Asnan : Différence entre versions

De Wiki58
m (Annulation des modifications 22583 de Mbonissol (discussion))
(Relevé dans la presse)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
===<u>Relevé dans la presse</u>===
 
===<u>Relevé dans la presse</u>===
  
*Le 1<sup>er</sup> juillet un incendie a éclaté dans la commune d'Asnan, canton de Brinon. Malgré les secours des pompiers de Tannay, de Brinon et des habitants des villages voisins, le feu a dévoré en quelques heures environ cent trente maisons, dont six à peine assurées. Deux pauvres femmes ont péri, et trois hommes ont été blessés. Les meubles, le linge, les provisions, la paille, le foin, tout a été perdu.
+
*Le 1<sup>er</sup> juillet un incendie a éclaté dans la commune d'Asnan, canton de [[Brinon sur Beuvron|Brinon]]. Malgré les secours des pompiers de Tannay, de Brinon et des habitants des villages voisins, le feu a dévoré en quelques heures environ cent trente maisons, dont six à peine assurées. Deux pauvres femmes ont péri, et trois hommes ont été blessés. Les meubles, le linge, les provisions, la paille, le foin, tout a été perdu.
 
:Le ministre de l'intérieur et le préfet ont chacun envoyé immédiatement 1.000 francs. Mais le désastre est si considérable que ces sommes suffiront à peine pour les besoins les plus urgents. Une souscription au profit des incendiés a été ouverte au bureau du Journal delà Nièvre et dans les bureaux de la préfecture.
 
:Le ministre de l'intérieur et le préfet ont chacun envoyé immédiatement 1.000 francs. Mais le désastre est si considérable que ces sommes suffiront à peine pour les besoins les plus urgents. Une souscription au profit des incendiés a été ouverte au bureau du Journal delà Nièvre et dans les bureaux de la préfecture.
 
:Le préfet a voulu s'inscrire le premier.<br>
 
:Le préfet a voulu s'inscrire le premier.<br>

Version actuelle datée du 13 janvier 2020 à 21:10

Relevé dans la presse

  • Le 1er juillet un incendie a éclaté dans la commune d'Asnan, canton de Brinon. Malgré les secours des pompiers de Tannay, de Brinon et des habitants des villages voisins, le feu a dévoré en quelques heures environ cent trente maisons, dont six à peine assurées. Deux pauvres femmes ont péri, et trois hommes ont été blessés. Les meubles, le linge, les provisions, la paille, le foin, tout a été perdu.
Le ministre de l'intérieur et le préfet ont chacun envoyé immédiatement 1.000 francs. Mais le désastre est si considérable que ces sommes suffiront à peine pour les besoins les plus urgents. Une souscription au profit des incendiés a été ouverte au bureau du Journal delà Nièvre et dans les bureaux de la préfecture.
Le préfet a voulu s'inscrire le premier.
(Le Petit Journal du 05/07/1868)