Guipy

De Wiki58
Révision datée du 24 mai 2021 à 13:36 par Praynal (discussion | contributions) (Histoire)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Présentation

Entouré par les communes de Héry, Pazy, Vitry Laché, Saint Révérien, Neuilly et Beaulieu, le village de Guipy est situé à 20 km au nord-est de Prémery la plus grande ville à proximité. La commune s'étend sur 18,4 km² et compte 234 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2018. Ses habitants sont appelés les Guispiens et les Guispiennes.

La commune compte 6 hameaux : La Trouillère, Bernot, La Chaume des chiens, La Brosse, Vesvres et Beaumont. Elle bénéficie de sa situation non loin des étangs de Vaux et du canal du Nivernais.

Vue générale - Photo AJPN

Ce village s'est établi dans la vallée du Corneau autour d'un prieuré dont la première mention connue date de 1105. Le domaine du monastère s'étirait le long de la rivière. Les bâtiments du prieuré furent démantelés à la Révolution puis remplacés en partie au XIXème siècle pour reconstruire un château massif, le château Vauban. Du prieuré, il reste quelques vestiges comme la chapelle des Moines et le château du Pré qui correspond à l'ancien domaine agricole . L'église Saint-Germain d'Auxerre fut fortement remaniée au XIXème siècle sur une construction du XIIème siècle.

A Guipy sont rattachés quelques autres beaux domaines, situés à la périphérie : le château de Chanteloup, le château de Précy et le domaine d'Ainay.

Dans le cimetière se trouvait un carré de tombes attribuées à des Juifs hébergés au château de Chanteloup pendant la guerre [not 1]. Afin de récupérer ces terrains, le maire de Guipy a fait exhumer les ossements et les a fait préserver afin que dans l’avenir ils puissent trouver une sépulture adéquate et convenable dans une partie du cimetière surmontée d’un Mémorial.

Démographie

Evolution de la population selon l'INSEE


Histoire

A l'origine un latin Vispius a donné son nom à ce lieu, qui au XIIe siècle prend le nom de "Guispe".

1105 : Séguin de la Tournelle, voulant assurer le repos éternel aux âmes de son père Hugues et de ses aïeux, passa un acte en faveur du prieuré de Guipy avec le consentement de sa mère Magnance, de Guillaume le Fort, son beau-père et de ses sœurs. Il abandonna une église dédiée à saint Martin avec le cimetière d'alentour, plusieurs prés et la forêt de Boucherolles, où les religieux devaient prendre le bois nécessaire à leur chauffage et à leur travail. Séguin leur assura la jouissance des étangs et des pâturages sur l'étendue du terrain qu'il leur donnait il y ajouta l'église de Saint Germain et son cimetière, ainsi que les terrains possédés par les prêtres Humbert et Réginald. Cet acte fut passé à Nevers le 5 des ides de septembre 1105. [not 2]

Peu de temps après, Séguin déclara à Fromond, évêque de Nevers, qu'il donnait aux chanoines de Saint-Cyr la dîme en argent qu'il percevait pour le pacage des porcs dans les forêts de Guipy et d'Héry, et que ce pacage serait désormais gratuit. Il ajouta encore la donation de quelques prés et vignes, avec le consentement de sa femme Agnès et d'Hugues de Châtillon son suzerain.

Séguin de la Tournelle était déjà parvenu à un âge avancé lorsqu'il partit en croisade. Avant son départ, il se rendit dans sa terre de Biches et y fit savoir en présence de nombreux témoins qu'il confirmait la donation faite au prieuré de Guipy, et qu'il y ajoutait la terre de Guillaume d'Arcy, et l'exemption de toute espèce de servitude, en plaçant les chanoines sous la garde de ses enfants.

1146 : Mort de Séguin qui laissa trois fils : Hugues, Séguin II et Réginald. Ce dernier était chanoine et reçut de l'abbé Bertrand, en souvenir de son père, la jouissance des dîmes de Guipy pour tout le temps qu'il porterait l'habit ecclésiastique.
1156 : Séguin II de la Tournelle, seigneur de Château Chinon, confirma la donation au prieuré de Guipy devant Geoffroi, évêque de Nevers. [1]
1225 : Godefroi, prieur de Guipy, s'entend avec un seigneur voisin. La dime d'une vigne reviendra pour les deux parts au prieur, et si plus tard la vigne est augmentée en étendue, les parts devront également être augmentées en proportion. Cette charte offre un intérêt spécial. Elle est passée devant Me Etienne, official de Nevers, le 3 septembre 1225 et se trouve être la plus ancienne connue des chartes de l'officialité. [2]
1338, le 2 mai : Jean de la Tournelle rend hommage au comte d'Eu par pour sa maison de Guipy ainsi comme elle se comporte avec les granges et tout le pourpris de ladite maison. Item la justice dudit lieu grande et petite. Item toutes les terres de ladite ville de Guipy. Item la garenne, laquelle est enclouse.
1396 : Jean de Guipy rend hommage au comte de Château-Chinon de la terre dudit lieu de Guipy.
1443, le 13 août  : Bureau de Maisoncomte rend hommage pour la maison et la justice de Guipy , terres, prés, vignes, serfs, et arrière-fiefs.[3]
1745 : la paroisse de Guipy comprenait : [4]
  1. La terre, seigneurie et château de Guipy, relevant de Château-Chinon, suivant actes de foi et hommage des 17 août et 20 novembre 1617, 23 décembre 1684. Dénombrement du 3 juillet 1685. Seigneur Mlle Dupré de Guipy.
  2. La terre, justice et château de Précy. Aliénation de l’abbaye de Saint-Léonard de Corbigny du 3 novembre 1563, relevant de la tour quarrée de Saint-Pierre. Seigneur Charles de Lenfernat.
  3. La terre, justice, seigneurie et château de la Trouillière, relevant de Château-Chinon, suivant foi des 14 décembre 1619 et 30 septembre 1627, à Sébastien de Blosset de Certaines.
  4. Le fief et justice de Vesvre, à Philibert Danguy de Montreuillon, relevant de Saint-Pierre. Aliénation de l’abbaye de Saint-Léonard de Corbigny du 16 novembre 1567
  5. Le prieuré de Saint-Martin de Guipy, aux chanoines réguliers de Saint Martin de Nevers.
1776, le 3 juin : foi et hommage par Philippe-Germain du Bois d’Aisy, seigneur de Guipy
1847, le 25 février : naissance de Etienne Bonneau du Martray. Élève de Cabanel, il possédait toutes les qualités pour devenir un peintre distingué. Lorsque la guerre de 1870 éclata, il s'engagea et, dangereusement blessé, fut décoré pour sa brillante conduite. Après la guerre, il voyagea en Afrique et en Italie, où il mourut, à Capri, le 15 avril 1882.

Sources

Notes et références

Notes

  1. sous la tutelle de la fondation de Rothschild
  2. Les ides sont, dans le calendrier romain, un jour de référence se produisant le 13 ou le 15 de chaque mois (Wikipedia).

References

  1. Source : Revue nobiliaire, héraldique et biographique. M.L. Sandret https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36919x/f181.item.r=%22seguin%20de%20la%20tournelle%22#
  2. Source : Chartes nivernaises originales René de Lespinasse - https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5771665b/f20.item.texteImage
  3. Source : http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-nievre-chateau-a-guipy-chateau-du-pre.html
  4. Source : Balliage royal et siège présidial de Saint-Pierre-le-Moutier, état de cette juridiction en 1789 par MM. Duminy et Meunier