Deschamps de Saucourt Jean Baptiste : Différence entre versions

De Wiki58
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
   
 
   
 
===Son rapport avec la Nièvre===
 
===Son rapport avec la Nièvre===
Différentes sources sur le net nous disent qu'il est mort à Paris en 1784. C'est une erreur, puisqu'un acte BMS nous révèle qu'il a été inhumé le 19 septembre 1784 dans le cimetière d'[[Aunay en Bazois]], décédé de la veille au Château de monsieur le Comte d'Aunay (Charles Louis Davis Le Peletier d'Aunay, grand-père d'un autre futur comte d'Aunay, Charles Marie Stephen), dont on peut penser qu'il était une relation personnelle. Etait-il juste en visite, ou y séjournait-il pour une plus longue durée ? Hélas, l'histoire ne le dit pas.
+
Différentes sources sur le net nous disent qu'il est mort à Paris en 1784. C'est une erreur, puisqu'un acte BMS nous révèle qu'il a été inhumé le 19 septembre 1784 dans le cimetière d'[[Aunay en Bazois]], décédé de la veille au Château de monsieur le Comte d'Aunay (Charles Louis Davis Le Peletier d'Aunay, grand-père d'un autre futur comte d'Aunay, [[Le Peletier Charles Marie Stephen]]), dont on peut penser qu'il était une relation personnelle. Etait-il juste en visite, ou y séjournait-il pour une plus longue durée ? Hélas, l'histoire ne le dit pas.
  
 
[[Image: S17840919-58110Aunay.JPG|thumb|left|500px|]]
 
[[Image: S17840919-58110Aunay.JPG|thumb|left|500px|]]

Version du 14 février 2019 à 13:00

Né en 1746 (la date exacte reste à confirmer) à Thionville, dans le département de la Moselle, Jean Baptiste Deschamps de Saucourt sera connu comme poète et journaliste.

Baby-bambou.jpg

Maîtrisant la langue allemande, il a contribué à la traduction du traité de Joseph Valentin Eybel (1741-1805) : Qu'est-ce que le Pape ?, édité en 1782 à Vienne, date et lieu auxquels il devait y séjourner. Établi ensuite à Varsovie, où il publia un Journal littéraire, il regagne Paris en août 1783.

Il publie ensuite deux autres ouvrages, Baby-Bambou, histoire archi-merveilleuse ("par M.D.de S***.", à "Chiméronville, 1784") et Les premiers amours, ou Zémire et Zilas, poème en trois chants (permission tacite du 30 mars 1784).

Son rapport avec la Nièvre

Différentes sources sur le net nous disent qu'il est mort à Paris en 1784. C'est une erreur, puisqu'un acte BMS nous révèle qu'il a été inhumé le 19 septembre 1784 dans le cimetière d'Aunay en Bazois, décédé de la veille au Château de monsieur le Comte d'Aunay (Charles Louis Davis Le Peletier d'Aunay, grand-père d'un autre futur comte d'Aunay, Le Peletier Charles Marie Stephen), dont on peut penser qu'il était une relation personnelle. Etait-il juste en visite, ou y séjournait-il pour une plus longue durée ? Hélas, l'histoire ne le dit pas.

S17840919-58110Aunay.JPG












--JM.Thuriault 14 février 2019 (UTC)