Discussion:Bac à sable

De Wiki58
Révision datée du 15 juin 2020 à 14:31 par Mabalivet (discussion | contributions) (Lettre d'un Morvandiau de Paris à un ami - 1913)

Lettre d'un Morvandiau de Paris à un ami - 1913

" Mon cher Louis
T'eu sais, inn me serot pas figuré qu'inn aivot tant qu'çait de Morvandiaux ai Paris. T'eu m'aivos dit qu'à iévot das sociétés qui baillier des réunions laivou qu'on trouot des tas de pays. Dimoinsse darné, y seu zeu ai inn réunion que baillot la Ruche du Morvan, dont noûs Joussé fait partie. Sacré tournare ! y feu ben surpris de trouer lai le Paul de la Lazarth aivoù sai founne, le Piarre de Bors et peu dans tas d'autres. Y t'aisseure qu'iétout ben content de les trouer et peu qu'inn' sur ben aibuyer.
Lâvaut cez nous, on toua ben bios les parquets que venant pou lai Saint Piarre. Man ch' tai vaut vu lai qu'iétin, io ben aut'sourd. Elle o grande qu'men quait' parquoits et peu toute cirée. A y aivo des guirlandes piev le plafond, aivon des p'tiots draipiats qu'nen le zour du 14 juillet chez nous. Man y en aivot ben mas et peu des pus braves. A iaivo quait musiciens et que jouient rudement bien. En airivant, in Monsieur, in homme ben qu'men qu'y faut et ben genti, on m'ai dit qu'étiot le Président, mai cause. Inn ne sais pas cha m'connassot, men a m'ai dit qu'iétion ilai qu'm'en en famlle et qu'il faillot qu'y dansseuse. Inn me seu pas fait peurier et y m'en seu payer de lai danse.
Dans le fond daré les musiciens, o aivo des taibes çargées de braves denrées ; iavot du bon vin, du champagne, du saucisson d'Arleux, des tas de briodes ben pu braves les reunes que les rautes, des ^'tiotes tasses aivou des fieurs, des maichines en dentelles et peu y grand pot en arzent lai qu'on met des bouquets qu'm'en y en ai dans le château qu'ai coûté de cez nous. Yétaut content quand noût Jouséé me dié que tout c'lai éto pour nous, qu'iélin en aivar saiqu'un noût par et pou saivar ai qui baillé les pus braves, on ailot tirer au sort. Yai ben ri quand y vié inn brave zeune feille gagner in blague piènne de tabac. Man c' qu'à aviot de pus drôle, io y gas qu'ai gagnen inn camisole sans moinzes, toute en dentelle aitout de bios rubans. Tout çai m'flot torde de rire.
Quand y feu fini, y se r' pernaire ai danser jusqu'ai sept heures et demie. Ym' demande laivou qu'allant trouer toutes les braves denrées laies qu'à n'en bailler. Y fait qu'à sin trébin et pou qu'à sin ben riches ai lai société. Y m' seu en ailler ben content et io pou çai qu'y seu l'tourner le dimoinsse aiprès.
Y m' seu autant aibuyé le 19 janvier que le 12. A n'aivin dit qu'à beillerin des gâtiaux ai p'tiots. Man le Président a lai dit qu'm' sait qu'les fonnes iaitot des grands enfants et qu'y folliot leur en bailler étout. Al ien aivot des gâtiaux pien y grand painé. Tout le monde en ai zeu, moienne les roumes. Aivou les gâteaux, a iaivot ai boère des sortes de sirops qu'aitin pas s'tits. Qu'y en ai vot tant qu'on en v'lu, ien ai bu y grand verre.
Y en aivot du monde, encore mas qu'l'autre fouais, jusqu'ai Président d'honneur, qu'étot vu'i. Pendant y moment a ié y musicien ai cez nous qu'ai joué. On ai dansé le quadrille tout qu'm en chez le Paul du Bors. A la fin, y seu parti, iétot sept heures et demie. Et imc seu ben promis de r'veni encore le 8 février, le samedi sar. "

Linard, de Villapourçon

  • Source : AD58 - L'Echo du Morvan
  • Transcripteur : Mabalivet (discussion) 15 juin 2020 à 14:30 (CEST)