avec la poudre brune qui s'échappe des vesses de loups séchées (lyco-perdons)
Lorsque l'on tuait le cochon, on mettait de côté le fiel (laimer ou l'amer) ; on le faisait sécher, pendu à une poutre, et on s'en servait pour faire sortir les épines plantées sous la peau.


  • Source : Le Morvan coeur de la France - J. Bruley - Tome II, pages 90,91,92
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 14 avril 2020 à 11:32 (CEST)