Cervon

De Wiki58
Révision datée du 15 mai 2021 à 18:40 par Mnoel (discussion | contributions) (Page créée avec « Cervidunum. C'est un gros bourg situé sur un monticule. Il possédait une population de deux mille huit habitants, ce qui fut cause que, dans les premières années de la... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Cervidunum. C'est un gros bourg situé sur un monticule. Il possédait une population de deux mille huit habitants, ce qui fut cause que, dans les premières années de la Révolution de 1789, on en avait fait un chef-lieu de canton. On est revenu sur cette décision, mais Cervon est resté une forte commune rurale.

Il a existé dans ce bourg une abbaye dont la fondation remonte au sixième siècle ou aux temps où saint Heptade fut évêque d'Auxerre. Ce prélat respectable ayant été obligé de fuir, se retira dans les forêts du Morvan, y demeura quelque temps, et s'y sanctifia par la solitude dans un lieu élevé et désert qu'il avait choisi pour sa retraite. Cet endroit est Cervon. En 844, Charles le Chauve donna cette abbaye à Althet, trente-deuxième évêque d'Autun.

Il y a une charte de l'an 1334, relative à la garde et au ressort de la justice appartenant aux comtes de Nevers, et à une permission de clore et fortifier cette abbaye. Dans la suite, elle fut sécularisée et érigée en collégiale dont le doyen conserva le titre d'abbé. Par une autre charte du 1er février 1537, Marie d'Albret, comtesse de Nevers, donna des provisions de sergent-gardien aux abbés et chanoines de Cervon pour la garde de leur église qui a son desservant. On a placé dans cette commune un receveur qui en reçoit les impositions, et celles d'Epiry, Mouron et Sardy.

Il se tenaient six foires par an à Cervon : les 1er avril, 9 mai, 4 juin, 25 août pour la saint Barthélemy ; 20 septembre, et 22 décembre pour la saint Thomas, ce qui annonce des moyens de commerce dans ce pays qui doit être bien cultivé et garni de bestiaux.


Source

  • Département de la Nièvre et des petites contrées qui en dépendent. Tome 2 par Jean Née de La Rochelle et Pierre Gillet (1827)
  • Martine NOËL (discussion) 15 mai 2021 à 18:40 (CEST)

Notes et références

Notes


References