Le Grand Hyver à Trucy l'Orgueilleux

De Wiki58

Parmi les diverses calamités qui s'abattaient de manière récurrente sur la France et ses habitants, le "Grand Hiver" de 1709 fait l'objet de témoignages fréquents et unanimes.

Remarques sur l'année 1709,

Jamais peut-être on a eu une année comme celle-ci, on
peut dire que tous les flots [fléaux ?] de Dieu ont
concouru ensemble, la guerre, la peste et la famine. En
1708, le beau blé froment ne valait que trente sols et
l'orge huit sols, dix sols au plus cher et en cette année
il a valu dix livres et le froment vingt à cause du froid
qui se mit le jour des Rois par un grand vent et un peu
de neige et des pluies froides qui eurent gelé gâtèrent
tous les blés en sorte qu'il n'en reste pas pour semer,
on fût obligé de semer du vieux blé, pour de l'orge comme
on en fît partout où il y avait eu des blés dans les
jardins et chemins on en eût en abondance il valut
néanmoins toujours jusqu'à sept à huit livres parce que
tous ou presque ne mangeaient que de l'orge, point de vin
qui valut jusqu'à cent francs le muid, on faisait de la
boisson avec du genièvre et de l'orge, point de fruits,
les pommiers et poiriers des jardins presque tous morts,
comme aussi les bons pruniers, tous les noyers, pêchers
et abricotiers sans en rester un seul, il n'y avait que
la viande à bon marché que les pauvres gens mangeaient
sans pain, jusqu'à de la chair de cheval et autres
animaux morts. La plupart ne vivaient que d'herbes des
champs sans saler, même les chardons, du pain de chènevis
qui leur causait des dysenteries, il y en eût qui firent
du pain de racine de fougère, il y eut des endroits où il
ne sera presque personne, on trouvait quantité de gens
morts de faim par les chemins, les oiseaux se mangeaient
l'un l'autre, cependant il fallait payer les tailles, [?]
et capitations plutôt que d'acheter du pain vendre à bon
marché tout ce qu'on avait jusqu'à ses habits, linges et
outils à travailler, les hommes et femmes paraissaient
comme des fantômes, qu'on aurait fait tomber d'un petit
souffle, qui auraient volontiers pardonné leurs morts.
Bref, je ne crois pas qu'il ne soit dans les histoires
rien de semblable tant Dieu est irrité contre la France,
car je ne crois pas qu'il en soit de même parmi les
autres nations car ils ne seraient pas en état de nous
suivre comme ils font et si Dieu n'a pitié de nous, il
faut tous périr.

Ce texte a été trouvé au milieu des actes paroissiaux de Trucy l'Orgueilleux, rédigé par le Curé de l'époque (un certain Decaën) qui témoigne de ce fameux hiver. Nul doute que ces pauvres gens ont dû souffrir pour que leur curé éprouve le besoin de tracer ses quelques lignes qui évoquent certains tableaux de J.Bosch deux siècles auparavant.

  • Source : Archives Départementales de la Nièvre.
  • --Laurent Pinon 9 avril 2016 à 14:00 (UTC)