La lignée des BEAUDRY

De Wiki58
Louis-Joseph Papineau

La lignée Beaudry.

  • Barbe Barbier, née le 9 janvier 1654, a épousé le 24 novembre 1670 Toussaint Baudry. Elle est décédée le 22 janvier 1694. Le couple a eu dix enfants.
    Toussaint Baudry était le 28 décembre 1639 né en Vendée, à Saint-Jean-de-Velluire ; il est venu à Montréal comme « engagé » (domestique) de l'Hôpital fondée par Jeanne Mance ; ensuite, il a exercé la profession de couvreur de toits ; il a été marguillier de la paroisse de Ville-Marie.
    Toussaint et Barbe Baudry ont fixé leur domicile à la Pointe-aux-Trembles, un lieu-dit au nord de l'île de Montréal.
    À l'instar des « Truteau d'Amérique », les descendants de la famille Baudry (ou Beaudry) ont dressé leur arbre généalogique, que certains ont qualifié de « beaudrerie ».
(Cf. ancestry.ca/genealogy/arbre-genealogique-de-la-famille-beaudry et nosorigines.qc.ca)
Parmi les descendants du couple Toussaint-Barbe Baudry figurent deux personnalités québecoises :
  • Louis Joseph Papineau (1786-1871), avocat député, président de la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada. Papineau est l'un des leaders de la révolte de 1837 qui a lancé un boycott des produits anglais. Cette prise de position l'a conduit en exil, d'abord aux Ētats-Unis, puis en France. En 1848, il est revenu au Canada, où il a repris son siège de député. Louis Joseph Papineau est toujours considéré comme l'un des premiers nationalistes québecois. Des rues, des écoles portent son nom. Actuellement, une campagne politique prépare l'érection d'un mémorial Papineau.
  • Un autre descendant de Toussaint et Barbe Baudry est Sir Wilfrid Laurier (1841-1919), septième Premier Ministre du Canada de 1896 à 1911, et premier Canadien français nommé à ce poste (le suivant a été Pierre Eliott Trudeau). Wilfrid Laurier a été l'homme des compromis entre francophones et anglophones, entre provinces canadiennes, entre la colonie et l'Angleterre.
  • En 1751, un Jean-Baptiste Beaudry a épouse une Geneviève Benoît-Livernois, ce qui nous conduit à la lignée d'un second émigré provenant du Nivernais.

Timbre à l'effigie de Sir Wilfrid Laurier