Le morvandiau (patois) : Différence entre versions

De Wiki58
Ligne 30 : Ligne 30 :
 
{{Contribuer}}{{Création d'un article}}
 
{{Contribuer}}{{Création d'un article}}
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
===Lettre d'un Morvandiau de Paris à un ami - 1913===
 +
 +
" Mon cher Louis<br>
 +
T'eu sais, inn me serot pas figuré qu'inn aivot tant qu'çait de Morvandiaux ai Paris. T'eu m'aivos dit qu'à iévot das sociétés qui baillier des réunions laivou qu'on trouot des tas de pays. Dimoinsse darné, y seu zeu ai inn réunion que baillot la Ruche du Morvan, dont noûs Joussé fait partie. Sacré tournare ! y feu ben surpris de trouer lai le Paul de la Lazarth aivoù sai founne, le Piarre de Bors et peu dans tas d'autres. Y t'aisseure qu'iétout ben content de les trouer et peu qu'inn' sur ben aibuyer.<br>
 +
Lâvaut cez nous, on toua ben bios les parquets que venant pou lai Saint Piarre. Man ch' tai vaut vu lai qu'iétin, io ben aut'sourd. Elle o grande qu'men quait' parquoits et peu toute cirée. A y aivo des guirlandes piev le plafond, aivon des p'tiots draipiats qu'nen le zour du 14 juillet chez nous. Man y en aivot ben mas et peu des pus braves. A iaivo quait musiciens et que jouient rudement bien. En airivant, in Monsieur, in homme ben qu'men qu'y faut et ben genti, on m'ai dit qu'étiot le Président, mai cause. Inn ne sais pas cha m'connassot, men a m'ai dit qu'iétion ilai qu'm'en en famlle et qu'il faillot qu'y dansseuse. Inn me seu pas fait peurier et y m'en seu payer de lai danse.<br>
 +
Dans le fond daré les musiciens, o aivo des taibes çargées de braves denrées ; iavot du bon vin, du champagne, du saucisson d'Arleux, des tas de briodes ben pu braves les reunes que les rautes, des ^'tiotes tasses aivou des fieurs, des maichines en dentelles et peu y grand pot en arzent lai qu'on met des bouquets qu'm'en y en ai dans le château qu'ai coûté de cez nous. Yétaut content quand noût Jouséé me dié que tout c'lai éto pour nous, qu'iélin en aivar saiqu'un noût par et pou saivar ai qui baillé les pus braves, on ailot tirer au sort. Yai ben ri quand y vié inn brave zeune feille gagner in blague piènne de tabac. Man c' qu'à aviot de pus drôle, io y gas qu'ai gagnen inn camisole sans moinzes, toute en dentelle aitout de bios rubans. Tout çai m'flot torde de rire.<br>
 +
Quand y feu fini, y se r' pernaire ai danser jusqu'ai sept heures et demie. Ym' demande laivou qu'allant trouer toutes les braves denrées laies qu'à n'en bailler. Y fait qu'à sin trébin et pou qu'à sin ben riches ai lai société. Y m' seu en ailler ben content et io pou çai qu'y seu l'tourner le dimoinsse aiprès.<br>
 +
Y m' seu autant aibuyé le 19 janvier que le 12. A n'aivin dit qu'à beillerin des gâtiaux ai p'tiots. Man le Président a lai dit qu'm' sait qu'les fonnes iaitot des grands enfants et qu'y folliot leur en bailler étout. Al ien aivot des gâtiaux pien y grand painé. Tout le monde en ai zeu, moienne les roumes. Aivou les gâteaux, a iaivot ai boère des sortes de sirops qu'aitin pas s'tits. Qu'y en ai vot tant qu'on en v'lu, ien ai bu y grand verre.<br>
 +
Y en aivot du monde, encore mas qu'l'autre fouais, jusqu'ai Président d'honneur, qu'étot vu'i. Pendant y moment a ié y musicien ai cez nous qu'ai joué. On ai dansé le quadrille tout qu'm en chez le Paul du Bors. A la fin, y seu parti, iétot sept heures et demie. Et imc seu ben promis de r'veni encore le 8 février, le samedi sar. "<br>
 +
 +
Linard, de [[Villapourçon]]<br>
 +
 +
*Source : AD58 - L'Echo du Morvan<br>
 +
*Transcripteur : [[Utilisateur:Mabalivet|Mabalivet]] ([[Discussion utilisateur:Mabalivet|discussion]]) 15 juin 2020 à 14:30 (CEST)
  
  

Version du 15 juin 2020 à 14:41

Logo-vie paysanne.png Bienvenue sur Le morvandiau

CPA-Saint Saulge01.jpg

Petit quizz en ligne

On ne sait pas combien de temps ce lien fonctionnera mais voici quelques questions concernant des mots en patois (bourguignon et franc-comtois) [1]

  

Informations

  • Cette page est réservé au Morvandiau, considéré comme une langue.
  • Voir à ce sujet l'article développé dans Wikipédia
  • Une page spéciale est consacrée dans Wiki58 au patois nivernais
Logo carré S.jpg

Comment contribuer

Vous pouvez facilement aider Wiki58, en postant toute information ou un brouillon d'article à aidewiki@gennievre.net Dans chaque rubrique ci-contre, il y a des articles à compléter. N'hésitez pas à proposer du contenu !

Logo carré S.jpg

Création d'un article

Vous voulez démarrer un nouvel article? Lisez l'aide si vous avez un compte. Puis lancez-vous dans le Bac à sable où vous pouvez tester votre mise en page sans faire de dégâts dans le wiki


Lettre d'un Morvandiau de Paris à un ami - 1913

" Mon cher Louis
T'eu sais, inn me serot pas figuré qu'inn aivot tant qu'çait de Morvandiaux ai Paris. T'eu m'aivos dit qu'à iévot das sociétés qui baillier des réunions laivou qu'on trouot des tas de pays. Dimoinsse darné, y seu zeu ai inn réunion que baillot la Ruche du Morvan, dont noûs Joussé fait partie. Sacré tournare ! y feu ben surpris de trouer lai le Paul de la Lazarth aivoù sai founne, le Piarre de Bors et peu dans tas d'autres. Y t'aisseure qu'iétout ben content de les trouer et peu qu'inn' sur ben aibuyer.
Lâvaut cez nous, on toua ben bios les parquets que venant pou lai Saint Piarre. Man ch' tai vaut vu lai qu'iétin, io ben aut'sourd. Elle o grande qu'men quait' parquoits et peu toute cirée. A y aivo des guirlandes piev le plafond, aivon des p'tiots draipiats qu'nen le zour du 14 juillet chez nous. Man y en aivot ben mas et peu des pus braves. A iaivo quait musiciens et que jouient rudement bien. En airivant, in Monsieur, in homme ben qu'men qu'y faut et ben genti, on m'ai dit qu'étiot le Président, mai cause. Inn ne sais pas cha m'connassot, men a m'ai dit qu'iétion ilai qu'm'en en famlle et qu'il faillot qu'y dansseuse. Inn me seu pas fait peurier et y m'en seu payer de lai danse.
Dans le fond daré les musiciens, o aivo des taibes çargées de braves denrées ; iavot du bon vin, du champagne, du saucisson d'Arleux, des tas de briodes ben pu braves les reunes que les rautes, des ^'tiotes tasses aivou des fieurs, des maichines en dentelles et peu y grand pot en arzent lai qu'on met des bouquets qu'm'en y en ai dans le château qu'ai coûté de cez nous. Yétaut content quand noût Jouséé me dié que tout c'lai éto pour nous, qu'iélin en aivar saiqu'un noût par et pou saivar ai qui baillé les pus braves, on ailot tirer au sort. Yai ben ri quand y vié inn brave zeune feille gagner in blague piènne de tabac. Man c' qu'à aviot de pus drôle, io y gas qu'ai gagnen inn camisole sans moinzes, toute en dentelle aitout de bios rubans. Tout çai m'flot torde de rire.
Quand y feu fini, y se r' pernaire ai danser jusqu'ai sept heures et demie. Ym' demande laivou qu'allant trouer toutes les braves denrées laies qu'à n'en bailler. Y fait qu'à sin trébin et pou qu'à sin ben riches ai lai société. Y m' seu en ailler ben content et io pou çai qu'y seu l'tourner le dimoinsse aiprès.
Y m' seu autant aibuyé le 19 janvier que le 12. A n'aivin dit qu'à beillerin des gâtiaux ai p'tiots. Man le Président a lai dit qu'm' sait qu'les fonnes iaitot des grands enfants et qu'y folliot leur en bailler étout. Al ien aivot des gâtiaux pien y grand painé. Tout le monde en ai zeu, moienne les roumes. Aivou les gâteaux, a iaivot ai boère des sortes de sirops qu'aitin pas s'tits. Qu'y en ai vot tant qu'on en v'lu, ien ai bu y grand verre.
Y en aivot du monde, encore mas qu'l'autre fouais, jusqu'ai Président d'honneur, qu'étot vu'i. Pendant y moment a ié y musicien ai cez nous qu'ai joué. On ai dansé le quadrille tout qu'm en chez le Paul du Bors. A la fin, y seu parti, iétot sept heures et demie. Et imc seu ben promis de r'veni encore le 8 février, le samedi sar. "

Linard, de Villapourçon

  • Source : AD58 - L'Echo du Morvan
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 15 juin 2020 à 14:30 (CEST)


Patois morvandiau

M. Eugène de Chambure, d'Alligny en Morvan dans un travail qui eut effrayé tout autre que lui (il travailla plus de dix années à son Glossaire du Morvan), prenant le parler mot à mot, établit que notre patois n'est rien d'autre qur du vieux français.
MM. Hovelaque et Hervé, dans Recherches etnologiques sur le Morvan, écrivent : les éléments celtiques du langage morvandiau sont en fin de compte, ceux que l'on rencontre dans tous les dialectes de langue française ; ces éléments ne sont pas nombreux, et pour devenir français ils ont dû se latiniser... Le morvzndiau, comme tous les autres dialectes français, est le produit d'une simple évolution du latin populaire, du latin parlé introduit par la conquête romaine. La plus impérieuse nécessité força les indigènes à abandonner leur langue maternelle pour celle des vainqueurs, et la prédication chrétienne détermina la disparition totale de l'ancien idiome... Le morvandiau pourtant, pris dans son ensemble, a une figure nettement originale, bien qu'il se rattache de près à son voisin de l'Est, le bourguignon, et à son voisin de l'Ouest, le berrichon. Il doit incontestablement cette individualité à l'isolement de la région dans laquelle il était parlé".

Cette individualité comporte d'ailleurs une foule de nuances locales, et le patois d'Alligny en Morvan, par exemple, qui, jusqu'en 1792 était rattaché à la province de Bourgogne, diffère sensiblement de celui de Château Chinon, par exemple. M. E. de Chambure établit, parmi ces nuances locales, deux principales divisions : le morvandiau bourguignon, et le morvandiau nivernais. C'est, en effet, dans cette démarcation que nous trouvons les nuances les plus marquées.
Nous avons sous les yeux, le texte intégral d'un vieux monologue bourguignon, attribué à Aimé Piron, paru en 1724. En voici le titre original : "Mônôlôgue borguignon por être prononçai devan son Altesse Sérénissime le Duc, Ai Dijon, ché Antone Defay, imprimou et libraire, en li rue du Palai, ai lai bone foi - 1724. Aiv^parmission".
Nous trouvons dans ce texte à peu près toutes les consonances actuelles du patois parlé dans le Morvan bourguignon.
Dans le Morvan nivernais, plus éloigné des autres régions, le patois, au contraire, a très peu subi l'influence berrichonne. Il a gardé cette individualité si caractéristique qui frappe tant le visiteur.
Mais que ce visiteur entende parler le Morvandiau bourguignon ou le Morvandiau nivernais, il y rencontre les mêmes intonations et le même accent. Il est incontestable que le Morvandiau qui parle, comme nous le dit M. E. de Chambure, avec "l'accent gaulois" a conservé l'accent, peut-être quelque peu adouci, de ses aïeux les Celtes.
"L'accent morvandiau, nous dit Germain Chauvet, se décèle entre mille : une grande musique toute en nuances. S étant formée par l'r.ur cet accompagnement, le Morvandiau chante soit le français émaillé d'expressions locales, empruntées ou non au patois, soit le patois lui-même.
L'intonation est élevée, la dominante étant formée par l'r. D'autres parlers revendiuent l'art de rouler les r, aucun n'y réussit avec plus de bonheur que le Morvandiau.
L'accent morvandiau détache nettement les syllabes les unes après les autres. L'a pour s'y conformer, doit s'accentuer plusieurs fois : il se baille. L'o, bref, s'ouvre ; il claironne.
Les nasales jouent un rôle important : elles s'étirent, s'accrochent, se suspendent : Ain, s'ouvre dans l'esquisse d'un sourire - Ou, s'incurve ; An, se présente en dos d'âne ; Eu, se prélasse ; I, bénéficie des points d'orgue.
Quant à la phrase, tantôt elle s'achève en savant descrescendo, tantôt elle se relève sans apparente terminaison.
Ajoutons aussi que les mots terminés en in et ain se transforment souvent en ingne ou aingne: vingne, paingne, boudingne, traingne ; vin, pain, boudin, train.
Il faudrait des volumes pour entrer dans le détail des particularités intéressantes que comporte le langage morvandiau.

Nous pouvons dire que, comme le français, notre dialecte est en constante évolution, évolution cependant très lente. L'isolement du Morvan ayant pris fin par suite du développement des moyens de communications, certains mots tendent à se "franciser". D'autres mots, d'autres expressions très employées à la fin du 19ème siècle et début du 20ème ont disparu. Par contre, notre vocabulaire s'enrichit obligatoirement de mots nouveaux découlant de l'apport des sciences et des techniques. A l'inverse, des anciens mots qui se sont "francisés", ces nouveaux mots sont prononcés à la manière locale et deviennent du fançais "patoisé". Cependant ces mots demeurent peu nombreux et modifient très sensiblement le fond du vieux patois.
Nous sommes certains que, malgré le développement des communications, notre langage sera lent à se mélanger et à se confondre avec le français.

  • Source : Le Morvan coeur de la France - J. Bruley - Tome I
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 14 avril 2020 à 16:51 (CEST)