Maison de Courtenay : Différence entre versions

De Wiki58
 
Ligne 6 : Ligne 6 :
  
 
[[De Courtenay Mahaut]], en 1226, donna un nouveau maître à ses sujets : Guy II, Comte de Forez, prince pacifique et bienveillant. Il affranchit les habitants de [[Nevers]] de la servitude. S'étant croisé en 1239, il meurt en Palestine en 1241. Sa fille Agnès de Donzy se marie à Guy de Châtillon, mort en 1225. En 1241, [[De Courtenay Mahaut]] donna le comté de Nevers à son petit fils, Gaucher de Châtillon.  [[De Courtenay Mahaut]] mourut le 29 Juillet 1257 à Coulange sur Yonne et inhumée au monastère du Réconfort, près de [[Clamecy]].<br>
 
[[De Courtenay Mahaut]], en 1226, donna un nouveau maître à ses sujets : Guy II, Comte de Forez, prince pacifique et bienveillant. Il affranchit les habitants de [[Nevers]] de la servitude. S'étant croisé en 1239, il meurt en Palestine en 1241. Sa fille Agnès de Donzy se marie à Guy de Châtillon, mort en 1225. En 1241, [[De Courtenay Mahaut]] donna le comté de Nevers à son petit fils, Gaucher de Châtillon.  [[De Courtenay Mahaut]] mourut le 29 Juillet 1257 à Coulange sur Yonne et inhumée au monastère du Réconfort, près de [[Clamecy]].<br>
 
* Source : Mémoires pour servir à l'histoire politique et littéraire à la géograhie dans le département de la Nièvre - Née de La Rochelle - 1827<br>
 
* Transcripteur : [[Utilisateur:Mabalivet|Mabalivet]] ([[Discussion utilisateur:Mabalivet|discussion]]) 4 mai 2020 à 12:12 (CEST)
 
  
 
===Convention du mariage d'Hervé de Donzy passé avec Philippe-Auguste===
 
===Convention du mariage d'Hervé de Donzy passé avec Philippe-Auguste===
Ligne 15 : Ligne 12 :
 
Pour le rachat du Comté, nous donnons au Roi, moi et mon frère Renaud, Gyen et toute sa châtellerie. Et si, notre épouse vient à mourir sans enfants, la châtellerie de Gyen reviendra à nous ou à nos héritiers, moyennant trois mille marcs d'argent de la monnaie de Troyes. Dans le cas ou on y aurait fait des réparations, il n'en sera pas tenu compte.<br>
 
Pour le rachat du Comté, nous donnons au Roi, moi et mon frère Renaud, Gyen et toute sa châtellerie. Et si, notre épouse vient à mourir sans enfants, la châtellerie de Gyen reviendra à nous ou à nos héritiers, moyennant trois mille marcs d'argent de la monnaie de Troyes. Dans le cas ou on y aurait fait des réparations, il n'en sera pas tenu compte.<br>
 
En outre, d'ici la célébration du mariage, je ferai faire pour tous mes hommes l'assûrement au Roi que je le servirai envers et contre tous ceux qui peuvent vivre et mourir, comme mon suzerain lige, et que je ne manquerai jamais, pour qui que ce soit, de rester à sa cour pendant les temps requis. Après le mariage, je ferai le même assûrement par les hommes du Roi et du comté (?). et, si quelqu'un refuse, je me mettrai à la disposition de mon seigneur. Jusque là, je livre comme garantie, le château de [[Cosne sur Loire]]. Je m'engage à encourir l'excommunication des évêques d'Auxerre et de [[Nevers]], et l'interdit, si je ne remplis pas les conditions précédentes. Si, par hasard, je venais à me séparer de mon épouse, je la rendrais au Roi et le Roi me rendrait le château de Gyen ".
 
En outre, d'ici la célébration du mariage, je ferai faire pour tous mes hommes l'assûrement au Roi que je le servirai envers et contre tous ceux qui peuvent vivre et mourir, comme mon suzerain lige, et que je ne manquerai jamais, pour qui que ce soit, de rester à sa cour pendant les temps requis. Après le mariage, je ferai le même assûrement par les hommes du Roi et du comté (?). et, si quelqu'un refuse, je me mettrai à la disposition de mon seigneur. Jusque là, je livre comme garantie, le château de [[Cosne sur Loire]]. Je m'engage à encourir l'excommunication des évêques d'Auxerre et de [[Nevers]], et l'interdit, si je ne remplis pas les conditions précédentes. Si, par hasard, je venais à me séparer de mon épouse, je la rendrais au Roi et le Roi me rendrait le château de Gyen ".
 +
 
===Lettres - Ordonnance - Traité - Convention - Compromis===
 
===Lettres - Ordonnance - Traité - Convention - Compromis===
 
* 1192 - Fontainebleau : Le Roi Philippe Auguste ratifie les arrangements entre '''Pierre de Courtenay''', Comte d'Auxerre, Agnès sa femme, et Mathilde de Bourgogne, Comtesse de Tonnerre, mère d'Agnès.<br>
 
* 1192 - Fontainebleau : Le Roi Philippe Auguste ratifie les arrangements entre '''Pierre de Courtenay''', Comte d'Auxerre, Agnès sa femme, et Mathilde de Bourgogne, Comtesse de Tonnerre, mère d'Agnès.<br>
Ligne 48 : Ligne 46 :
 
* SEPTEMBRE 1249 - Au camp de Damiette : '''Gui''', Comte de Nevers et de Forez, traite de son passage en mer, pour aller en Terre Sainte, avec des marchands de Sienne, moyennant mille livres-tournois.<br>
 
* SEPTEMBRE 1249 - Au camp de Damiette : '''Gui''', Comte de Nevers et de Forez, traite de son passage en mer, pour aller en Terre Sainte, avec des marchands de Sienne, moyennant mille livres-tournois.<br>
  
*Sources : Histoire des Ducs de Bourgogne de la race capétienne - Ernest Petit. Hervé de Donzy Comte de Nevers - René de Lespinasse<br>
+
*Sources : Histoire des Ducs de Bourgogne de la race capétienne - Ernest Petit. Hervé de Donzy Comte de Nevers - René de Lespinasse. mémoires pour servir à l'histoire du département de la Nièvre - Née de La Rochelle - 1827<br>
 
*Transcripteur : [[Utilisateur:Mabalivet|Mabalivet]] ([[Discussion utilisateur:Mabalivet|discussion]]) 30 mai 2020 à 16:53 (CEST)
 
*Transcripteur : [[Utilisateur:Mabalivet|Mabalivet]] ([[Discussion utilisateur:Mabalivet|discussion]]) 30 mai 2020 à 16:53 (CEST)
  

Version actuelle datée du 14 juin 2020 à 16:50

Agnès 1ère de Nevers, qui mourut en 1193, ne laissa qu'une fille, De Courtenay Mahaut laquelle hérita des comtés de Nevers, Auxerre et Tonnerre. C'est en 1199 qu'elle fut mariée, vers quinze ans, à Hervé IV, seigneur de Donzy à qui elle apportat ses biens. Son père, remarié à Yolande de Hainault, fut élu empereur de Constantinople.

Hervé IV, Baron de Donzy, était le fils de Geoffroy, Comte de Gien et seigneur de Cosne sur Loire. A la mort de son père, Pierre de Courtenay réclama le Comté de Gien qu'il prétendait lui appartenir en vertu d'un ancien traité fait avec lui. Hervé ne voulut pas céder à cette prétention, bientôt les armes se décidèrent. Une sanglante bataille fut livrée par le Baron de Donzy à Pierre de Courteny auprès de l'abbaye St Lazare, voisine de Cosne sur Loire. Philippe Auguste s'étant porté médiateur entre eux, il fut alors arrêté que le Baron de Donzy épouserait De Courtenay Mahaut, qui lui remettrait le Comté de Nevers. Devenu Comte de Nevers, il réunit alors sa baronnie de Donzy. En 1213, il se sépare de sa femme, sa parenté à un degré étant prohibé par l'église et l'état, et sans postérité. En 1212, il achète à Jean, seigneur de Toucy tous les droits qu'il avait de Clamecy à Toucy à Oisy et à Billy. De retour d'Egypte, il revient en France prendre possession des Comtés d'Auxerre et Tonnerre, il en jouit peu de temps, les hérétiques albigeois et vaudois qu'il persécutait sans relâche, ayant trouver moyen de l'empoisonner. Il meurt à Saint Aignan, en Berry, le 22 Janvier 1223 et enterré à l'Abbaye de Pontigny.

De Courtenay Mahaut, en 1226, donna un nouveau maître à ses sujets : Guy II, Comte de Forez, prince pacifique et bienveillant. Il affranchit les habitants de Nevers de la servitude. S'étant croisé en 1239, il meurt en Palestine en 1241. Sa fille Agnès de Donzy se marie à Guy de Châtillon, mort en 1225. En 1241, De Courtenay Mahaut donna le comté de Nevers à son petit fils, Gaucher de Châtillon. De Courtenay Mahaut mourut le 29 Juillet 1257 à Coulange sur Yonne et inhumée au monastère du Réconfort, près de Clamecy.

Convention du mariage d'Hervé de Donzy passé avec Philippe-Auguste

" Le Roi, nous donne pour épouse la fille de Pierre, Comte de Nevers, avec son Comté, à condition toutefois que Pierre, aura, sa vie durant, les terres que le Roi lui assignera prochainement, lesquelles après sa mort feront retour à nous, à notre épouse et à nos enfants.
Pour le rachat du Comté, nous donnons au Roi, moi et mon frère Renaud, Gyen et toute sa châtellerie. Et si, notre épouse vient à mourir sans enfants, la châtellerie de Gyen reviendra à nous ou à nos héritiers, moyennant trois mille marcs d'argent de la monnaie de Troyes. Dans le cas ou on y aurait fait des réparations, il n'en sera pas tenu compte.
En outre, d'ici la célébration du mariage, je ferai faire pour tous mes hommes l'assûrement au Roi que je le servirai envers et contre tous ceux qui peuvent vivre et mourir, comme mon suzerain lige, et que je ne manquerai jamais, pour qui que ce soit, de rester à sa cour pendant les temps requis. Après le mariage, je ferai le même assûrement par les hommes du Roi et du comté (?). et, si quelqu'un refuse, je me mettrai à la disposition de mon seigneur. Jusque là, je livre comme garantie, le château de Cosne sur Loire. Je m'engage à encourir l'excommunication des évêques d'Auxerre et de Nevers, et l'interdit, si je ne remplis pas les conditions précédentes. Si, par hasard, je venais à me séparer de mon épouse, je la rendrais au Roi et le Roi me rendrait le château de Gyen ".

Lettres - Ordonnance - Traité - Convention - Compromis

  • 1192 - Fontainebleau : Le Roi Philippe Auguste ratifie les arrangements entre Pierre de Courtenay, Comte d'Auxerre, Agnès sa femme, et Mathilde de Bourgogne, Comtesse de Tonnerre, mère d'Agnès.
  • 1er MAI 1209 - Villeneuve le Roi : Etablissement relatif au partage des fiefs, faits par Philippe Auguste : Eudes, Duc de Bourgogne, Hervé, Comte de Nevers, et de plusieurs autres grands seigneurs.
  • JANVIER 1210 - Sens : Eudes, Duc de Bourgogne, notifie un arrangement entre Hervé, Comte de Nevers et d'Auxerre et Guillaume de Champlitte, et promet d'appeler Guillaume à sa cour, s'il enfreint ses engagements avec Hervé.
  • Mai 1210 - Paris : le Roi Philippe Auguste confirme un accord passé entre Robert de Courtenay et Itier de Touci, au sujet des terres de Blénaeau, Malicorne, Champignelles, Saint Fargeau.
  • JUIN 1210 - A la prière d'Eudes, Duc de Bourgogne, Mahaut, Comtesse d'Auvergne, sa tante, abandonne à Hervé, Comte de Nevers et de Donzy, toute la terre de Liernais, qui était son héritage et lui avait été donnée en douaire par mariage.
  • 1210- Vézelay : Hervé, Comte de Nevers, atteste du consentement de sa femme, Mathilde, Comtesse de Nevers, qu'il a cédé à Eudes, Duc de Bourgogne, le château de grignon et ses dépendances, contre la terre que Raoul d'Issoudun tenait du-dit Comte. Il reçoit, en outre, Rougemont (sur Armançon) et Asnières en Montagne, avec les dépendances. Le Comte de Nevers, reçoit la suzeraineté et la garde du fief de Laignes, le droit de fortifier Griselles, qui relèvera du Duc de Bourgogne. Si, la Comtesse Mahaut meurt sans hoirs et si le Comte n'avait pas d'héritiers d'une autre alliance, tout ce qui est donné en échange pour Grignon demeurera au duc de Bourgogne, sauf le fief de Rougemont.
  • FEVRIER 1212 - Eudes, Duc de Bourgogne, Mahaut, Comtesse d'Auvergne, sa tante, abandonne à Hervé, Comte de Nevers et de Donzy, toute la terre de Liernais, qui était son héritage et lui avait été donnée en douaire par mariage.
  • JUILLET 1218 - Latran : Le Pape Honorius III accorde à Hervé, Comte de Nevers, la vingtième partie des revenus des bénéfices éclésiastiques sur ses terres, pour l'aider à continuer la Croisade.
  • 3 DECEMBRE 1220 - le Pape Honorius III, sur plainte d'Hervé, Comte de Nevers, à l'évêque de Troyes, pour le prier de procéder avec plus d'équité dans le partage des biens de Pierre de Courtenay.
  • 1222 - Mahaut, Comtesse de Nevers, confirme la donation faite au Lieu-Dieu, abbaye de Septfonds, par Hervé, son mari, Renaud de Nevers, son cousin et Guillaume de Montluçon.
  • 3 AVRIL 1222 - Druyes : Mile, seigneur de Noyers, se déclare homme lige de Mathilde, Comtesse de Nevers, sauf la fidélité qu'il doit à la Duchesse de Bourgogne ou au Duc qui lui succédera.
  • 8 NOVEMBRE 1223 - Paris : Louis, Roi de France, notifie l'arrangement pris par les évêques et les Barons, relativement aux Juifs, savoir ; la Duchesse de Bourgogne, la Comtesse de Nevers, Robert de Courtenay, bouttetlier de France, Dreux de Mello, Gaucher de Joigny.
  • DECEMBRE 1224 - Tonnerre : Mathilde, Comtesse de Nevers, notifie au Comte de Forez, qu'elle tient quitte Humbert, sire de Beaujeu, pour le fief de Couzan (Cosant), en considération de ce qu'il a promis d'elle en fief de Chevagny et Aloignet, qu'il tenait précédemment en franc alleu.
  • 1225 - Mahaut, Comtesse de Nevers, donne à Guillaume de Vergy, Sénéchal de Bourgogne, soixante livres de terre monnaie, pour lesquelles, Guillaume lui rend hommage lige, exigeant que ses successeurs sénéchaux de Bourgogne en fassent autant. moyennant ce , Guillaume de Vergy, accorde à ladite Comtesse, les droits qu'il prétendait avoir sur Châtel-Censoir.
  • MAI 1225 - Mathilde, Comtesse de Nevers, pour le repos de l'âme de son feu mari, Hervé, jadis Comte de Nevers, donne aux moines de Citeaux, une rente de dix livres à percevoir sur les revenus de Tonnerre.
  • 2 JUILLET 1227 - Traité et conventions entre Alix, Duchesse de Bourgogne et son fils Hugues, avec Thibaud, Comte de Champagne, auxquels ils promettent aide et appui contre le Comte de Nevers. Engagements pris au sujet du mariage d'Hugues III, Duc de Bourgogne.
  • 14 OCTOBRE 1229 - Auxerre : le légat du Pape Romain de saint Ange rend le jugement arbitral du traité de paix passé entre Thibaud, Comte de Champagne, et Gui, Comte de Nevers. les forteresses construite sur les frontières des deux comtés seront conservées, on n'en créera pas d'autres, chacun conservera les fiefs dont il est en possession, on réserve seulement la question des dommages-intérêts, prétendus par le Comte de Champagne, à cause des pertes que le Comte de Nevers lui aurait fait subir pendant les hostilités.
  • 30 MAI 1232 - Moulins Engilbert : Gui, Comte de Nevers et de Forez, fait hommage à Guillaume, évêque de Chalon sur Saône, pour Baigneux, Lannes, Recey, le parcours de saint Vincent, le grand terrage de Molème et de Channes.
  • 30 MAI 1232 - Moulins Engilbert : Gui, Comte de Nevers et de Forez, déclare que ne se trouvant pas en sécurité et n'ayant pas libre accès vers Chalon sur Saône, à cause de certaines inimitiés, il fait hommage à l'évêque de Chalon, sauf la réserve des droits de cette église.
  • DECEMBRE 1233 - Latran : Grégoire IX fait défense à Gui, Comte de Nevers, de quitter l'hommage de Thibaud, Comte de Champagne, avant que la question de savoir si Alix, Reine de Chypre, est enfant légitime, n'ait été jugée par le Pape, et termine en conseillant au Comte de Nevers d'avoir l'esprit d'un conseil plus sain.
  • DECEMBRE 1233 - Gui, Comte de Nevers et de Forez, notifie un accord passé avec Hugues, Duc de Bourgogne, relativement à la Maison de Larrey, dont le fief était revendiqué par chacun d'eux. il est convenu que la dame de Larrey et ses héritiers seront liges du Comte de Nevers, sauf la fidélité due au Duc de Bourgogne et à Erard de Chaceney.
  • MARS 1233 - Druyes : Gui, Comte de Nevers et de Forez, donne au prieur de Bar le régulier, le droit de racheter le fief de Chevannes et de Marey, près de Saulieu.
  • AVRIL 1235 - ordonnance de Gui, Comte de Nevers et de Forez, et de la Comtesse Mathilde, sa femme, pour empêcher les violences et les ravages commis dans les Comtés de Nevers, d'Auxerre et Tonnerre, afin qu'à l'avenir, sous aucun prétexte, on ne puisse incendier et détruire les maisons.
  • 25 FEVRIER 1238 - Gui, Comte de Nevers, règle le paiement de ses dettes avant son départ en terre sainte. il déclare qu'il avait abandonné, en présence du Roi de France, les terres qui venaient de sa femme Mathilde, pendant une durée d quatre ans, à charge par elle, de payer seize mille livres à ses créanciers.
  • OCTOBRE 1239 - Hugues, Duc de Bourgogne, notifie les conventions faites avec Gui, Comte de Nevers et de Forez, et Mahaut , la Comtesse , sa femme, au sujet du fief que jean, jadis Comte de Chalon, tenant d'eux, et pour lequel, le Duc rend le droit de justice et d'obligation de service au-dits Comte et Comtesse de Champagne. Il est de plus convenu que ses fiefs que tient Simon de Luzy, mouvant du-dit jean, jadis Comte de Chalon, et notamment de Bourbon, seront tenus des mêmes Comte et Comtesse, jusqu'à ce qu'un fils du Duc, ayant atteint sa quinzième année, en fasse hommage au même Comte de Nevers.
  • 30 MAI 1239 - Acre : les évêques et les barons de la Terre Sainte, s'adressent à Thibaud, Roi de Navarre et Comte de Champagne, à Gui, Comte de Nevers et de Forez, au Comte de Monfort, à Robert de Courtenay, à Dreux de Mello, leur indiquent le chemin à suivre pour venir au secours des Croisés, et les moyens à employer pour réussir dans cette expédition.
  • NOVEMBRE 1241 - Auxerre : Mathilde, Comtesse de Nevers, reconnait que par grâce spéciale, Thibaud, Roi de Navarre et Comte de Champagne, reçu, après la mort de son mari, son hommage à Auxerre.
  • JANVIER 1247 - Compromis : Dreux de Mello, seigneur d'Epoisses et de Château Chinon, reconnait que le château de Lormes est du fief de Mathilde, Comtesse de Nevers, et institue son arbitre Gaucher de Châtillon, seigneur de Saint Aignan, en Berry, cinq cents marcs d'argent en gage, dans les mains de divers seigneurs du Nivernais.
  • JUIN 1247 - Coulanges sur Yonne : Mathilde, Comtesse de Nevers, déclare qu'elle a fait hommage manuel à Alexandre de Montaigu, évêque de Chalon sur Saône, pour les fiefs qu'elle tenait de lui, savoir ; Bagneux, Beauvoir les Ricey, le parcours de Saint Vincent et le grand territoire de Molesme et de Chavanne.
  • SEPTEMBRE 1249 - Au camp de Damiette : Gui, Comte de Nevers et de Forez, traite de son passage en mer, pour aller en Terre Sainte, avec des marchands de Sienne, moyennant mille livres-tournois.
  • Sources : Histoire des Ducs de Bourgogne de la race capétienne - Ernest Petit. Hervé de Donzy Comte de Nevers - René de Lespinasse. mémoires pour servir à l'histoire du département de la Nièvre - Née de La Rochelle - 1827
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 30 mai 2020 à 16:53 (CEST)